DORIS  
DORIS   
   
 
 
   
  Votre recherche :
   
   
  Chercher par son nom commun :
 
   
  Chercher directement par tous les mots des fiches :
 
   
  Zone recherchée :
 
France
Eau douce
Atl. Nord-Ouest
Indo-Pacifique
Caraïbes
   
Toutes zones
   
  Fiche Espèce   (N°2137)
 
Photos Imprimer cette fiche    
 
 
(N°2137)  
Entacmaea quadricolor (Leuckart in Rüppell & Leuckart, 1828)
Indo-Pacifique tropical, mer Rouge
Anémone à bouts renflés
 
Anémones de mer au sens large, cérianthes
 
 
Anémone à tétines, anémone vésiculeuse, anémone-bulle
Bulb-tentacle sea anemone, corn anemone, bottle anemone (GB), Attinia a bolle, attinia a fiasco (I), Anémona burbuja (E), Blasenanemone, Kupferanemone (D), Blaas anemoon (NL)
 Critères de reconnaissance
Anémone de 40 cm maximum
Tentacules arrondis à l’extrémité souvent en forme d’ampoule ou de tétine
Couleur variable, généralement brune avec du blanc à l’équateur de l’ampoule
Colonne lisse, sans verrues
 Distribution
Cette anémone est présente en mer Rouge et dans le domaine indo-pacifique depuis l’Afrique de l’Est jusqu’à l’Australie, la Micronésie, la Mélanésie et le Japon. En eaux françaises, sa présence est attestée en Nouvelle-Calédonie.
 Biotope
Cette anémone est souvent profondément implantée dans des crevasses, ne laissant apparaître que ses tentacules renflés. On la rencontre sur les platiers et sur les pentes récifales jusqu’à une vingtaine de mètres de profondeur. C’est une espèce ubiquiste*, qui se rencontre du littoral à la pente externe.
 Description
L’anémone à bouts renflés peut atteindre une quarantaine de centimètres de diamètre, mais les jeunes individus (environ 5 cm) vivent plutôt accolés les uns aux autres et forment un tapis continu dont la surface peut être plus importante.
Les tentacules*, d’une dizaine de centimètres de long, sont généralement gonflés près de leur extrémité et ressemblent à des ampoules ou des tétines. L'extrémité des tentacules peut être rouge, parfois bleue, elle est arrondie.
Quand les tentacules ne sont pas gonflés, on remarque un anneau blanc bien visible situé à l’emplacement de l’équateur de l’ampoule quand elle est présente. Sur la longueur des tentacules, des rayures verticales zigzagantes blanchâtres sont observables.
Le disque oral est de la même couleur que les tentacules, souvent marron doré ou marron-vert. La colonne est lisse, sans verrues, de couleur généralement brune, parfois verte ou rougeâtre.
Au-delà de cette description générale, on rencontre des individus de couleurs très particulières (voir photos) ou aux tentacules parfois monochromes.
 Espèces ressemblantes
Il n’y a a priori pas de confusion possible parmi les anémones à poissons-clowns, dans la mesure où c’est la seule dont la colonne est sans verrues et qui a des tentacules en forme d'ampoule ou de tétine.
Cependant, quand ses tentacules ne sont pas renflés, elle peut être confondue avec des spécimens de petite taille d'Heteractis magnifica, dont les verrues de la colonne sont peu visibles et qui présentent des tentacules très légèrement renflés à leur extrémité.
 Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Actinia quadricolor Rüppell & Leuckart, 1828 (nom de la première description)
Gyrostoma adherens (Ehrenberg, 1834)
Gyrostoma hertwigi Kwietniewski, 1897
Gyrostoma haddoni Lager, 1911
 
  Anémones
   
  Détail des tétines  
   
  Couleur marron rouille  
   
  Dans des crevasses, sur le platier  
   
  Tentacules non gonflés et Dascyllus trimaculatus  
   
  Couleur classique et Amphiprion bicinctus  
   
  Couleur blanche avec Amphiprion akindynos  
   
  Couleur rose fluo et Amphiprion clarkii  
   
  Couleur rouille vif et Amphiprion bicinctus  
   
  Avec Amphiprion frenatus  
   
  Avec Amphiprion ephippium  
   
  Avec Amphiprion melanopus  
   
  Avec Amphiprion latifasciatus  
   
  Avec Premnas biaculeatus  
   
  Avec Periclimenes longicarpus  
   
  Trois anémones à tétines  
   
  Comme des cucurbitacées !  
   
  Tentacule à 2 tétines  
 
 
 Participants
Rédacteur principal  
Véronique LAMARE Détail
Vérificateur  
Cédric MITEL Détail
Responsable régional  
Véronique LAMARE Détail
 
     
Création le : 09/01/2010
Dernière modification le 09/02/2014 19:02:00
Les * dans les textes
renvoient au glossaire
 
     
 
 Classification
 
 

Termes scientifiques
(international)

Termes en français Descriptif/ caractéristiques
succinctes du groupe
Embranchement Cnidaria Cnidaires  Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula. 
Classe Anthozoa Anthozoaires  Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle développement). 
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires  Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6. 
Ordre Actiniaria Actiniaires  Polypes solitaires souvent colorés, en général fixés à un substrat dur par un large disque pédieux. Organismes parfois mobiles. 
Sous-ordre Nynantheae Thenaria Nynanthées Thenaria   
Famille Actiniidae Actiniidés   
Genre Entacmaea     
 
Espèce quadricolor     
 
 
 Origine du nom français
Anémone à bouts renflés, à bulle, etc…, du fait de ses tentacules en forme d’ampoule ou de tétine.
 Origine du nom scientifique
Entacmaea : du grec [entos] = à l’intérieur ou en arrière et [acmè] = pointe, le plus haut point,
quadricolor : en latin, signifie "à quatre couleurs".
 Alimentation
L’anémone à bouts renflés vit en symbiose* avec des algues unicellulaires symbiotiques qui lui fournissent une partie de sa nourriture, via la photosynthèse* que ces algues font in situ dans les tissus de l’anémone.
Elle est aussi carnivore et capture les proies imprudentes qui passent à portée de ses tentacules armés de cellules contenant un poison, les cnidocytes*. Ces cellules sont concentrées aux extrémités des tentacules.
 Reproduction - Multiplication
La reproduction est sexuée par émission simultanée de gamètes* mâles et femelles dans l’eau. Les œufs contiennent déjà de nombreuses algues unicellulaires symbiotiques, ils sont de forme arrondie et mesurent environ 0,8 mm.
Il existe aussi un mode de reproduction asexuée (par scissiparité*, l’anémone se divise en deux individus distincts). Ce dernier mode de reproduction est fréquent en aquarium.
 Vie associée
Cette anémone est l'hôte de 13 espèces de poissons-clowns : Amphiprion akindynos, A. allardi, A. bicinctus, A. chrysopterus, A. clarkii, A. ephippium, A. frenatus, A. mccullochi, A. melanopus, A. omanensis, A. rubrocinctus, A. tricinctus, et Premnas biaculeatus.
Elle est aussi l’hôte de la demoiselle à trois points juvénile, Dascyllus trimaculatus, ainsi que de crevettes de l'ex-genre Periclimenes.
 Divers biologie
Les anémones du genre Entacmaea n’ont pas de verrues sur leur colonne.

On lit souvent que le gonflement de la bulle serait lié à la présence de poissons demoiselles symbiotiques, les jeunes individus n’abritant pas de poissons n’auraient pas les bouts renflés. Une autre hypothèse a été avancée, corrélant l’apparition des bulbes terminaux à l'éclairement : les tentacules recevant l’illumination la plus intense sont plus courts et généralement dotés d’un renflement. Si, au contraire, l’éclairage est faible, les tentacules seront longs et effilés. 

Ces anémones peuvent se déplacer : généralement les individus juvéniles vivent en colonie à faible profondeur, les plus grands sont solitaires et situés à des profondeurs plus importantes.
 Informations complémentaires
Cette anémone possède une protéine fluorescente qui émet dans le rouge.
 Références bibliographiques
Baumeister W., 1997, GUIDE DE LA FAUNE SOUS-MARINE MER ROUGE - OCEAN INDIEN, LES INVERTEBRES, ed. Ulmer, 320p.
Fautin D.G., Allen G.R., 1992, FIELD GUIDE TO ANEMONE FISHES AND THEIR HOST SEA ANEMONES, Western Australian Museum, Perth, 160p.
Gosliner T.M., Behrens D.W., Williams G.C., 1996, CORAL REEF ANIMALS OF THE INDO-PACIFIC, ed. Sea Challengers, Monterey, California, 314p.
Laboute P., Richer de Forges B., 2004, LAGONS ET RECIFS DE NOUVELLE CALEDONIE, ed. Catherine Ledru, IRD, Nouméa Nouvelle-Calédonie, 520p.
Sprung J., Delbeek C., 1999, L'AQUARIUM RECIFAL, VOLUME 2, ed. Ricordea Publisbing, 545p.
Weinberg S., 1996, DECOUVRIR LA MER ROUGE ET L’OCEAN INDIEN, ed. Nathan nature, France, 415p.
 Liens de références et publications spécifiques sur cette espèce
Scott A., Harrison P.L., 2007, Embryonic and Larval Development of the Host Sea Anemones Entacmaea quadricolor and Heteractis crispa, Biol. Bull., 213, 110-121.

La page d'Entacmaea quadricolor dans l'Inventaire National du Patrimoine Naturel : INPN
 
Comment citer cette fiche (How to cite this page) :
  LAMARE Véronique, MITEL Cédric,  in : DORIS, 9/2/2014 : Entacmaea quadricolor (Leuckart in Rüppell & Leuckart, 1828), http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=2137