Grand vermet

Thylacodes arenarius | (Linnaeus, 1758)

N° 294

Méditerranée et proche atlantique

Clé d'identification

Fixé sur un substrat dur
Corps rouge taché de beige, sans opercule
Diamètre du tube calcaire de 10 à 15 mm
Surface externe finement striée
Surface interne lisse et nacrée

Noms

Autres noms communs français
Vermet géant, vermet
Noms communs internationaux
Giant worm-shell (GB), Vermetide grande (I) , Caracol vermiforme (E), Grosse Wurmschnecke, Riesenwurmschnecke (D), Grote wormslag (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Serpula arenaria Linnaeus, 1758,
Serpulorbis arenarius
(Linnaeus, 1767), encore valide jusqu'à fin 2012,
Vermetus gigas
Bivona Ant. 1832,
Lemintina arenaria,
Serpulorbis arenaria est une erreur typographique/orthographique maintes fois reproduite dans les guides naturalistes.
Vermetus dentifer Lamarck 1818
Serpulorbis polyphragma Sassi 1827
Vermicularia lineolata Gravenhorst 1831
Vermetus selectus Monterosato 1878
Vermetus verrucosus Monterosato 1892

Distribution géographique

Méditerranée et proche atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Méditerranée et les côtes atlantiques espagnoles jusqu’aux Canaries.

Biotope

Le grand vermet, à l'état adulte, est toujours fixé sur des substrats durs tels que : roche, coralligène, algues calcaires ou coquille d’un autre mollusque. Le grand vermet est rencontré dès les petits fonds jusqu'aux plus grandes profondeurs.

Description

Le grand vermet est un mollusque atypique qui vit en permanence dans son tube lui-même fixé à l’état adulte. La coquille tubuliforme souvent couverte d’épibiontes*, s’enroule sur la droite (dextre*) de façon irrégulière (forme de tire-bouchon). Seuls les 20 premiers mm (2-4 tours) sont constitués de spires jointives. Les spires sont parcourues de nombreuses lignes finement granuleuses formant un quadrillage transversal et longitudinal. Sans épibionte, la coquille vivante est de couleur jaune grisâtre. La coquille vide prend une teinte blanche calcaire. L'aspect lisse et nacré de l'intérieur de son tube permet de le distinguer des polychètes sédentaires (serpulidés). Le diamètre de l’ouverture de section ronde est de 11 à 15 mm sans opercule. Taille moyenne de 100 mm (jusqu’à 200 mm).
La partie visible du corps est rouge avec des taches de couleur crème ou or, il s’agit du pied. Le pied est atrophié et a perdu sa fonction de déplacement. Deux tentacules sensoriels sont parfois visibles sur un des bords du pied.

Espèces ressemblantes

La famille des Vermetidae inclut une douzaine d’espèces méditerranéennes (3 genres).

Vermetus triquetrus Bivona Ant 1832 (= Bivonia t.) petit vermet. Spirale sur un seul plan en général, taille plus réduite (40 mm). Diamètre du tube 4 à 6 mm. Section plus ou moins triangulaire. Présence d'un opercule concave.

Vermetus semisurrectus Bivona Ant 1832 est semblable au grand vermet (100 mm maximum). Méditerranée, jusqu'au détroit de Gibraltar.

Siliquaria obtura=Tenagodus obtusus (Schumacher, 1817), (escargot serpentiforme), Siliquaridae. Coquille irrégulière, enroulée à gauche (senestre*) et caractérisée par la présence d’une fente, en partie ouverte, sur toute la longueur du tube calcaire. Diamètre 6-10 mm, jusqu’à 100 mm ou plus. Sur substrats durs, peu fréquent. Canaries, Afrique occidentalle, mer d’Alboran. Mais est-il présent dans nos eaux méditerranéennes françaises ?

Certains annélides au tube calcaire peuvent être confondus avec les vermets. Une confusion est possible, d'une part avec les serpules (d’où son nom …) mais une observation détaillée de l’orifice sans opercule dissipe le doute (Serpula vermicularis,...), d'autre part avec les protules (Protula sp.), qui ne possèdent pas d'opercule, comme le grand vermet, mais c'est la présence du pied rougeâtre et de la nacre tapissant l'intérieur du tube, qui nous aidera ici. Notez que, une fois rétractées dans leur tube calcaire, protules (sans opercule) et serpules (avec opercule partiellement enfoncé) laissent "vide" en apparence la première partie de l'orifice d'entrée.

Alimentation

Sécrétion par le pied des filaments mucilagineux (« filets » de bave) qui piègent les organismes du microplancton et les particules organiques comestibles. Ces sécrétions sont ramenées à intervalles réguliers, à l’aide des mouvements ciliaires de ses branchies, pour être consommées.

Reproduction - Multiplication

La reproduction a lieu entre juillet et décembre. Les sexes sont séparés et la fécondation est interne (pénétration des spermatophores dans le tube des femelles). La larve et le juvénile possèdent une coquille typique des Mésogastéropodes, mais au fur et à mesure de sa croissance (et après sa fixation au substrat), les tours de spires se séparent de façon plus ou moins irrégulière pour donner à la coquille de l’adulte sa forme tire-bouchonnée.

Origine des noms

Origine du nom français

Vermet : nom masculin de l’ancien français [verm] = ver. C’est le nom commun de notre mollusque gastéropode vermiforme et marin.

Origine du nom scientifique

Thylacodes : ?

Serpulorbis
: du latin [serpula, ae] = petit serpent et du latin [orbis] = cercle, pour la forme de la coquille et probablement pour l'ouverture ronde.

arenarius
: du latin [arenarius, a, um] = du sable.

Vermetus
: du latin, [vermiculātus, a, um] = en forme de ver.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Ordre Littorinimorpha Littorinimorphes
Famille Vermetidae Vermétidés

Coquille fixée à un substrat (roche, coraux, mollusques) tubulaire à enroulement lâche et irrégulier commençant ppar un premier tour spiralé, une ouverture ronde souvent pourvue d'une fente, une couche interne brillante, un opercule corné, de taille réduite ou absent. Ils vivent souvent en colonies. D'après Lindner 2011:80.

Genre Thylacodes
Espèce arenarius

Nos partenaires