Clione jaune

Cliona celata | Grant, 1826

N° 382

Manche, Atlantique et Méditerranée

Clé d'identification

Ostioles* regroupés en papilles ou verrues rondes
Oscules* alignés sur la crête de l'éponge
Couleur jaune caractéristique

Noms

Autres noms communs français

Eponge à ventouses

Noms communs internationaux

Yellow boring sponge (GB) Cliona amarilla, esponja perforante amarilla (E) Gelber Bohrschwamm (D)

Distribution géographique

Manche, Atlantique et Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

Sur les côtes françaises on la rencontre en Manche, en Atlantique et en Méditerranée.
Cette espèce a aussi colonisé la mer du Nord et la mer Baltique. On la rencontre également du golfe du Saint Laurent au golfe du Mexique.

Biotope

La forme alpha se trouve sur un substrat calcaire y compris sur des coquilles de mollusques.
La forme bêta creuse la roche en général calcaire et s'installe dans celle-ci.
La forme gamma se fixe sur des substrats durs fortement exposés au courant.
Elles occupent la zone infralittorale de 0 à 200 m de profondeur.

Description

Cette éponge se présente sous 3 formes différentes (alpha, bêta et gamma). La forme alpha est quasi invisible et forme des galeries dans les roches calcaires qu'elle envahit. Cette forme ne laisse paraître que les oscules surélevés. La forme bêta est encroûtante et le corps de l'éponge est alors visible en surface de la roche qu'elle érode en dessous.
La forme gamma est massive et en surplomb par rapport à la roche ou au substrat sur lequel elle est fixée. En Méditerranée, on rencontre en plongée les formes alpha et bêta, en Atlantique, les formes bêta et gamma. La forme alpha peut perforer les coquilles calcaires de certains mollusques (maladie du pain d'épice) et être quasi invisible mais causer des dommages importants à l'ostréiculture. La forme gamma est reconnaissable par sa couleur jaune orangé et les multiples pores (ostioles*) regroupés en papilles ressemblant à des ventouses ainsi que par la présence d'oscules* importants sur les crêtes de l'éponge. La taille peut être importante en moyenne 70 cm.

Alimentation

Cette espèce est un filtreur actif planctophage.
Des cellules spécialisées, les choanocytes*, créent un courant d'eau qui entre par les ostioles et ressort par un oscule. Ces mêmes cellules prélèvent au passage la nourriture : plancton*, détritus et sels minéraux.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée avec un hermaphrodisme* simultané : les 2 sexes coexistent dans le même individu, mais les gamètes* mâle et femelle sont expulsés à des moments différents. La larve nage avant de se fixer à son tour.
Il y a aussi une possibilité de multiplication asexuée par gemmules.

Vie associée

On peut considérer que son installation dans une coquille de bivalve relève du parasitisme, puisqu'elle mène à la mort du coquillage (maladie du pain d'épices).

Divers biologie

La clione s'attaque aux thalles* de certaines algues rouges calcaires et certains bivalves.
Elle-même est attaquée par des crabes et également par des mollusques (nudibranches notamment).
Sur la forme gamma, on constate que certaines ascidies coloniales se développent.

Informations complémentaires

La plus grande éponge de France métropolitaine (jusqu'à 2 m d'envergure), avec l'éponge fesse d'éléphant Pachymatisma johnstonia.
Les spicules siliceux sont des tylostyles.

Origine des noms

Origine du nom français

La forme regroupée des ostioles fait penser à des ventouses d'où le nom éponge à ventouses,
La couleur : clione jaune.

Origine du nom scientifique

Cliona : du latin [Clio] = nom d'une Néréide.
celata : du latin [celata] qui signifie cachée, secrète (à cause de son développement à l'intérieur du substrat).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymula.

Ordre Hadromerida Hadromérides Squelette constitué de grands spicules de type tylostyles, concentrés à la périphérie et orientés perpendiculairement à la surface. Pas de spongine.
Famille Clionaidae Clionaïdés Eponges perforantes, avec des papilles inhalantes à la surface du substrat. Les spicules caractéristiques sont des tylostyles et des spirasters.
Genre Cliona
Espèce celata

Nos partenaires