DORIS  
DORIS   
   
 
 
   
  Votre recherche :
   
   
  Chercher par son nom commun :
 
   
  Chercher directement par tous les mots des fiches :
 
   
  Zone recherchée :
 
France
Eau douce
Atl. Nord-Ouest
Indo-Pacifique
Caraïbes
   
Toutes zones
   
  Fiche Espèce   (N°697)
 
Photos Imprimer cette fiche    
 
 
(N°697)  
Ascandra contorta (Bowerbank, 1866)
Méditerranée, Atlantique Est, océan Arctique
Clathrine blanche
 
Calcisponges (Éponges calcaires)
 
 
 Critères de reconnaissance
Enchevêtrement de tubes blanchâtres très fins
Tubes très entortillés
Oscules en position verticale
 Distribution
Côtes d’Europe, de l’océan Arctique à la Méditerranée et la mer Noire, en passant par l’Atlantique.
 Biotope
Cette éponge vit à partir de 10 m jusqu'à environ 40 m de profondeur dans les biotopes* sciaphiles* sur substrats durs.
 Description
Ascandra contorta forme un réseau de tubes blanchâtres très fins (0,5 à 1 mm de diamètre), aplatis et irréguliers. Ces tubes sont très enchevêtrés et contournés et fusionnent d’une manière aléatoire. Les oscules*, sis à l’extrémité des tubes, sont en position verticale.
L’épaisseur de cette éponge est de 10 mm au maximum, sa surface sur le substrat* est variable. Cette éponge est fragile et douce au toucher.
Le squelette de l’éponge est composé de spicules* de type triactines et tétractines répartis aléatoirement sur les parois des tubes. Des spicules de type diactines se trouvent majoritairement dans les tubes périphériques.
 Espèces ressemblantes
Ascandra contorta ressemble beaucoup à Clathrina clathrus, si ce n’est la couleur qui diffère, ce qui les rend distinguables sous l’eau (C. clathrus est jaune et présente des oscules pas toujours visibles alors qu'A. contorta est blanche avec des oscules bien visibles).

En plongée, Ascandra contorta est difficile à distinguer de Borojevia cerebrum, autre clathrine blanche présente principalement en Méditerranée, mais rencontrée occasionnellement autour des îles Britanniques ou sur la côte atlantique d’Espagne. B. cerebrum peut présenter une couleur légèrement rosée et sa forme fait plus penser aux convolutions d’un cerveau.
Clathrina reticulum a une forme arrondie avec un oscule apical.
Des études récentes ont montré que Clathrina coriacea, autre clathrine blanche, n’est pas présente en Méditerranée. Cette espèce peut donc être confondue avec A. contorta dans la zone de l'Atlantique.
En tout état de cause, il faut observer les spicules pour déterminer l’espèce avec certitude.
 Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Clathrina spongiosa (Kölliker, 1864)
Nardoa spongiosa Kölliker, 1864
Ascaltis contorta (Bowerbank, 1866)
Leucosolenia contorta Bowerbank, 1866
Ascetta spinosa Lendenfeld, 1891
Clathrina spinosa (Lendenfeld, 1891)
Clathrina spinosa (Von Lendenfeld, 1891)
Clathrina contorta Minchin, 1905
 
   
  Clathrine blanche  
   
  Ascandra contorta  
   
  Association avec des cyanobactéries  
   
  Clathrine blanche de couleur rose...  
   
  Ascandra contorta dans son biotope  
   
  Individu de Bretagne  
 
 
 Participants
Rédacteur principal  
Véronique LAMARE Détail
Correcteur scientifique  
Jean VACELET Détail
Responsable régional  
Véronique LAMARE Détail
 
     
Création le : 14/11/2007
Dernière modification le 03/12/2014 15:29:00
Les * dans les textes
renvoient au glossaire
 
     
 
 Classification
 
 

Termes scientifiques
(international)

Termes en français Descriptif/ caractéristiques
succinctes du groupe
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges  Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules). 
Classe Calcarea / Calcispongia Eponges calcaires / Calcisponges  Eponges exclusivement marines. Squelette de spicules calcaires non différenciés en méga- et microsclères. Eau peu profonde, substrat dur. 
Sous-classe Calcinea Calcinées  Spicules à 3 rayons (triaxones) aux angles égaux et aux branches égales. 
Ordre Clathrinida Clathrinides  Eponges formées d'un réseau de tubes calcaires souples entremêlés de consistance gélatineuse. 
Famille Clathrinidae Clathrinidés 

 

 
Genre Ascandra     
 
Espèce contorta     
 
 
 Origine du nom français
Cette éponge n’a pas de nom spécifique en français. Nous proposons « clathrine blanche » puisqu’il est difficile de la différencier sous l’eau des autres clathrines de même couleur : Borojevia cerebrum ou Clathrina coriacea.
 Origine du nom scientifique
Ascandra : du latin [asc] = outre, vésicule et du grec [andros] = homme.
Clathrina : du latin [clathri-] lui-même venant du grec [clathr-] = grillage, treillis, grille.
Du latin [contortus] = tordu, entortillé.
 Alimentation
Les éponges sont des animaux filtreurs* qui se nourrissent de microparticules : bactéries, algues unicellulaires, débris organiques, ne dépassant en général pas 3 microns. Le courant d’eau nécessaire est créé par le mouvement de cellules ciliées spécifiques des éponges : les choanocytes*.
 Reproduction - Multiplication
La reproduction peut être sexuée ou asexuée.
- Sexuée : par œufs et spermatozoïdes, aboutissant à la naissance d’une larve* ciliée nageuse qui se fixe rapidement pour donner une nouvelle éponge. Les éponges sont hermaphrodites*, les gamètes* mâles et femelles d’une même éponge ne sont pas expulsés au même moment. Comme les autres clathrines, cette éponge est vivipare*. Elle se reproduit en août et septembre.
- Asexuée : par bourgeonnement ou bouturage de fragments qui se détachent de l’éponge mère pour se fixer un peu plus loin. Les éponges se reproduisent surtout asexuellement et ont une énorme capacité de régénération.
 Vie associée
A. contorta peut présenter par endroits une couleur rose, due à une association avec des cyanobactéries symbiotiques* (cf. photo 2).
 Références bibliographiques
Gilli A., Maillard P., 2000, PLONGEE DANS LE MONDE DES SPONGIAIRES, FFESSM Commission nationale de Biologie, 114p.
Hofrichter R., 2005, EL MAR MEDITERRANEO. FAUNA, FLORA, ECOLOGIA. VOLUMEN II /1 : GUIA SISTEMATICA Y DE IDENTIFICACION, PROCARIOTAS, PROTISTAS, HONGOS, ALGAS, ANIMALES (HASTA NEMERTEA), ed. Omega, Barcelona, Espana, 849p.
Van Soest R.W., Picton B., Morrow C., 2000, SPONGES OF THE NORTH EAST ATLANTIC, ed. ETI (Expert Center for Taxonomic Identification), NL
 Liens de références et publications spécifiques sur cette espèce
Klautau M., Azevedo F., Cóndor-Luján B., Rapp H.T., Collins A., Russo C.A.M., 2013, A Molecular Phylogeny for the Order Clathrinida Rekindles and Refines Haeckel’s Taxonomic Proposal for Calcareous Sponges, Integrative and Comparative Biology, 53(3), 447-461.

La page d'Ascandra contorta dans l'Inventaire National du Patrimoine Naturel : INPN
 
Comment citer cette fiche (How to cite this page) :
  LAMARE Véronique, VACELET Jean,  in : DORIS, 3/12/2014 : Ascandra contorta (Bowerbank, 1866), http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=697