Doris dalmatienne

Peltodoris atromaculata | Bergh, 1880

N° 169

Méditerranée, proche Atlantique

Clé d'identification

Nudibranche au corps ovale
Taches brun foncé sur fond blanc situées sur le corps
Panache branchial et rhinophores blancs
Longueur maximale de 7 à 12 cm

Noms

Autres noms communs français

Doris maculée, doris léopard, doris dalmatien, chiot dalmatien

Noms communs internationaux

Dotted sea-slug, cow snail (GB), Vacchetta di mare, lumaca maculata (I), Vaquita suiza (E), Leopardenschnecke, Leoparden-Sternschnecke, Kuhschnecke, Gefleckter Doris (D), Luipaardslak (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Discodoris atromaculata (Bergh 1880)

Distribution géographique

Méditerranée, proche Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

La doris dalmatienne a longtemps été considérée comme une espèce endémique* de Méditerranée. Cependant, de nombreux observateurs l'ont vue également dans la zone de l'Atlantique voisine de la Méditerranée (côte Basque, Canaries).

Biotope

La doris dalmatienne se trouve particulièrement dans les zones sombres et ombragées des fonds marins, dans les grottes, sur les parois ou le plafond, et peut se trouver à toute profondeur. Elle se trouve généralement sur l'éponge pierre Petrosia ficiformis dont elle se nourrit principalement.

Description

La doris dalmatienne est un nudibranche au corps ovale qui se reconnaît aisément grâce aux taches brun foncé sur fond blanc situées sur son corps. Ces taches sont réparties de façon aléatoire, bien que les plus grosses et les plus sombres se trouvent généralement localisées sur la partie centrale du corps de l'animal. Ces taches, bien visibles, ont probablement pour rôle de signaler à des prédateurs potentiels que l'animal n'est pas comestible (rôle aposématique*).
Lorsque l'animal se repose, le contour de son corps est presque circulaire. Sa consistance est dure au toucher. La taille moyenne est de 5 à 7 pouvant aller jusqu'à 12 cm.

La doris dalmatienne a une branchie en forme de plume sur la partie arrière du corps. Celle-ci est composée de huit appendices à trois ramifications et est utilisée par la doris pour respirer. Elle possède également deux rhinophores* sur la partie avant du corps. Ces rhinophores sont des organes olfactifs, comportant vingt-cinq lamelles, qui augmentent la surface de réception des molécules véhiculées dans l'eau. Branchies et rhinophores sont de couleur blanche et rétractiles et il faut être très attentif pour réussir à les observer en plongée, la doris les rétractant à la moindre alerte. Quand le danger est passé, les rhinophores et les branchies ressortent lentement.

Espèces ressemblantes

Aucune réelle confusion possible dans la zone de distribution, l'espèce étant très reconnaissable grâce à ses taches brunes.

Alimentation

Il est commun de dire que la doris dalmatienne se nourrit exclusivement de l'éponge Petrosia ficiformis. Une étude de 2004 a étudié les spicules contenus dans les fèces de dalmatiennes et a conclu que le régime alimentaire n'était pas aussi exclusif. La dalmatienne se nourrit en fait de 2 espèces du genre Petrosia et d'Haliclona fulva. La probabilité de rencontre sur une de ces éponges est d'autant plus grande que la limace est jeune.

L'éponge est broutée grâce à la radula*, bande râpeuse qui porte de nombreuses petites dents. Elle est caractéristique de l'embranchement des mollusques.

Reproduction - Multiplication

Les Peltodoris atromaculata sont hermaphrodites*. Lorsque les individus s'accouplent, ils échangent leurs spermatozoïdes* qui s'accumulent dans une poche (la spermathèque*). Les ovules sont fécondés lors de leur expulsion.
La ponte a la forme d'un ruban gélatineux enroulé, de couleur blanc-jaunâtre.

Vie associée

Se rencontre souvent sur l'éponge dont il se nourrit (en particulier Petrosia ficiformis).

Divers biologie

Cette espèce est assez commune. Avant le développement de la plongée, elle était considérée comme rare, car peu de spécimens pouvaient être ramenés par dragage à la surface. La durée de vie est estimée entre 15 et 24 mois.
P. atromaculata doit être approchée doucement si l'on souhaite voir les branchies ou les rhinophores qu'elle rétracte à la moindre alerte.

P. atromaculata sécrète des substances toxiques (sesquiterpènes, polyacétylènes) pour sa défense ainsi que des spicules calcaires qui lui confèrent un aspect granuleux : les taches brunes signalant qu'elle est immangeable sont donc amplement justifiées ! Les substances répulsives sont relâchées sous forme d'un épais mucus afin qu'elles ne se diluent pas trop vite dans l'eau. Un nuage blanc peut ainsi être observé se dégageant d'un animal dérangé (éviter de faire l'expérience tout de même).
Notons que les spicules* calcaires présentes dans le manteau de la doris dalmatienne n'ont rien à voir avec les spicules siliceux de son éponge favorite, qu'on ne retrouve que dans son système digestif !

Enfin, P. atromaculata pratique l'autotomie* (se couper soi-même), abandonnant une partie de son corps à un prédateur trop entreprenant.

Informations complémentaires

Une controverse existe sur le nom de genre valide de cette limace: Peltodoris ou Discodoris? Pour les mollusques, une référence sure est la base de données CLEMAM du Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris : http://www.somali.asso.fr/clemam/index.php.

On peut y lire que Peltodoris est le nom de genre valide : l'espèce qui avait été placée dans le genre Discodoris a été redécrite et replacée dans le genre Peltodoris - créé par Bergh en 1880 - sur des bases anatomiques par Valdès en 2002.
Un des caractères qui permet de séparer Peltodoris de Discodoris est l'absence d'une armature labiale chez les premiers (cf. Pruvot-Fol, 1954), donc le nom de genre est bien Peltodoris.

Pour tout savoir sur le cycle de vie de la dalmatienne depuis l'œuf, sa nourriture, etc..., une vidéo de 5 mn de Maud NEMOZ est disponible sur youtube.

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom de "doris dalmatien" a une origine simple : le terme Doris découle directement de la famille à laquelle appartient l'espèce, c'est-à-dire la famille des Discodorididés (voir l'origine du nom scientifique pour plus de détails). Le terme de dalmatien est dû quant à lui à l'apparence de l'animal, ses taches rappelant celles des chiens du même nom.

Doris étant un nom féminin, le nom français est en fait "doris dalmatienne". Cependant, la version masculine est la plus souvent employée dans les guides et chez les plongeurs. Son origine vient d'un article publié par Jacques Laborel en 1982, proposant de nommer cette limace "chiot dalmatien" en référence au film de Walt Disney.

Origine du nom scientifique

Peltodoris: du latin [pelta] = pelte, sorte de petit bouclier en forme de croissant, à l'origine en cuir, porté par les Thraces et les Amazones. Selon la mythologie, Doris est une divinité marine qui a donné son nom aux nudibranches doridiens. Doris était la fille des dieux grecs Océanos et Thétys et était mariée au dieu marin Nérée. Ensemble, ils eurent cinquante filles, les néréides (nymphes marines).
atromaculata : du latin [atr-] = noir et [maculatus] = tacheté.
Le nom scientifique Peltodoris atromaculata signifie donc doridien à points noirs.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Discodorididae Discodorididés Forme aplatie ovale ou un peu rectangulaire. Pied plus petit que le manteau granuleux. Possibilité d’autotomie du bord du manteau. Présence de glandes à acide. Tentacules buccaux coniques ou digitiformes.
Genre Peltodoris
Espèce atromaculata

Nos partenaires