Ombrelle

Umbraculum umbraculum | (Lightfoot, 1786)

N° 1115

Cosmopolite

Clé d'identification

Mollusque de 20 cm
Corps ovale, haut et verruqueux
Coquille visible, plate, couverte d'épibiontes, plus petite que le corps
Rhinophores en forme de tube jaune orangé

Noms

Noms communs internationaux

Umbrella Slug (GB), Atlantic umbrella slug (US), Lumaca ad ombrello (I), Hitoegai (J), the warty sea-slug (NZ)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Il existe de nombreux synonymes de l'espèce (plus de 30) dans les ouvrages mais certains scientifiques distinguent deux espèces :
Umbraculum umbraculum (Lightfoot, 1786) comme espèce du Pacifique et de l'Indo-Pacifique,
Umbraculum mediterraneum (Lamarck, 1812) en Méditerranée et Atlantique.

Mais il semblerait que les espèces décrites correspondent à une seule espèce Umbraculum umbraculum (Lightfoot, 1786), la différence résiderait dans la couleur du manteau et l'aspect de la coquille et sans un examen approfondi de la morphologie des individus le doute reste entier. La prudence nous dicte de l'appeler Umbraculum umbraculum (Lightfoot, 1786) comme dans les bases de données CLEMAM et WoRMS.
Parmi les nombreux synonymes, citons par exemple :
Patella umbraculum Lightfoot 1786 (basionyme)
Umbrella mediterranea Lamarck, 1812
Umbraculum chinense Schumacher, 1817
Patella ombracula Blainville, 1819
Umbraculum mediterraneum (Lamarck, 1819)
Umbraculum indicum (Lamarck, 1819)
Umbraculum botanicum Hedley, 1923
Parmophorus patelloide Cantraine, 1835,
Patella umbrellata delle Chiaje, 1836
Umbrella lamarckiana Récluz, 1843
Umbraculum bermudense (Mörch, 1875)

Distribution géographique

Cosmopolite

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Caraïbes

Cosmopolite : mer Méditerranée, océan Atlantique, océan Indien, Pacifique (présent en Nouvelle-Calédonie), Caraïbes.

Biotope

Fonds sablo-vaseux près du coralligène et des roches où il s'aventure en quête de nourriture, de la surface jusqu'à des profondeurs de 50 m.
Mais Umbraculum umbraculum a été remonté par dragage au large de la Nouvelle-Galles du Sud par des profondeurs de 274 m, totalement décoloré, ce qui fait penser que la coloration serait due à son alimentation (les éponges étant bien souvent pâles voire incolores à ces profondeurs).

Description

Umbraculum umbraculum est un grand gastéropode pouvant atteindre 20 cm de diamètre et portant une coquille visible, plus petite que le corps d'environ 7 cm de diamètre souvent couverte d'épibiontes* où ne peut se réfugier le corps.
Le corps est rond ovale verruqueux, d'un brun rouge tirant sur le jaune avec des cercles plus clairs autour des tubercules de tailles inégales. La couleur peut varier d'une région à une autre selon l'alimentation.
L'animal déforme peu son corps dans ses mouvements, le corps reste ainsi presque aussi haut que large. Seule la présence des rhinophores jaune orangé en forme de tubes enroulés avec deux petits yeux noirs à la base peuvent trahir la tête de l'animal.
La branchie plumeuse de grande taille est du côté droit uniquement, entre le manteau et la coquille, peu visible.
La bouche présente deux grands tentacules buccaux plats qui se situent entre les rhinophores et sous les organes reproducteurs. Le dessous du pied est jaune plus ou moins vif, lisse et recouvert par le manteau (donc peu ou pas visible).

Espèces ressemblantes

Dans les mêmes zones géographiques Tylodina perversa (Gmelin, 1791) en Méditerranée et Atlantique Nord-Est, Tylodina corticalis (Tate 1889) en Australie, et Tylodina fungina Gabb 1865 en Californie, sont trois espèces de la famille des tylodinidés. Ces trois espèces semblables ne peuvent pas être confondues avec Umbraculum umbraculum, elles sont beaucoup plus petites, avec une coquille en forme de chapeau chinois et un manteau jaune et lisse.

Pleurobranchus testudinarius Cantraine, 1835 lui ressemble beaucoup pour un œil non averti, à peu près de même taille, l'aspect est moins pustuleux et la coquille n'est pas visible. Le pleurobranche-tortue est présent dans toute la Méditerranée et Atlantique proche.

Pleurobranchus grandis Pease, 1868 est le plus grand des pleurobranches, il peut atteindre plus de 21 cm. La couleur peut être variable de brun foncé à blanc avec des taches brun clair, sa coquille est interne. Cet animal est présent en mer Rouge ainsi que dans tout l'Indo-Pacifique.

Pleurobranchaea maculata (Quoy & Gaimard, 1832) est une espèce tropicale beaucoup plus petite (dépasse difficilement 10 cm) avec des rhinophores visibles sur la tête et une coquille non visible.

Archidoris wellingtonensis (Abraham, 1877), Nouvelle-Zélande, pas de coquille visible mais c'est un doridien avec un bouquet de branchies autour de l'anus.

Alimentation

Umbraculum est un carnivore mangeur d'éponges et tout particulièrement de démosponges, il écarte son manteau bifide* vers le devant entre les rhinophores et entoure l'éponge pour la brouter avec sa radula* mais on connaît très peu de choses sur les éponges qu'il préfère. Dans les ouvrages de Cattaneo-Vietti on trouve une liste d'éponges qui sont mangées par Umbraculum comme Tethya citrina, Diplastrella unistellata, Jaspis johnstoni, Alectona millaris, Agelas sp., Aaptos aaptos et Spirastrella cunctatrix.
L'analyse des déjections fécales faite par Bill Rudman de l'Australian Muséum, a montré que chaque paquet de déjections avait les spicules de chaque éponge mangée rangés en fagots entourés de mucus.

Reproduction - Multiplication

On connaît très peu de chose sur la reproduction, mais il semblerait que, vu l'emplacement des organes reproducteurs, ils se reproduisent dans la position tête à tête.
La ponte est en ruban non spiralé de 100 cm de long et 22 mm de hauteur.
Le nombre de capsules d'œufs par cm2 serait de 46000 et il y aurait en moyenne 37 œufs dans chaque capsule. Cela donne un nombre total de plus de 4,5 millions d'œufs dans l'ensemble du ruban.

Vie associée

Pouvant s'enfouir sous le sable ou au cœur d'une éponge qu'il a creusée, Umbraculum fait partie des espèces cryptiques* (cachées), seule la coquille reste visible et de ce fait se colonise d'algues et de vers tubicoles passant ainsi totalement inaperçu.

Informations complémentaires

Umbraculum ressemblerait à une Alicia mirabilis (Cnidaire, Anthozoaire) contractée, pour certains ce serait une façon de dissuader d'éventuels prédateurs.

Origine des noms

Origine du nom français

Traduction du nom latin [umbraculum] = parasol, ombrelle.

Origine du nom scientifique

Umbraculum : diminutif du latin [umbra] = ombre, donc ombrelle (qui servait à faire de l'ombre au pape).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Notaspidea / Pleurobranchomorpha Notaspides / Pleurobranchomorphes Coquille en coupelle plate, cachée ou absente. Cavité palléale représentée par une gouttière située sur le coté droit avec une branchie pourvue d’une double rangée de lamelles. Pas de lobes pédieux. Rhinophores enroulés. Tous marins.
Famille Umbraculidae Umbraculidés Coquille externe patelliforme. Pied grand, ovale, fortement verruqueux sur le dessus. Pas de parapodies. Tête portant deux tentacules. Manteau dépassant un peu de la coquille. Grande et longue branchie plumeuse sur le côté droit entre le manteau et le pied.
Genre Umbraculum
Espèce umbraculum

Nos partenaires