Sar à tête noire

Diplodus vulgaris | (Geoffroy Saint Hilaire, 1817)

N° 161

Méditerranée, mer Noire, Atlantique oriental

Clé d'identification

Corps ovale et comprimé latéralement de coloration argentée
Possède 2 barres noires : l'une sur la nuque, l'autre à la base de la nageoire caudale
Rayures jaunes horizontales sur le corps

Noms

Autres noms communs français

Veïrade

Noms communs internationaux

Two banded bream (GB), Sarago fasciato, sarago comune (I), Mojarra, chopa (E), Zweibindenbrasse (D), Gewone zeebrasem (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sargus vulgaris Geoffroy Saint Hilaire, 1817 (C'est le 1er nom)
Sargus salviani Valenciennes, 1961

Distribution géographique

Méditerranée, mer Noire, Atlantique oriental

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Atlantique oriental : Le golfe de Gascogne, le Cap vert, les îles Canaries
Méditerranée et mer Noire.

Biotope

Il mène une vie pélagique* jusqu'à une taille de 1 cm.
Les juvéniles se rencontrent dans les herbiers peu profonds (2 ou 3 mètres maximum), sur les fonds rocheux peu profonds (1 à 2 mètres) et à pente douce. Les juvéniles du sar à tête noire se rencontrent aussi très abondamment dans les ports sur les brise-lames et dans les lagunes.
Le sar à tête noire est une espèce très commune des fonds rocheux, jusqu'à une vingtaine de mètres. Il descend rarement en dessous de 50 m. L'adulte est aussi rencontré dans les ports et sur les brise-lames, mais beaucoup moins que le sar commun. Il ne fréquente que très rarement les lagunes.
Il se rencontre également, en pleine eau, en bancs regroupant parfois un nombre très important d'individus.

Description

Le sar à tête noire adulte a généralement une longueur qui se situe entre 15 et 30 cm. Les plus gros peuvent atteindre 45 cm. Son corps est ovale et comprimé latéralement. Il est de coloration argentée.
Il est marqué par deux bandes noires : l'une à l'arrière de la tête qui descend jusqu'à mi flanc, l'autre recouvre le pédoncule caudal* jusqu'à la base de l'arrière de la nageoire dorsale (cf. photos). L'intensité de ces bandes est variable selon le biotope* et l'humeur du poisson.
Il possède une quinzaine de rayures jaunes horizontales sur le corps. Les nageoires pelviennes sont noires.
La tête est plutôt pointue, avec une petite bouche.

Espèces ressemblantes

Il n'y a pas de confusion possible, grâce à ses deux bandes noires.
Cependant il y a quatre autres sars que l'on rencontre fréquemment :

  • Le sar commun appelé aussi le sargue, Diplodus sargus. De taille identique à celle du sar à tête noire, il n'a qu'une tache noire arrondie au pédoncule caudal, ne gagnant pas le bord inférieur.
  • Le sparaillon, Diplodus annularis: plus petit que le sar à tête noire, en général, il ne dépasse pas 20 cm. Il a une tache noire en forme d'anneau au pédoncule caudal.
  • Le sar à grosses lèvres, Diplodus cervinus, appelé aussi sar tambour. Plus gros que le sar à tête noire, il possède 5 à 6 larges bandes transversales brunes.
  • Le sar à museau pointu, Diplodus puntazzo. Egalement plus gros que le sar à tête noire. Il a une seule tache noire en forme d'anneau au pédoncule caudal. Son museau et ses lèvres sont pointus.

Alimentation

Diplodus vulgaris se nourrit de vers, crustacés, mollusques et même d'oursins. Il possède de robustes molaires capables de briser coquilles, carapaces et tests.

Reproduction - Multiplication

Il atteint la maturité sexuelle à l'âge de 2 ans (17 cm).
Il connait un changement de sexe, les mâles se transformant plus tard en femelles (il est hermaphrodite* protandre*).
La reproduction a lieu en automne, à l'ouest. Elle se passe un peu plus tard dans l'est de la Méditerranée (jusqu'en janvier).
Les œufs et les larves* sont pélagiques et resteront dans le plancton* durant un mois environ. Les larves arrivent sur la côte durant l'hiver.

Vie associée

Comme tous les poissons, il peut être parasité par une anilocre.

Divers biologie

Le sar à tête noire est le sar le plus grégaire, on ne le rencontre que très rarement seul. Les gros individus forment généralement des bancs avec d'autres gros individus, pas forcément de la même espèce, parfois avec des sars communs (D. sargus) ou avec des saupes (Sarpa salpa).

Les juvéniles sont des poissons argentés (durant la phase planctonique). Les taches noires sur la tête apparaissent quand sa taille atteint 1 à 2 cm.

Le sar à tête noire, lorsqu'il est près du fond, peut être attiré par les plongeurs. Il est difficile de l'approcher lorsqu'il est en banc, en pleine eau.

Réglementation

Selon le dernier texte de l'Union Européenne, en date du 21/12/2006, la capture de tout individu de moins de 18 cm est interdite quelle que soit la technique utilisée.

Origine des noms

Origine du nom français

Son nom découle de la bande noire qu'il a sur la nuque.

Origine du nom scientifique

Diplodus : du grec [diplo] = double et [odous] = dent.
Deux formes de dents. La dentition comporte sur les deux mâchoires des incisives plates et tranchantes et des molaires arrondies en plusieurs rangées.

vulgaris : du latin [vulgaris] = commun, habituel, vulgaire, banal.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Sparidae Sparidés Une seule dorsale, corps ovale et comprimé, queue fourchue.
Genre Diplodus
Espèce vulgaris

Nos partenaires