Simnie blanche

Simnia spelta | (Linnaeus, 1758)

N° 310

Bassin méditerranéen, Atlantique proche

Clé d'identification

Coquille brillante, fuselée, blanche à extrémités pointues, allongée et solide
Petite taille : 1,5 à 2 cm maximum
Vit sur les gorgones
Coloration de la coquille blanche à saumonée
Manteau à coloration variable qui présente des ponctuations blanches ou des marbrures

Noms

Autres noms communs français

Ovule blanche

Noms communs internationaux

White simnia, keys simnia (GB), Conchiglia delle gorgonie bianca (I), Weisse Spelzenschnecke (D), Gorgoonslakje (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Bulla spelta Linnaeus, 1758
Neosimnia spelta (Linnaeus, 1758)
Simnia nicaeensis Risso 1826
Ovulum secale Sowerby 1828
Ovula acicularis Tryon 1885
Ovula intermedia Tryon 1885
Ovula sowerbyana Tryon 1885
Ovula spelta var. lutea Pallary 1900
Ovula spelta var. lutea-rosea Pallary 1900
Simnia spelta var. brevis Coen 1949

Distribution géographique

Bassin méditerranéen, Atlantique proche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Espèce décrite jusqu'à récemment comme endémique et exclusivement méditerranéenne (elle est présente surtout dans le bassin de la Méditerranée occidentale et certaines zones de la mer Adriatique), on pourrait également la retrouver en Atlantique, depuis la frontière franco-espagnole, au niveau des côtes de la Galice, en Espagne, jusqu'à l'Angola et les îles Canaries.

Biotope

Cette espèce vit à partir de 10 m de profondeur, toujours sur des branches de gorgones.

Description

La simnie blanche est un Mollusque Gastéropode pourvu d'une coquille oblongue aux extrémités pointues, de couleur blanche à saumon, brillante, fuselée, pouvant atteindre une taille de 1,5 à 2 cm maximum. L'ouverture se trouve sur la face inférieure et parcourt toute la longueur de la coquille. Son rebord externe est épais.
Cette coquille peut être recouverte par le corps de l'animal ou manteau*, lorsque celui-ci est en extension. Ce manteau est parsemé de ponctuations blanches ou de stries marbrées dont la coloration varie en fonction du support sur lequel l'animal évolue. Le pied même de l'animal s'accorde à la couleur de la gorgone. Le plus souvent marqué de traits verticaux de couleur rouge à pourpre sur les flancs, il peut donc apparaître blanc ou jaune pâle, orange ou rouge. On peut parfois distinguer un siphon, de couleur violette, qui émerge du canal siphonal formé par la coquille.

Espèces ressemblantes

Cette espèce peut être confondue avec la simnie rouge (appelée aussi ovule rouge) : Pseudosimnia carnea (Poiret, 1789) dotée d'une coquille plus trapue et d'une coloration brune à rouge, qui vit sur les gorgones et le corail rouge.

Egalement avec :
- Simnia patula (Pennant, 1777) (coquille plus large avec une large ouverture) qui vit sur les côtes atlantiques sur l'hydraire Tubularia indivisa, l'alcyonnaire Alcyonium digitatum et la gorgone Eunicella verrucosa ainsi que sur quelques autres colonies d'anthozoaires.

- Pedicularia sicula (Swainson, 1840) est confinée à la partie la plus méridionale du bassin méditerranéen.

Alimentation

Cette espèce se nourrit des polypes des gorgones qu'elle broute lentement grâce à une langue râpeuse : la radula*.
Son régime alimentaire est exclusif. Cependant, par la lenteur du broutage qui ne provoque que des lésions minimes, les dommages ne provoquent pas la mort de la gorgone-hôte.

Reproduction - Multiplication

Espèce à sexes séparés et à fécondation interne. Les pontes déposées sur les branches de la gorgone sont mimétiques à leur support.

Vie associée

La simnie vit sur diverses espèces de gorgones dont celles des genres Eunicella, Paramuricea, Lophogorgia.

Divers biologie

C'est une espèce peu commune (probablement du fait de sa petite taille et de son camouflage).
Les pigments prélevés sur la gorgone sont stockés dans le manteau et ainsi assurent une coloration protectrice.

Ce mollusque est doté d'une radula*, équivalent d'une langue râpeuse, située dans une invagination du plancher buccal.
La radula est une lame chitineuse*, garnie de denticules : petites dents disposées en rangées transversales. Cette radula a la forme d'une râpe et fonctionne de la sorte. Elle est bien adaptée au broutage des proies grâce au mouvement de va-et-vient qui dilacère les aliments sélectionnés par les mâchoires. La radula s'use continuellement vers l'avant et se renouvelle par l'arrière.

La radula constitue une caractéristique ancestrale des Mollusques en général et un élément discriminatif pour la classification dans cet embranchement.

Informations complémentaires

Avant le développement de la plongée, les petites ovules comme cette espèce étaient très recherchées par les collectionneurs car rares. Maintenant, eu égard au fait que les plongeurs en rencontrent plus facilement, elles le sont moins.

Origine des noms

Origine du nom français

Simnie blanche : espèce dénommée ainsi en référence à la couleur de la coquille nue.

Origine du nom scientifique

Simnia (de Scymnia) : petit d'un animal (en grec comme en latin, cf. Gaffiot). Risso, créateur du genre en 1826, avait simplement simplifié Scymnia en Simnia. Ce Mollusque pourrait être considéré comme une petite porcelaine....

spelta : épeautre (grain d'épeautre), sorte de blé (Gaffiot), en référence à la forme et à la taille de la coquille.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Ordre Littorinimorpha Littorinimorphes
Famille Ovulidae Ovulidés Coquille piriforme à fusiforme, étirée aux extrémités, souvent rostrée. Tours recouvrant entièrement la spire. Dents aperturales faibles. Lèvre interne lisse sans dent LDA.
Genre Simnia
Espèce spelta

Nos partenaires