Vérétille

Veretillum cynomorium | (Pallas, 1766)

N° 844

Méditerranée et Atlantique Est

Clé d'identification

Forme contractée : semblable à un ver
Forme dressée : cylindre blanchâtre à orangé, plus rarement verdâtre
Tronc recouvert de polypes blancs
Polypes à 8 tentacules sur une même couronne
Relief du tronc formant des lignes verticales
Pied, sans polypes, enfoncé dans le substrat meuble

Noms

Autres noms communs français
Carotte de mer, verge marine
Noms communs internationaux
Round sea-pen, finger-shaped sea-pen (GB), Gelbe Seefeder (D), Vertillo (I), Vertillo (E), Ronde zeeveer (NL)

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Elle est présente en Méditerranée et en Atlantique Est (de l'Afrique du Sud jusqu'aux îles Britanniques).

Biotope

La vérétille se rencontre sur les fonds sablo-vaseux entre une quinzaine de mètres et 100 m de profondeur.
Elle n'a pas besoin, pour s'installer, de la présence d'un substrat* dur, même ponctuel.

Description

La vérétille est un octocoralliaire* qui se présente, de nuit, sous la forme d'un cylindre orangé ou jaune, arrondi au sommet et quelque peu effilé vers la base, fiché dans un substrat meuble. Elle est alors gonflée d'eau car elle possède un hydrosquelette. Elle peut atteindre 50 cm de haut.
Cette colonne, appelée tronc ou rachis, est recouverte de multiples polypes* rétractiles, disposés irrégulièrement sur toute la surface. Ils sont blanchâtres et plutôt longs (4 cm environ), composés de 8 tentacules* pourvus de pinnules* et alignés sur une même couronne, comme chez tous les octocoralliaires, et séparés par des cloisons gastriques. Ces polypes sont appelés autozoïdes* ou gastrozoïdes* et capturent la nourriture.
La surface du tronc est marquée d'un relief en lignes parallèles, dans l'axe du cylindre. Ce sont des rangées de siphonozoïdes, très nombreux, qui absorbent l'eau et la distribuent à toute la colonie.
L'autre partie de la vérétille est le pédoncule* ou pied, ancré dans le substrat*. De forme évasée, il ne porte pas de polypes (on le dit "stérile") et représente un quart de la longueur de l'animal.
La vérétille peut aussi se présenter sous une forme rétractée, en général pendant le jour. Elle est alors vidée d'eau, enfouie sous le sédiment ou parfois hors du substrat, couchée sur le sol et ressemble alors à un grand ver.

Espèces ressemblantes

Une autre vérétille partage pratiquement la même aire de répartition : Cavernularia pusilla. On connaît peu de choses au sujet de cette espèce.
Kophobelemnon stelliferum est aussi une petite vérétille, avec une large aire de distribution.

D'autre part, un alcyon, Paralcyonium spinulosum, est caractérisé par un tronc translucide avec de petits groupes de sclérites blancs bien visibles à l'œil nu. Par ailleurs, il porte des polypes secondaires (issus de polypes dits primaires), ce qui n'est pas le cas chez les vérétilles. Il vit sur les substrats durs (roche, coralligène*), ou parfois sur un objet dur (caillou, coquillage) enfoui sous le sédiment.

Alimentation

La vérétille se nourrit de particules organiques présentes dans l'eau de mer et qui sont capturées par les polypes*.

Reproduction - Multiplication

Cette espèce est gonochorique*.
La ponte a lieu au printemps, en pleine eau. Elle dépend cependant de la quantité de nourriture alors disponible.

Vie associée

Certaines limaces de mer, dont l'armine tachetée et le pleurobranche de Meckel, se nourrissent des polypes de la vérétille.
Elle peut être l'hôte d'un ectoparasite : Lamippe pallida Zulueta, 1908.

Il est également noté que certaines vérétilles abritent une communauté dynamique bactérienne, présentée comme une adaptation à l'absence de micro-algues symbiotiques*.

Informations complémentaires

Certains clichés, présentés en particulier sur le forum DORIS, laissent quelques doutes quant à la détermination définitive de l'animal (taille, couleur, ...). Des espèces, telles que Cavernularia pusilla ou Kophobelemnon stelliferum, sont très ressemblantes et leurs critères de différenciation ne sont pas nettement établis. De plus, la littérature est très peu nourrie et il devient périlleux de s'aventurer plus loin.

Origine des noms

Origine du nom français

Vérétille : francisation du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Veretillum : du latin [veretilla] = animal de mer, avec, d'après le Gaffiot, un jeu de mots avec [veretrum] = parties sexuelles, verge,
cynomorium : du grec [cynos] = chien et [morium] = verge.
On pourrait donc l'appeler "vérétille verge de chien", même s'il y a redondance !

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Octocorallia / Alcyonaria Octocoralliaires / Alcyonaires Anthozoaires coloniaux, parfois solitaires. Polypes de petite taille à symétrie radiaire d’ordre 8 (8 tentacules portant 2 rangées de pinnules). Exosquelette calcaire ou spicules calcaires ou fibres organiques.
Ordre Pennatulacea Pennatulaires Octocoralliaires coloniaux non fixés, souvent en forme de plume, à symétrie bilatérale, ancrés dans le sédiment. Les polypes sont disposés sur les ramifications d'un axe corné et calcifié. Ce sont les pennatules (ou plumes de mer) et les vérétilles.
Sous-ordre Sessiliflorae Sessiliflores
Famille Veretillidae Vérétillidés
Genre Veretillum
Espèce cynomorium

Nos partenaires