Grande vive

Trachinus draco | Linnaeus, 1758

N° 637

Méditerranée, mer Noire, Atlantique Nord-Est et mer du Nord

Clé d'identification

Grande bouche ouverte vers le haut
Yeux rapprochés situés vers le haut (espace interorbitaire = ½ diamètre oculaire)
Flancs avec stries obliques bleues et jaunes (adultes)

Noms

Autres noms communs français
Araignée de mer, vive dragon, avive, étherin (Normandie), liétre (Bretagne)
Noms communs internationaux
Greater weever (GB), Dragone, tracina dragone (I), Draco, arana, escorpión (E), Grosses Petermännchen (D), Grote Pieterman (NL), Peixe-aranha-major (P)

Distribution géographique

Méditerranée, mer Noire, Atlantique Nord-Est et mer du Nord

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Méditerranée, mer Noire, mer du Nord et Atlantique Nord-Est du sud de la Norvège au Maroc.

Biotope

La grande vive fréquente les fonds sablonneux ou vaseux côtiers, à faible profondeur en été. Elle s'y enfouit, ne laissant dépasser que ses yeux et ses rayons venimeux, sur lesquels on peut accidentellement poser le pied ou la main. Elle migre dans les eaux plus profondes pendant l'hiver jusqu'à environ 300 m de profondeur

Description

La grande vive possède un corps allongé aplati latéralement. Sa taille varie de 20 à 40 cm maximum (30-35 le plus souvent).
Ce prédateur possède une bouche inclinée vers le haut et des yeux rapprochés situés au-dessus de la tête (espace interorbitaire = ½ diamètre oculaire). Deux petites épines sont visibles entre les yeux et la lèvre supérieure. Sur l'opercule on trouve une épine orientée vers l'arrière.
Le dos est beige brunâtre, les flancs plus clairs jaunâtres, écailles cycloïdes* et marqués de stries obliques bleues et jaunes, le ventre nacré.
Les nageoires dorsales sont au nombre de deux : la 1ère, à l'avant est triangulaire, courte et noire avec 5, 7 rayons épineux à l'extrémité, dont la piqûre est extrêmement douloureuse, la 2ème longue à rayons mous.

Espèces ressemblantes

En Méditerranée on peut rencontrer la vive à tête rayonnée Trachinus radiatus au flanc marqué de taches sombres au centre plus clair.
A la distribution similaire, la vive-araignée Trachinus araneus avec ses grosses taches noires sur le flanc peut être facilement confondue avec la grande vive.
La petite vive Echiichthys vipera avec des flancs marqués de points et tirets brun-jaune plus ou moins alignés.

Alimentation

Leur principal mode de prédation est la chasse à l'affût de petits poissons et petits crustacés. Il leur arrive de bondir rapidement sur des proies qui passent à plusieurs mètres du fond grâce à un mouvement de queue.

Reproduction - Multiplication

La reproduction a lieu au printemps ou en été selon les régions (printemps été en Méditerranée, en mai à Arcachon, juin à août dans la Manche). Les vives se rapprochent alors du bord.
Les œufs sont planctoniques.

Informations complémentaires

Même morte, la vive reste un poisson dangereux : ne pas la manipuler à mains nues et ne pas marcher pieds nus en bord de mer. Le niveau de toxicité de son venin reste élevé même morte. Une simple piqûre peut dans certains cas être cause de malaises, vertiges, paralysies voire de réactions allergiques de type anaphylactique. Son venin agit sur le système nerveux et circulatoire. La substance toxique contenue dans le venin étant thermolabile entre 40° et 50°C, un bain prolongé dans une eau chaude ou l'application de compresses chaudes constitue un premier traitement généralement efficace.
Dans tous les cas, il faudra consulter un médecin pour éviter les complications et décider d'un éventuel passage à l'hôpital.



La grande vive présente un grand intérêt culinaire, elle entre dans la composition de la bouillabaisse.

Origine des noms

Origine du nom français

Vive n'a rien à voir avec la vivacité de cet animal, mais a les mêmes origines que les mots vipère, vouivre, guivre ainsi que le weever anglo-saxon, désignant un dragon ou animal fabuleux aquatique. Le nom vive a été donné à ce poisson à cause de sa longévité une fois sorti de l'eau.

Origine du nom scientifique

Trachinus : du grec [trakh-] = rude, rugueux, raboteux, écailleux.
draco : du latin [draco] = dragon.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Trachinoidei Trachinoïdes Nageoires pelviennes jugulaires. Deux nageoires dorsales, la première à rayons acérés.
Famille Trachinidae Trachinidés Corps assez comprimé, oblong. Petite tête, museau court, grande bouche oblique, yeux haut placés et rapprochés, une épine venimeuse sur l'opercule. Deux nageoires dorsales séparées, la première courte à 5-7 épines venimeuses, la seconde très longue à 21-32 rayons mous.
Genre Trachinus
Espèce draco

Nos partenaires