Comatule de Méditerranée

Antedon mediterranea | (Lamarck, 1816)

N° 250

Méditerranée

Clé d'identification

10 bras fragiles à l’aspect plumeux
Petit corps central en forme de cône
Accroché au fond par des cirres
40 cirres au maximum

Noms

Autres noms communs français

Antedon, crinoïde, encrine, danseuse de mer, étoile plumeuse, plume de mer

Noms communs internationaux

Mediterranean feather-star, feather-star (GB), Giglio di mare mediterraneo (I), Comátula mediterránea, clavelina, antedon (E), Mittelmeer-Haarstern (D), Haarster (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Antedon rosacea et A. adriatica ne sont plus valides.

Distribution géographique

Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Espèce relativement abondante dans toute la Méditerranée, mais peu nombreuse à certains endroits.

Biotope

Antedon mediterranea se rencontre de 10 à 80 m dans l'herbier de posidonies, mais aussi sur des fonds rocheux couverts d'algues, dans le coralligène* et sur les fonds sableux. C'est un animal benthique* (vivant sur le fond), sédentaire (il effectue des déplacements de faible amplitude). Libre (non fixé), grégaire (vit en groupes sans être social), il se rencontre en petits peuplements plus ou moins denses.
Les antédons craignent la lumière, ils vivent plutôt cachés à l’ombre pendant la journée, et sur des promontoires exposés au courant la nuit. Antedon mediterranea est souvent accroché sur d’autres animaux comme les gorgones, les bryozoaires (en épifaune) ou sur des algues ou des posidonies (en épiphyte*).

Description

Le corps est constitué d'un petit cône central en forme de cupule de 6 à 7 mm de diamètre (le calice*).
Autour de la bouche et de l’anus, situés tous les deux vers le haut du calice, partent une dizaine de bras fragiles, striés, formés d’une vingtaine de pièces squelettiques comparables à des « vertèbres » (les articles*). L'aspect plumeux de ces bras est dû à la présence sur ces articles de 60 paires de petites ramifications latérales (les pinnules*).
Du disque central partent également, mais vers le bas, une série d’appendices segmentés et articulés (les cirres* au nombre de 40 au maximum). Le nombre de segments par cirre, chez Antedon mediterranea, est toujours inférieur à 30 (20 à 23 le plus souvent).
Chez les comatules, la partie du corps dirigée vers le substrat, correspond à la face dorsale (ou face aborale) de l'animal et la face de laquelle partent les bras plumeux correspond à la face ventrale (ou face orale) de cet échinoderme. Situé sur cette face orale, l’anus est excentré et situé au sommet d’un cône pédonculé. Le diamètre hors tout est en moyenne de 15 cm, jusqu’à 20-25 cm maximum.
La couleur varie du pourpre foncé au rouge, au brun, à l’orange, au jaune et au blanc. Le plus souvent elle est uniforme, mais parfois la livrée est bicolore (bandes blanches).
Fixé dans son jeune âge, l'individu est libre à l'état adulte. L'antédon est le plus souvent fixé, accroché par ses cirres, mais il peut se déplacer par reptation* sur ces mêmes cirres ou en s’aidant de ses bras munis de petites ventouses appelé pédicellaires*. Il peut se déplacer également (dans le cas d'une fuite par exemple) en nageant, vers le haut ou vers le bas, par des battements des bras.

Espèces ressemblantes

Des 600 espèces de crinoïdes connues dans le monde, seules 4 espèces, très semblables, sont présentes en Méditerranée. Les 2 suivantes ne seront pas rencontrées sur les côtes méditerranéennes françaises, seule A. mediterranea pourra l'être par les plongeurs sur ces côtes.

Antedon bifida (Pennant), de couleur rouge marron avec ou sans bandes blanches, est très semblable, mais n’est rencontrée que dans l’Atlantique Nord, du Portugal à la mer du Nord, dès les premiers mètres jusqu’à des profondeurs de 200 m et uniquement dans le sud de la Méditerranée occidentale (Algérie, nord de la Tunisie, et au sud de la Sicile et de la Sardaigne). Son diamètre est un peu plus petit, de l’ordre de 10 cm. Sa structure générale est plus compacte, plus touffue, ses bras et ses pinnules sont plus courts. Antedon bifida a moins de 20 cirres (15-18 le plus souvent) ayant chacun 12-16 segments, et lorsqu’il nage, ses cirres sont placés vers le haut, entre ses bras.

Leptometra phalangium (Müller), vit uniquement à plus de 60 m, jusqu’à 1300 m (essentiellement de 200 à 600 m). Cirres à 37-38 segments. De couleur verte, ses bras sont plus minces et les pinnules moins nombreuses. Méditerranée occidentale.

Les crinoïdes fixés (lys de mer) ne se rencontrent pas en Méditerranée.

Alimentation

Animal consommateur microphage* omnivore qui capture par filtration avec ses bras (longs, ramifiés, pennés et mobiles) de minuscules proies en suspension (microorganismes planctoniques* et particules organiques d'origine animale et végétale): on le qualifie de suspensivore*. Des gouttières ciliées le long de chaque bras amènent les prises jusqu'à la bouche située au centre de la face orale, elle-même orientée à l’opposé du substrat*. Les comatules se tiennent dans le courant et sont surtout actives la nuit.

Reproduction - Multiplication

A. mediterranea est un animal gonochorique* (individus mâles et des individus femelles) mais il n’y a pas de différenciation externe visible entre les deux sexes. La fécondation est externe (libération des gamètes* mâles dans l’eau). Les œufs sont conservés à la base des pinnules, jusqu’à l’éclosion, par les individus femelles. Les larves* sont pélagiques* pendant quelques heures à quelques jours (entraînées en pleine eau par les courants) puis elles se fixent dans un premier temps (quelques mois), sur le substrat* par un pédoncule (stade « pentacrine » où l’animal mesure quelques mm), avant le passage à une vie libre où les comatules perdront ce pédoncule. Au stade fixé, les comatules ressemblent à des lys de mer, il s’agit d’un caractère ancestral du point de vue de l’évolution. La reproduction a lieu au printemps et en été.

Vie associée

De nombreux parasites cohabitent sur les antédons. De tout petits crustacés (copépodes, isopodes) vivent sur les bras des comatules, ils arborent souvent une couleur identique à leur hôte, ce qui les rend difficilement visibles pour le plongeur (mimétisme). Des vers (Myzostoma sp.) sont également retrouvés sur le calice, autour de la bouche.
Une crevette, Hippolyte prideauxiana, vit parfois sur la comatule, affichant l'exacte couleur de celle-ci.

Divers biologie

Comme tous les échinodermes, la comatule de méditerranée présente une symétrie radiaire d’ordre 5, mais chacun des 5 bras naissant du disque central se divise immédiatement en deux bras identiques, ainsi nous comptons 10 bras visibles.
La respiration se fait directement à travers la peau (respiration podiale).
Les bras fragiles, et donc souvent brisés, ont le pouvoir de se régénérer rapidement.
Contrairement aux autres échinodermes, la plaque madréporique* est absente, et de nombreux pores aquifères sont présents sur la face orale.

Informations complémentaires

Les crinoïdes sont les descendants d’un groupe fossile très ancien.
Seuls représentants visibles (par les plongeurs) de la classe des crinoïdes sur nos côtes européennes, les comatules font partie des rares représentants du très ancien et primitif groupe qui peuplait les fonds des mers depuis l'ère primaire jusqu’à la fin de l’époque secondaire (nombreux groupes fossiles) pour la majorité d'entre eux. Ils ont peuplé les mers d’une foule de formes fixées au substrat, d'allures semblables à de gracieux palmiers ou à des fleurs. Leur nom même de Crinoïdes vient du mot grec krinon, qui veut dire lys. Les comatules de nos côtes ressemblent effectivement à des lys de mer ou encrines libres mais qui serait réduites à leur panache terminal. Au début du 18ème siècle les encrines n’étaient connues que sous leurs formes fossiles. Cependant de loin en loin, dans les parages des Antilles, les lignes de fond des pêcheurs ramenaient de véritables encrines : le premier échantillon, que l'on peut voir encore dans les galeries du Muséum d'histoire naturelle de Paris, avait été décrit par Guettard, membre de l'Académie des Sciences, en 1755. Les encrines étaient demeurées de précieuses raretés jusqu'au moment où l'expédition de Blake démontra qu'il en existait de véritables prairies au large de la Havane, par 520 mètres de profondeur, et qu'on pouvait en trouver même à la médiocre profondeur de 75 mètres. (Voir les photos prises au Muséum de Vienne, en Autriche).

Origine des noms

Origine du nom français

Antédon : nom scientifique francisé du nom de genre de cette comatule.
Comatule : du latin [comatula], de [coma] = chevelure.
Encrine : du latin [encrinus], du grec [en-] = dans, et [krinon] = lys. Nom usuel des crinoïdes en général.
Crinoïdes : [Krinon] = lys, et [eides] = forme. En forme de lys.

Origine du nom scientifique

Antedon : du grec [anthêdôn] = nèfle, sans doute du à la forme du calice.
Mediterranea : Méditerranée

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Crinozoa Crinozoaires Echinodermes présentant, au minimum au stade larvaire, un pédoncule les fixant au substrat. Les formes adultes libres savent nager.
Classe Crinoidea Crinoïdes Corps en forme de calice, 5 bras primaires bien définis et des bras terminaux longs et ramifiés. Certaines espèces sont fixées par un pédoncule articulé, d'autres sont libres et nageuses.
Sous-classe Articulata Articulés
Ordre Comatulida Comatulides Seul ordre actuel, comprend 2 sous-ordres, l’un avec des organismes fixés, l’autre avec des organismes non fixés.
Sous-ordre Macrophreata Macrophréates Comatulides non fixés (libres et nageurs). Bouche centrale, anus excentré.
Famille Antedonidae Antédonidés Environ 10 cm, bras fragiles, nagent assez vite, mais pas longtemps.
Genre Antedon
Espèce mediterranea

Nos partenaires