Scalaire

Epitonium clathrus | (Linnaeus, 1758)

N° 2853

Côtes européennes

Clé d'identification

Coquille longue et étroite, jusqu'à 40 mm de long
7 à 15 tours de spires, apex pointu
9 à 10 côtes longitudinales en relief
Ouverture ronde à lèvres épaisses, opercule corné brun rouge à noir
Couleur blanc crème brillant, jaune pâle, beige ou brun rouge

Noms

Autres noms communs français

Scalaire commune

Noms communs internationaux

Common wentletrap, european wentletrap (GB), Gemeine Wendeltreppe, unechte Wendeltreppe (D), Gewone wenteltrap, gewoon wenteltrapje (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Epitonium clathrus possède de nombreux synonymes. Citons :



Clathrus clathrus (Linnaeus, 1758)
Scala clathrus (Linnaeus, 1758)
Turbo clathrus Linnaeus, 1758
Epitonium communis (Lamarck, 1822)
Scalaria communis Lamarck, 1822

Distribution géographique

Côtes européennes

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Sa distribution s'étend sur l'ensemble des côtes européennes : Manche, mer du Nord jusqu'à la Norvège, Atlantique de l'Est jusqu'à l'Espagne, Méditerranée et mer Noire.

Biotope

La scalaire commune affectionne les sables fins et les milieux vaseux, depuis l'estran jusqu'à 80 mètres de profondeur.

Description

Epitonium clathrus possède une coquille longue et étroite, à l'apex* pointu, et présente de 7 à 15 tours de spires au maximum, lisses et bien séparés, et dont le dernier représente environ un tiers de sa longueur. Longitudinalement, elle est sculptée de 9 à 10 côtes en relief assez prononcées reliant les sutures des spires. L'ouverture est ronde, à lèvres épaisses, et est colmatée par un opercule* corné brun foncé presque noir situé sur l'arrière du pied. Ce dernier est court, tronqué à l'avant, et il se prolonge bien en avant de la tête. Celle-ci porte 2 tentacules céphaliques pourvus à leur base de 2 yeux. Sa radula* est garnie de dents en forme de crochet ou d'aiguille.
La longueur de la coquille peut atteindre 40 mm pour un diamètre de 12 mm à l'âge adulte. Sa couleur varie du blanc crème brillant au jaune pâle en passant par le beige et le brun rouge, avec parfois 2 bandes longitudinales marron.

Espèces ressemblantes

Il existe plusieurs autres espèces du genre Epitonium, mais bien plus rares. Citons Epitonium clathratulum (Kanmacher, 1798), une espèce très proche, qui se distingue de la scalaire par des côtes longitudinales plus nombreuses et plus fines.



Cerithium vulgatum
(Bruguière, 1792) présente une coquille turriculée* et sculptée de gros tubercules. Elle est commune en Méditerranée seulement.

Alimentation

Les scalaires sont des prédateurs omnivores qui se nourrissent principalement d'anémones de mer comme Anemonia viridis et de tuniciers, parfois aussi de Scléractiniaires. C'est en insérant leur trompe dans les tissus de leurs proies qu'elles s'alimentent en aspirant leurs fluides internes.

Reproduction - Multiplication

L'espèce est hermaphrodite*. La reproduction a lieu au printemps et en été. L'accouplement a lieu en zones côtières. Les individus en phase femelle regagnent les profondeurs pour y pondre des œufs par paquet en forme de ruban. Après éclosion, les larves se développent, d'abord pélagiques*, puis au bout de quelques semaines elles deviennent benthiques* en tombant sur le fond.

Vie associée

Les coquilles vides sont récupérées par des pagures tels Pagurus cuanensis et Pagurus bernhardus.



La surface des coquilles vides peut être colonisée par de fines corallinacées encroûtantes, ainsi que par des polychètes tubicoles, comme les pomatocères (Spirobranchus sp.).

Divers biologie

Les individus de cette espèce sont assez rarement observés vivants dans leur milieu naturel, par contre il n'est pas rare de trouver des coquilles vides échouées sur les plages dans les laisses de mer.

Informations complémentaires

Sur le littoral de Manche-Atlantique, l'espèce peut être observée sur l'estran, par marées basses de vives eaux (forts coefficients).

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom commun scalaire vient du latin [scala] = échelle, les sculptures de la coquille évoquant les marches d'un escalier en colimaçon.

Origine du nom scientifique

Epitonium : du latin [epitonio] = rouleau, en référence aux sceaux-cylindres utilisés dans l'antiquité qui servaient à signer sur des tablettes en cire ou à imprimer. La taille, la forme et la matière de ces petits objets de luxe (certains étaient en ivoire) se rapprochent de la coquille de la scalaire,
clathrus : du latin [clathri-] lui-même venant du grec [clathr-] = grillage, treillis, grille, en référence à l'aspect réticulé de la coquille.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Famille Epitoniidae Epitoniidés

Coquille hélicoïdale, pointue (allure d'escalier en colimaçon) avec des côtes (lamelles) transversales plus ou moins marquées. Tours plus ou moins étroitement appliqués. Ouverture arrondie.

Genre Epitonium
Espèce clathrus

Nos partenaires