Goutte de lait

Galeomma turtoni | Turton, 1825

N° 1188

Atlantique Nord-Est, Méditerranée, Afrique de l'Ouest

Clé d'identification

Bivalve vivant sous les pierres, les valves ouvertes
Coquille fine, blanche, d'une longueur moyenne d'environ 8 mm et recouverte du manteau
Coquille fortement bâillante sur toute la longueur de son bord ventral
Réseau dense de stries rayonnantes sur la face externe, avec de fines lignes concentriques

Noms

Autres noms communs français

Œil de belette

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Galeomma turtoni Bell et al. in Turton,1825
Galeomma turtoni
Sowerby G.B.I in Turton, 1825
Parthenope formosa
Scacchi, 1833
Hirudinaria alba Scacchi, 1833
Hiatella polii
Gray, 1851
Galeomma pileum
Brusina, 1870
Imisia aperta
Brusina, 1870

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est, Méditerranée, Afrique de l'Ouest

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On trouve Galeomma turtoni en Manche et mer du Nord, tout autour des îles Britanniques, sur les rivages de l'Atlantique Nord-Est, le long des côtes d'Afrique de l'Ouest jusqu'en Angola. Il est présent en Méditerranée jusqu'en Grèce. Il est signalé de façon plus vague dans l'océan Indien et aux Philippines.

Biotope

Ce bivalve original vit fixé sur un substrat dur, souvent sous les pierres, dans la zone infralittorale*, entre 2 et 20 m environ.

Description

En retournant une pierre, on aperçoit deux à trois petites masses laiteuses ovales à deux parties bâillantes, enrobées de gélatine : ce sont des Galeomma turtoni. Ce singulier bivalve vit en effet fixé sous les pierres, les deux valves ouvertes. Son manteau le recouvre en grande partie. Il peut ramper à la façon d'une patelle.

La coquille est petite, fine, étroitement oblongue et légèrement renflée. Elle mesure habituellement environ 8 mm, au maximum 15 mm, bien qu'elle paraisse plus grosse avec l'expansion du manteau.
Elle est équivalve*, subéquilatérale* et fortement bâillante sur toute la longueur de son bord ventral ; la zone d'ouverture fait face au substrat*.

La partie externe est « encapsulée » en grande partie dans le manteau et n'est donc pas encroûtée. La coquille de couleur blanc laiteux est légèrement translucide. Le périostracum* n'est pas visible.
L'ornementation est caractérisée par de fines lignes concentriques entrecoupées par un dense réseau de stries rayonnantes, de plus en plus saillantes. Elles divergent vers le bord extérieur, finement dentelé. On remarque aussi quelques stries d'accroissement et de courantes cassures réparées. Au départ du crochet, la protoconque*, saillante prend la forme d'un petit mamelon.

La partie interne est blanche, légèrement argentée, presque lisse, avec une impression palléale* entière peu visible, et deux petites empreintes musculaires inégales. La charnière simple est édentée, logée dans une petite fossette triangulaire située sous les crochets où se place le ligament interne, visible de l'extérieur.
Les lobes du manteau* sont réunis mais présentent deux ouvertures, une antérieure très grande qui laisse passer le pied* et une postérieure plus petite pour le siphon*. Le pied est allongé, subvermiforme*, fendu à son bord inférieur et présente un byssus* soyeux. Les branchies, grandes, doubles, inégales, minces, sont réunies en arrière et finement striées.

Espèces ressemblantes

Il se rapproche de certains Galeommatidés à manteau recouvrant, notamment Galeomma coalita d'Afrique de l'Ouest. Ce dernier diffère de G. turtoni par la non-baillance de ses valves, ce qui est inhabituel pour ce genre. Il est aussi beaucoup moins comprimé latéralement et son ornementation est beaucoup plus régulière.

Alimentation

Ce petit bivalve est un microphage* filtreur*.

Reproduction - Multiplication

Galeomma turtoni a un mode de reproduction gonochorique* : un mâle nain est en effet fixé sur le bord externe du manteau de la femelle et vit comme un parasite. Après une courte période de couvaison dans la cavité palléale* de la femelle, les larves* sont expulsées sans coquille et entament un mode de vie temporaire pélagique*. Comme le suggère la forme de la protoconque, la larve est planctotrophe*. Ce mode de développement permet une grande dispersion de l'espèce.

Vie associée

On trouve souvent les Galeomma regroupés par trois ou quatre sous la même pierre. Cela suggère un mode de vie grégaire.

Divers biologie

Ce petit bivalve a été peu décrit et étudié. Il n'est pas non plus très courant...ou rarement observé.

Ce petit animal est un marginal : alors que la plupart de ses confrères vivent enfouis dans des substrats meubles, valves fermées, celui-ci vit sous les pierres, fixé par son byssus, les deux valves ouvertes, recouvert en grande partie par son manteau. Il peut se déplacer, les valves sont alors complétement ouvertes et forment un disque. C'est donc un organisme épibionte* vagile*. Manteau recouvrant et reptation caractérisent d'ailleurs la famille des Galeommatidae, contrairement au mode de reproduction qui n'est particulier qu'à quelques espèces de la famille.

Autre singularité de cette espèce : le mâle nain (0,77 mm de long) qui s'attache au manteau de la femelle !

Il est strictement marin.

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom de " goutte de lait" a été créé pour cette fiche DORIS, en référence à la couleur blanc laiteux de ce coquillage, telle qu'on la voit in situ.

Origine du nom scientifique

Galeomma vient des mots grecs [galéos] = belette et [omma] = œil, regard. Donc, œil de belette.

turtoni en référence au Dr W. Turton qui en a fait la première description. Mais comme il n'avait pas précisé de nom d'espèce, les éditeurs du Zoological journal (notamment le Dr Bell et G.B. Sowerby I) lui ont donné le nom d'espèce turtoni en son hommage, ce qui donne : Galeomma turtoni Turton, 1825. Selon les publications, nous pouvons également trouver Galeomma turtoni Bell et al. in Turton, 1825 ou Galeomma turtoni Sowerby G.B.I in Turton, 1825.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Heterodonta Hétérodontes Charnière à dents dissociées. Siphon bien développé permettant aux organismes de se nourrir et de respirer tout en restant enfouis.
Ordre Veneroida Vénéroïdes Coquille mince, allongée, dure et costulée, bâillante à une ou aux deux extrémités. Ligament à la fois interne et externe.
Famille Galeommatidae Galéommatidés

Coquille mince et translucide. Charnière simple, souvent rudimentaire. L'orifice inhalant se trouve à l'avant, l'orifice exhalant à l'arrière. Siphons courts quand ils existent, formés par un pli du manteau. Quelques espèces se déplacent en rampant.

Genre Galeomma
Espèce turtoni

Nos partenaires