Poulpe commun

Octopus vulgaris | Cuvier, 1797

N° 847

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique, Méditerranée, Antilles

Clé d'identification

Huit bras avec deux rangées de ventouses
Bras III droit hectocotylisé (copulateur)
Bras latéraux plus longs que les bras ventraux et dorsaux
Manteau musculeux
Yeux caractéristiques à pupilles fixes

Noms

Autres noms communs français

Pieuvre, "Polype" (V. Hugo), Châtrou (Calvados), Minard (Coutançais), Baligan (patois Normand), Soaven et Morgaz (Bretagne), Satrouille (Normandie), Satrou (Pays de Caux), Pofre (Occitan), Polp (Catalan), Ologarro (Basque)

Noms communs internationaux

Common octopus (GB), Polpo (I), Pulpo comun (E), Krake (D)

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique, Méditerranée, Antilles

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes

Le poulpe commun se rencontre dans les eaux tempérées et tropicales du monde entier. Il abonde tout particulièrement en Méditerranée et en Atlantique Nord-Est de la Manche au Sénégal en passant pas les îles des Açores, des Canaries et du Cap Vert. En France métropolitaine, il est présent sur tout le bassin méditerranéen et sur toute la façade atlantique. La limite actuelle de sa distribution (2013) semble s'arrêter en Manche Ouest sur les côtes nord de Bretagne ou de Normandie. Anciennement connu des côtes normandes et jusqu'au sud de la mer du Nord (France et Belgique) dans la première moitié du XXe siècle, il semble y avoir disparu depuis quelques dizaines d'années. Les hivers très rigoureux de 1956/57 et surtout 1962/63 sont évoqués pour expliquer ce recul de limite de distribution, mais quelques observations plus récentes (années 1980/1990) contredisent cette hypothèse.
N'hésitez pas à contacter le responsable de la fiche si vous observez ou mieux photographiez le poulpe commun plus à l'est que les côtes bretonnes du Nord.

Biotope

Le biotope* caractéristique du poulpe est le milieu benthique* côtier de substrat* rocheux, des rivages jusqu'à la limite supérieure du plateau continental (environ 150 m). De nombreuses observations montrent que la densité en poulpes décroît avec la profondeur.
Le coralligène* et les amas rocheux sont privilégiés par les poulpes, mais les fonds sableux ou vaseux et les herbiers sont en certaines régions très fréquentés. Les facultés mimétiques du poulpe lui permettent de se confondre avec n'importe quel milieu.
Casanier, le poulpe à un comportement territorial, chaque animal à son propre gîte. Sédentaire, il semble cependant obéir à des migrations en période de ponte (zones tempérées où la reproduction est saisonnière).

Description

Le corps du poulpe est constitué d'une tête globulaire portant de chaque côté, des yeux caractérisés par leur pupille horizontale. La tête est prolongée par un corps musculeux (le manteau) qui contient les organes. Le manteau* se découpe en plusieurs lobes tentaculaires garnis de deux rangées de ventouses. Les huit bras en étoile sont réunis par une membrane inter-brachiale et forment une couronne au centre de laquelle s'ouvre le bulbe buccal avec le « bec de perroquet ». La partie ventrale du manteau est entaillée par une large fente (fente palléale) vers la cavité palléale* où se trouvent les branchies* (respiration) et les viscères. Issu de cette cavité un entonnoir renversé, le siphon latéral, forme une sorte de tuyère qui sert à chasser l'eau de la cavité palléale sous l'effet des contractions du manteau. Le principe de réaction réalisé par cet entonnoir permet un déplacement propulsif unique dans la nature.
Le poulpe adulte a un poids moyen autour de 3 kilos, et bien que rares, des individus de 10 kilos ont été signalés. La taille d'environ 60 cm peut atteindre parfois 1,20 mètre chez les femelles et 1,30 mètre chez les mâles.

Espèces ressemblantes

Callistoctopus macropus (ou poulpe nocturne) qui est reconnaissable à ses tentacules plus fins et marqués d'une rangée de points blancs phosphorescents.

Genre Eledone :
Les élédones n'ont qu'une seule rangée de ventouses sur leurs bras et sont moins mimétiques. Elles vivent à plus grande profondeur.

Alimentation

Animal carnivore, le poulpe se nourrit essentiellement de crustacés, de mollusques céphalopodes et bivalves et très rarement de poissons.
Pour s'alimenter, le poulpe met en œuvre successivement :
- l'action des bras et des ventouses pour la capture des proies et le transport jusqu'au gîte.
- l'action mécanique des mandibules « bec de perroquet » pour déchiqueter les crustacés ou de la radula* pour percer la coquille des bivalves.
- l'action chimique d'un venin, la céphalotoxine* qui paralyse au préalable les proies. Ce venin est capable de tuer un lapin.
Les parties dures des carapaces et des coquilles sont rejetées. Le gîte du poulpe est bien souvent marqué par une agglomération de déchets pour en masquer l'entrée.
Le poulpe ne dédaigne pas d'entrer en concurrence déloyale avec les pêcheurs en prélevant des crustacés dans les appareils de pêche (nasses, casiers).

Reproduction - Multiplication

Maturité sexuelle :
- les mâles sont matures dès que leur poids atteint 200 g.
- les femelles, même les plus petites, le sont à 500 g.
Parade : La femelle sollicite le partenaire en nettoyant obstinément ses ventouses ; le mâle répond en exhibant les siennes et en tendant ses bras vers la femelle. Simultanément, les yeux s'entourent d'un cercle foncé.
Accouplement : le mâle se sert de son troisième bras (à droite en partant du milieu de la tête), l'hectocotyle*, modifié en spatule à l'extrémité et parcouru sur sa longueur par une gouttière. Il introduit l'hectocotyle dans la cavité palléale de la femelle pour injecter dans l'oviducte* les spermatophores*.
Les spermatophores vont libérer, dans une glande de l'oviducte, quantité de spermatozoïdes qui féconderont les ovules lors de leur passage dans l'oviducte. Cette glande fournit également les tiges et le mucus pour la fixation des œufs.
Période de ponte : de mars à novembre, de trois à huit semaines après l'accouplement suivant la température de l'eau.
La femelle pond ses œufs (100 000 à 500 000 - longueur environ 2 mm - agglomérés en une cinquantaine de cordons) en les fixant au plafond de sa grotte de ponte. La hauteur des cordons dépend de la hauteur sous plafond. La ponte peut durer de deux à quatre semaines.
Incubation : La femelle ventilera sa ponte jusqu'à éclosion (de 24 à 125 jours suivant la température), sans s'alimenter durant toute cette période. Elle meurt à la fin de l'éclosion.

Divers biologie

Hors période de reproduction, le poulpe est solitaire. La distance sociale entre deux individus est d'une trentaine de mètres. Ce comportement a été mis à profit par les pêcheurs, qui depuis l'antiquité ont proposé au poulpe des gîtes individuels, les gargoulettes (amphores et poteries encordées) pour le pêcher.

Le poulpe possède des capacités de camouflage très développées, qui combinent posture, structure cutanée et couleurs. La coloration est le fait des chromatophores* : cellules pigmentées du derme, très spécialisées qui en variant de taille (deux à soixante fois) étalent le contenu d'un sac pigmentaire et réalisent ainsi différentes nuances à partir du pigment de départ (jaune, orange, rouge, souvent brun, et noir).
Associés à d'autres cellules de taille fixe, les iridophores (réfraction élevée) et les leucophores (dispersion de la lumière), et superposés en 4 ou 5 couches, les chromatophores permettent l'ensemble des dessins cutanés utilisés par le poulpe pour son mimétisme.

En cas de danger, le poulpe possède un atout qui lui permet de dissimuler sa fuite et tromper le prédateur. Un « nuage d'encre » puisé dans la « poche du noir », est émis en petits jets. Ce leurre sombre qui semble dessiner la forme du poulpe peut persister une dizaine de minutes. Présente chez beaucoup de céphalopodes, cette poche débouche dans l'intestin, près de l'anus. Elle comporte une partie glandulaire qui produit la mélanine, et une partie réservoir où le pigment mélangé au mucus forme l'« encre ».

Les bras ou tentacules très souples, préhensiles peuvent porter jusqu'à 240 ventouses. Ces dernières constituées de parois musculaires cylindriques et d'un disque souple radié, assurent une adhérence parfaite sur tous les supports. Elles sont très sensitives et participent à l'homochromie. Le poulpe se sert de ces ventouses pour intimider les intrus et également pour parader à l'époque du frai. Le poulpe subit de fréquentes amputations totales ou partielles sur les tentacules de la part de ses prédateurs, congres, murènes, crustacés. Mais il est capable de régénérer ou reconstituer le tentacule amputé.

Les yeux sont d'une perfection voisine de celle des vertébrés (chèvre). Ils en ont la même composition : cornée, iris, cristallin, rétine et deux paupières. Le regard du poulpe est caractéristique par la pupille rectangulaire noire au centre de l'œil. Si la vue est sollicitée par quelque chose, le poulpe est très curieux, les yeux s'érigent. Ils sont mobiles et regardent dans toutes les directions.

Maître de son territoire, le poulpe s'y déplace, y chasse, en arpentant le fond marin. Il s'appuie sur les bras ou même rampe en avançant ou reculant de façon nonchalante sans hâte. Si le besoin s'en fait sentir, le poulpe peut se mouvoir très rapidement. Il se sert de la propulsion. Cette réaction résulte des contractions du manteau qui chassent l'eau contenue dans la cavité palléale, par un entonnoir, le siphon*. La propulsion est opposée au courant de l'eau rejetée par le siphon très mobile qui sert de gouvernail. La vitesse de course est réglée par l'écartement des bras du long du corps.

Au cours de l'automne 2007, des scientifiques (Guerra et al., 2007), suite au traitement d'images d'un poulpe commun harcelé par des poissons au large des Baléares, auraient détecté sur la bande son enregistrée par la caméra, un bruit sec, comme un coup de feu, clairement émis par le poulpe en train de se défendre, accompagné sur les images d'un éclair de lumière. Selon les chercheurs de l'institut de recherches marines de Vigo, il s'agirait d'un phénomène de cavitation "ce bruit pourrait avoir été produit par une contraction extraordinairement puissante du manteau du poulpe dans une situation de danger extrême". L'incidence de la lumière solaire à travers les bulles générées par l'émission du "coup de feu" pourrait expliquer l'éclair de lumière observé.
Cette stratégie sonore serait donc un mécanisme de défense ultime pour échapper aux prédateurs. Mais il nécessiterait une telle dépense d'énergie que le poulpe ne l'utiliserait que très rarement. Ce qui expliquerait la découverte tardive de ce nouvel étrange atout du poulpe.

Le poulpe est capable d'autotomie* (un bras peut se détacher à un endroit déterminé, ou être coupé par son propriétaire pour échapper à un prédateur), mais aussi d'autophagie, ce qui est très différent. Ce processus d'autophagie peut avoir deux causes. La première n'est pas clairement élucidée, il s'agirait de l'effet d'une substance pathogène produite par l'animal lui-même, ou plus probablement d'une maladie infectieuse attaquant le système nerveux. L'incubation prendrait entre une et deux semaines et la mort surviendrait un à deux jours après le commencement du comportement d'autophagie. Cette maladie peut surgir à n'importe quel âge. La seconde cause est mieux connue, il s'agit d'un effet de la sénescence qui frappe le poulpe mâle après sa maturité sexuelle et sa période d'activité reproductrice. Il se caractérise par une perte progressive d'appétit, une hyperactivité désordonnée, des lésions blanches sur le corps, l'effet le plus spectaculaire étant une perte du contrôle des mouvements du corps. Cette perte affecte notamment les bras, qui partent en tous sens en se gênant mutuellement, et peut mener à l'autophagie, le poulpe consommant ses tentacules. Les rares femelles qui survivent à l'éclosion de leurs œufs entrent de la même façon en sénescence.

Informations complémentaires

Observation rare et mal expliquée : la « danse de Civa ».
Une seule observation de ce spectacle, vu également par d'autres plongeurs : le poulpe (femelle ?) est sorti de son trou et s'est mis à « danser » devant le groupe, les tentacules vrillant en tous sens comme les Apsara d'Asie, certains entrant et sortant de la cavité palléale comme des serpents ondulants, s'entourant en vibrant autour du corps ou encore ondulant en pleine eau. Un autre poulpe venu de l'arrière est remonté à proximité du premier. Soumis à la curiosité des plongeurs, il a commencé à ramper plus loin. Reprise de l'observation du premier poulpe, il a repris sa parade. Les scientifiques consultés pensent à une séance de déparasitage. Il pourrait aussi s'agir du triste spectacle donné par un poulpe sénescent. Observation interrompue par manque d'air.

Beaucoup de plongeurs « traumatisent » les poulpes en « jouant » avec eux jusqu'à ce qu'ils projettent leur encre. Les moyens de défense des organismes sous-marins ne sont pas des jeux. Le métabolisme mis en œuvre pour ces protections demande une forte dépense énergétique par l'animal qui est loin de considérer cela comme un jeu. Le poulpe est joueur mais laissez-lui l'initiative.

Les poulpes, comme la plupart des céphalopodes, sont très prisés en gastronomie. Ils sont pêchés sur tout le bassin méditerranéen depuis l'antiquité. Bien que faisant partie de la ressource économique des pêches, le poulpe n'est pas une espèce menacée.

Origine des noms

Origine du nom français

Poulpe vient du grec [polupous] = pieds multiples.
L'autre nom français « pieuvre » vient d'un mot d'un langage des îles anglo-normandes, mis en exergue par V. Hugo.

Origine du nom scientifique

Du latin [octopus] = huit pieds et [vulgaris] = commun.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Cephalopoda Céphalopodes Yeux complexes, coquille interne, externe cloisonnée ou absente, cavité palléale musclée, siphon musculeux, tentacules ou bras (munis de ventouses), poche à encre.
Sous-classe Coleoidea / Dibranchiata Coléoïdes / Dibranchiaux Ventouses sur les bras, au nombre de 10 au moins. Bras hectocotyle pour le transfert du spermatophore. 2 branchies, 2 néphridies, une coquille interne ou vestigiale, des chromatophores, une poche à encre, un grand cerveau.
Super ordre Octobrachia Octopodiformes

Céphalopodes à huit tentacules, connectés par une sangle interbrachiale. Corps en sac globuleux. Ventouses rondes symétriques sans anneau corné. Jamais de crochets.

Ordre Octopoda Octopodes 8 bras. Corps en forme de sac. Ce sont les poulpes.
Sous-ordre Incirrina / Incirrata Incirrates Nageoires et lame interbrachiale perdues. Benthiques pour la plupart.
Famille Octopodidae Octopodidés
Genre Octopus
Espèce vulgaris

Nos partenaires