Crevette nettoyeuse de Holthuis

Ancylomenes holthuisi | (Bruce, 1969)

N° 3541

Indo-Pacifique Ouest et central

Clé d'identification

Corps transparent présentant un angle net au niveau de l'abdomen (3e tergite)
Plaque "en V" blanche avec marge antérieure bordée de jaune puis de rouge et marge postérieure bordée de rouge
Première paire de péréiopodes blancs avec articulations et doigts pourpres
Palette caudale tricolore : ligne rouge à la base puis 2 taches arrondies bleues sur uropodes blancs
Vit habituellement sur ou très près d'une anémone ou d'une méduse, souvent à plusieurs individus

Noms

Noms communs internationaux

Holthuis' anemone shrimp, Holthuis cleaner shrimp, saddled cleaner shrimp (GB), Holthuis Putzergarnele (D), Camaron limpiador de Holthuis (E)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Urocaris longicaudata Pearson, 1905 (ce synonyme est incertain, son origine est inconnue)
Periclimenes (Periclimenes) aesopius Holthuis, 1952 (cette espèce s'appelle désormais Ancylomenes lipkei Bruce, 2010)
Periclimenes aesopius Bruce, 1966
Periclimenes holthuisi Bruce, 1969

Distribution géographique

Indo-Pacifique Ouest et central

Zones DORIS : Indo-Pacifique

L'espèce est largement présente dans l'Indo-Pacifique, depuis les côtes africaines (Kenya, Zanzibar) jusqu'à la Mélanésie (dont la Nouvelle-Calédonie).
Il est à noter que l'espèce est inconnue en mer Rouge où l'on trouve l'espèce proche Ancylomenes aqabai (Bruce, 2008).

Biotope

Cette crevette nettoyeuse se rencontre jusqu'à des profondeurs de 36 m, la plupart du temps en association avec plusieurs espèces d'anémones, de coraux ou, plus rarement, de méduses, comme Cassiopea spp.

Description

Cette espèce indo-pacifique a un corps transparent avec un angle net au niveau de l'abdomen. En effet, le 3e tergite* abdominal est bien développé et bossu. La taille habituellement rencontrée est de 10 mm mais les plus grands individus peuvent mesurer jusqu'à 25 mm. Les juvéniles mesurent 5 mm.

Elle présente comme élément remarquable une plaque "en V" blanche sur la bosse dorsale du 3e segment de l'abdomen, la pointe du "V" étant dirigée vers la queue.
La marge antérieure de cette plaque est bordée de jaune puis de rouge et la marge postérieure est bordée de rouge.
L'animal porte en outre des petits points pourpres et blancs sur la carapace* au niveau du céphalothorax*.

Les antennes* sont longues et peu visibles car très fines et transparentes ; les antennules* sont également transparentes ainsi que la majorité du rostre*.
Les deux premiers péréiopodes* (notamment les chélipèdes*) sont blancs avec des articulations et des doigts pourpres. Les cinq paires suivantes sont transparentes. Les pattes natatoires (pléopodes*) ne sont pas particulièrement visibles.

Sur le corps, la transparence permet d'obtenir un effet de loupe ainsi que, le cas échéant, d'observer les œufs.
Il est à noter que chez les femelles, la poche à œufs présente des marques supplémentaires qu'on ne distingue qu'en présence d'œufs.
L'éventail caudal est rouge à sa base et montre des dessins blancs avec 2 taches arrondies bleu-violet excentrées et 2 fins traits rouges à bruns. Plus précisément, le telson* est blanc avec l'extrémité orange-rouge et ce sont les uropodes* blancs qui, de chaque côté, présentent les deux belles taches arrondies bleues, aux extrémités.

Il a été observé chez d'autres Ancylomenes que les différentes marques et motifs sont plus ou moins développés selon l'âge de l'individu et ceci pourrait aussi être le cas chez A. holthuisi.

Espèces ressemblantes

De nombreuses autres espèces d'Ancylomenes existent dans la zone de distribution d'A. holthuisi. Pour le plongeur, tous les Ancylomenes transparents se ressemblent à première vue et peuvent aisément être pris l'un pour l'autre. Une grande confusion existe à ce sujet sur Internet. Il convient donc de se méfier des identifications que l'on peut y trouver, pas toujours fiables, d'autant plus que la littérature grand public montre également des erreurs d'identification !
Il est à noter, comme le fait très justement remarquer le Dr Bruce, descripteur du taxon, qu'une identification ne peut être confirmée formellement que par l'étude d'un spécimen en laboratoire.
Toutefois, outre des détails morphologiques particuliers (forme du rostre, nombre de dents sur la carapace ou les pattes, caractéristiques orbitales…), l'un des critères essentiels de distinction visuelle est la plaque du 3e segment abdominal (comme présenté sur la dernière illustration de cette fiche).
Citons parmi les espèces les plus ressemblantes :

- Ancylomenes speciosus (Okuno, 2004) est l'espèce la plus proche de A. holthuisi du point de vue morphologique et c'est celle avec laquelle la confusion est la plus facile. Mais la plaque en écu du 3e tergite est blanche avec des mouchetures rouges sur jaune en position antérieure. Elle a souvent une marque bleue et blanche sur la tête et des bandes rouges et blanches sur les flancs. La partie caudale débute par un anneau rouge, puis la queue blanche porte deux ocelles bleus.
Sa présence en Nouvelle-Calédonie est suspectée par le Dr Okuno mais n'a pas encore pu être prouvée.

- Ancylomenes luteomaculatus Okuno & Bruce, 2010 possède une plaque dont la forme générale fait penser à un cœur : la pointe pourpre est dirigée vers l'arrière et est suivie d'une partie blanche en forme de "V" prolongée de deux beaux ocelles jaunes bordés de rouge très caractéristiques. Des ocelles ou de grandes taches informes de mêmes teintes, jaune et rouge, peuvent se retrouver également sur les flancs et le thorax de l'animal. Les pattes sont blanches, rayées de violet au niveau des articulations. Sur l'éventail caudal, les uropodes, d'abord transparents puis blancs montrent deux ocelles bleus aux extrémités.

- Ancylomenes sarasvati (Okuno, 2002) montre une plaque en forme de U bleue et blanche sur son 3e tergite abdominal. La première paire de péréiopodes est rayée bleu et blanc moucheté, la partie caudale porte deux taches arrondies bleues et des ponctuations blanches.

- Ancylomenes venustus (Bruce, 1989) possède une selle blanche sur le 3e tergite avec une ligne rosée diffuse en son centre. Les pattes sont blanches et bleues.

- Ancylomenes magnificus (Bruce, 1979) a une plaque arrondie toute blanche sur le 3e tergite ; avec l'âge, une barre rouge antérieure devient de plus en plus visible. La plaque des juvéniles peut se résumer à des pointillés blancs. Le céphalothorax est souvent marqué de barres blanches transversales sur le dos. La tête et les pattes sont entièrement teintes d'un bleu ciel remarquable, avec juste l'extrémité des pinces violette.

- Ancylomenes tosaensis (Kubo, 1951) a une plaque arrondie très visible sur le 3e tergite abdominal dont la moitié antérieure est rouge et la moitié postérieure blanche. Le corps transparent présente de nombreuses petites mouchetures jaunes sur la carapace et l'abdomen. Les péréiopodes sont très colorés : articulations et pinces pourpres, segments bleu clair et anneau jaune près des pinces. Les seconds péréiopodes ont une forme semblable à celle des premiers. Elle est associée à l'actiniaire Dofleinia armata.

Alimentation

Comme cette espèce vit associée à différents coraux et anémones, elle peut manger des tentacules* ou d'autres morceaux de chair prélevés sur ses hôtes ; elle peut également manger le mucus ou enlever des résidus de charogne. Comme nettoyeuse, elle se nourrit aussi des parasites dont elle débarrasse ses hôtes.
En 2004 en Australie, des chercheurs ont retrouvé des crustacés ectoparasites* de la famille des Gnathiidés et de la classe des Copépodes dans l'estomac d'A. holthuisi.
Ils ont de plus constaté que cette crevette réduisait de près de 75 % la charge en vers plats parasites Benedenia spp. (Monogènes) sur le poisson-chirurgien Chtenochaetus striatus en moins de 48 h, ce qui est considérable. Ces éléments projettent un éclairage nouveau sur l'importance de ces petites crevettes dans le récif corallien.

Reproduction - Multiplication

L'espèce est gonochorique* (il y a des mâles et des femelles). Les femelles sont ovigères* et ces œufs, visibles par transparence dans l'abdomen, peuvent être rosés ou laiteux.
Comme chez tous les Arthropodes, la larve* passe par le stade zoé*.

Vie associée

La plupart du temps, Ancylomenes holthuisi est en association avec :
- des anémones parmi lesquelles Stichodactyla mertensii, Stichodactyla haddoni, Entacmaea quadricolor, Antheopsis maculata...
- des coraux comme Heliofungia actiniformis, Goniopora sp. ou Catalaphyllia sp....
- des méduses, comme le Scyphozoaire Cassiopea andromeda.
Toutefois, des expérimentations en laboratoire ont démontré que plus de 90 % des A. holthuisi préfèrent Stichodactyla haddoni si celle-ci est disponible ; mais notre crevette nettoyeuse est capable en son absence de s'adapter à d'autres anémones hôtes comme Macrodactyla doreensis. L'espèce n'est donc pas spécifique à un hôte particulier.

La photo intilutlée "Sur un bryozoaire" montre deux crevettes perchées sur un bryozoaire arbustif. Cette association était inconnue des spécialistes avant la parution de cette fiche.

Il est fréquent que plusieurs A. holthuisi se retrouvent sur le même hôte, typiquement de 1 à 7 individus. De plus, ils n'ont pas de problème à cohabiter avec d'autres crevettes, notamment A. sarasvati, comme en témoigne une photo où l'on peut dénombrer 6 A. holthuisi pour 10 A. sarasvati sur une même Stichodactyla haddoni.

Divers biologie

La présence dans la livrée d'un ton de bleu particulier est décrite dans le film documentaire « Les Couleurs du Grand Bleu » (A & G. Chaumettes, 2008), comme un élément permettant de reconnaître la qualité de nettoyeur de certains labres et crevettes. Cette couleur, présente par petites touches notamment au niveau des pinces, est présente chez tous les Ancylomenes et permet à des animaux parasités de leur confier leur nettoyage.

Informations complémentaires

Jouer à se faire nettoyer par les crevettes d'anémones peut se révéler cuisant pour le plongeur. Voici une anecdote savoureuse telle que nous l'a racontée un Homo palmus, pourtant expérimenté : « J'ai laissé monter des crevettes sur ma main pour montrer à une jeune plongeuse débutante combien les crevettes nettoyeuses étaient actives à l'ouvrage. Elles le sont et m'ont fait les ongles à la perfection. C'était magique de les voir gambader entre mes doigts, enjamber le dos de ma main, récurer les endroits nécessiteux... Ce que j'avais un peu oublié, dans mon enthousiasme à faire découvrir la magnificence de la vie marine, c'est qu'elles vivaient dans la belle anémone d'à côté et qu'elles en portaient forcément les charmes... Je me suis gratté la main gauche pendant 8 jours et on ne m'y reprendra plus ! »

Réglementation

A Mayotte, Ancylomenes holthuisi est concerné par une réglementation préfectorale stipulant :
Interdiction d'introduction, de détention, de transport, de reproduction, de mise en vente, de vente, d'achat et de cession de spécimens vivants d'espèces animales exotiques de la faune sauvage, dans la collectivité départementale de Mayotte.

Origine des noms

Origine du nom français

Crevette nettoyeuse de Holthuis : ce nom souligne la fonction de cette crevette et traduit le nom scientifique d'espèce, holthuisi, puisqu'elle est dédiée à L. B. Holthuis.

Origine du nom scientifique

Ancylomenes : cette espèce appartenait auparavant au genre Periclimenes, du nom mythologique d'un des douze fils de Nélée et Chloris, petit-fils de Poséidon, qui avait hérité par son grand-père de la faculté de se transformer à volonté en animal... Ce nom de genre a été remplacé pour certaines espèces "bossues" par le nom de genre Ancylomenes. Celui-ci a été formé en remplaçant le préfixe par la racine grecque [ancylos-] qui signifie plié, courbé. La crevette de Holthuis est donc une sorte de "Periclimenes pliée". Le descripteur précise que ce nom, Ancylomenes, est de genre masculin.

holthuisi : en hommage à Lipke Bijdeley Holthuis (1921-2008), grand carcinologiste néerlandais qui, dans les années cinquante, a décrit un grand nombre de Caridés avec consistance et illustrations.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Caridea Caridés Les Caridés sont caractérisés par des pléopodes natatoires. C'est à ce groupe qu'appartiennent une grande partie des espèces de crevettes.
Famille Palaemonidae Palaémonidés Pinces de la seconde paire de pattes beaucoup plus fortes que la première ; carpopodite de la seconde paire de pattes non divisé en articles ; rostre généralement moyennement long avec dents sur le bord dorsal et ventral. Espèces marines littorales ou d'eaux saumâtres.
Genre Ancylomenes
Espèce holthuisi

Nos partenaires