DORIS  
DORIS   
   
 
 
   
  Votre recherche :
   
   
  Chercher par son nom commun :
 
   
  Chercher directement par tous les mots des fiches :
 
   
  Zone recherchée :
 
France
Eau douce
Atl. Nord-Ouest
Indo-Pacifique
Caraïbes
   
Toutes zones
   
  Fiche Espèce   (N°315)
 
Photos Imprimer cette fiche    
 
 
(N°315)  
Clathrina clathrus (Schmidt, 1864)
Méditerranée
Clathrine jaune
 
Calcisponges (Éponges calcaires)
 
 
Yellow clathrina (GB), Spugna gialla (I), Gelber Gitterkalkschwamm (D), Clatrina amarilla (E), Gele buisjesspons (NL), Clatrina amarela (P), Gul kalksvamp (N)
 Critères de reconnaissance
Eponge encroûtante calcaire jaune vif composée d’un réseau dense de fins tubes spongieux
Tubes qui s’entrecroisent et se lient pour former des petits coussinets relevés
Localisée sur substrats durs, peu éclairés
Oscules à l’extrémité des canalicules les plus larges
 Distribution
Méditerranée.
Peu répandue en Atlantique, mer du Nord et ouest de la Baltique.
 Biotope
La solubilité du carbonate de calcium augmentant avec la profondeur, la sécrétion du squelette calcique devient alors plus difficile au-delà des zones d’eau superficielle. C’est pourquoi elle se rencontre généralement entre 5 et 20 m de profondeur. Par ailleurs, sciaphile* et sessile, c’est à dire fuyant une luminosité trop importante et incrustée sur un substrat solide, on trouvera cette espèce principalement dans les zones ombragées (cavités et surplombs rocheux, crevasses…).
 Description
Cette éponge, encroûtante, de 5 à 10 cm, se présente sous forme d’un amas de tubes contournés et agglomérés, à section variable (entre 0,5 et 3 mm). De coloration jaune vif, sa structure est simple, constituée d’un squelette calcaire, dont les spicules (épines de forme plus ou moins complexe) se composent de calcite. Les oscules sont observables à l’extrémité des canalicules les plus larges. La consistance est molle, malgré les minces parties calcaires. Les spicules calcaires sont des triactines réguliers à section cylindrique et aux extrémités arrondies. Ils sont faciles à mettre en évidence avec de l'eau de javel.
 Espèces ressemblantes
Par sa couleur jaune vif, elle ne peut pas être confondue avec d’autres éponges calcaires de structure analogue en Méditerranée.
On peut cependant citer Clathrina contorta et Clathrina cerebrum, généralement blanches et Clathrina coriacea blanche mais parfois jaune, qui peuvent porter à confusion.
 Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Ascetta clathrus (Schmidt, 1864)
Grantia clathrus Schmidt, 1864
Leucosolenia clathrus (Schmidt, 1864)
Clathrina sulphurea Gray, 1867
Ascetta clathrina Haeckel, 1872
Ascetta maeandrina Haeckel, 1872
Ascetta mirabilis
Haeckel, 1872
Nardoa labyrinthus Schmidt in Haeckel, 1872
 
   
  Clathrine jaune  
   
  Amas de tubes contournés  
   
  Une espèce sciaphile  
   
  Variante de forme  
   
  A l'ombre des tombants méditerranéens  
   
  Un substrat d'accroche prisé  
   
  Une structure simple  
   
  Un organisme fragile  
   
  Un filtreur actif  
   
  Intensité de couleur  
   
  Clathrine blanche  
   
  Spicules au microscope  
 
 
 Participants
Rédacteur principal  
Aedwina REGUIEG Détail
Vérificateur  
Michel KUPFER Détail
Responsable régional  
Alain-Pierre SITTLER Détail
 
Aedwina REGUIEG  
 
     
Création le : 28/06/2008
Dernière modification le 16/01/2014 12:45:00
Les * dans les textes
renvoient au glossaire
 
     
 
 Classification
 
 

Termes scientifiques
(international)

Termes en français Descriptif/ caractéristiques
succinctes du groupe
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges  Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules). 
Classe Calcarea / Calcispongia Eponges calcaires / Calcisponges  Eponges exclusivement marines. Squelette de spicules calcaires non différenciés en méga- et microsclères. Eau peu profonde, substrat dur. 
Sous-classe Calcinea Calcinées  Spicules à 3 rayons (triaxones) aux angles égaux et aux branches égales. 
Ordre Clathrinida Clathrinides  Eponges formées d'un réseau de tubes calcaires souples entremêlés de consistance gélatineuse. 
Famille Clathrinidae Clathrinidés 

 

 
Genre Clathrina     
 
Espèce clathrus     
 
 
 Origine du nom français
Clathrine jaune : francisation du nom scientifique et spécification de la couleur de l'animal.
 Origine du nom scientifique
Clathrina : du grec [clathr-] = grillage.
 Alimentation
Animal filtreur, elle se nourrit grâce à la capture de proies microscopiques (crustacés planctoniques…) qu’elle retient au niveau des chambres choanocytaires après filtration de l’eau environnante.
 Reproduction - Multiplication
La reproduction sexuée a lieu en mars et avril en Méditerranée.
 Divers biologie
On distingue visuellement deux types d’éponges qui diffèrent par le diamètre des tubes transparents. Les deux sortes de tubes (fins ou gros) ne coexistent que très rarement sur le même individu.
On peut noter également qu'un contact sur la clathrine, main ou palme, engendre une modification très notable de son aspect et on peut observer une forme beaucoup plus filandreuse de cette éponge à l'endroit de ce contact. Dès lors, on peut dire que la rétractation de certains Spongiaires, même si elle est lente, peut être un fait observable.
 Informations complémentaires
Certains nudibranches (Peltodoris atromaculata), tout comme certains échinodermes (Echinaster sepositus) et poissons consomment des éponges. Dès lors, ces dernières ont mis en place tout un panel de défenses et de préventions à la prédation (cuirasse protectrice, colonisation de cavités, mécanismes de défenses chimiques, certaines se laissent même recouvrir d'épibiontes).
 Références bibliographiques
Bergbauer M., Humberg B., 2000, LA VIE SOUS-MARINE EN MEDITERRANEE, Guide Vigot, ed. Vigot, 318p.
FFESSM, CNEBS, 2004, A LA DECOUVERTE DE LA VIE SOUS-MARINE, Subaqua, HS n° 1 (2ème ed.), ed. Arc en ciel, 144p.
Göthel H., 1996, GUIDE DE LA FAUNE SOUS-MARINE, LA MEDITERRANEE, INVERTEBRES ET POISSONS, ed. Ulmer, 318p.
Mojetta A., 1996, MEDITERRANEE, INTRODUCTION A LA PLONGEE, ed. Gründ, 168p.
Weinberg S., 2007, DECOUVRIR LA MEDITERRANEE, ed. Nathan nature, 352p.
Weinberg S., 2004, DECOUVRIR L’ATLANTIQUE, LA MANCHE ET LA MER DU NORD, ed. Nathan nature, 384p.
Wood L., 2003, FAUNE ET FLORE SOUS-MARINES DE LA MEDITERRANEE, Identifier facilement 289 espèces, ed. Delachaux et Niestle, Les compagnons du naturaliste, 128p.
 Liens de références et publications spécifiques sur cette espèce
La page de Clathrina clathrus dans l'Inventaire National du Patrimoine Naturel : INPN
 
Comment citer cette fiche (How to cite this page) :
  REGUIEG Aedwina, KUPFER Michel, SITTLER Alain-Pierre,  in : DORIS, 16/1/2014 : Clathrina clathrus (Schmidt, 1864), http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=315