Cérithe goumier

Cerithium vulgatum | Bruguière, 1792

N° 1177

Méditerranée

Clé d'identification

Coquille turriculée
Sculpture de gros tubercules
Opercule corné

Noms

Autres noms communs français

Cérithe commun, cérithe vulgaire, cornet

Noms communs internationaux

Common cerithe, common needle whelk (GB), Torretta comune, torricella (I), Pada común (E), Gemeine Seenadelschnecke, Nadelschnecke (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Gourmya vulgata (Bruguière, 1792)
Thericium vulgatum (Bruguière, 1792)
Cerithium ponticum Milachevitch, 1909

Distribution géographique

Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Commun dans toute la Méditerranée.

Biotope

Il préfère les fonds sédimentaires (sableux ou vaseux) recouverts d’algues, souvent à proximité de substrats durs et vit en eau peu profonde (étages médiolittoral et infralittoral).

Description

La coquille est turriculée*, assez allongée, avec plusieurs tours peu bombés munis de tubercules et de varices axiales de l’apex* à l’ouverture. L’ouverture est échancrée et l’on note la présence d’un opercule corné spiralé.
La couleur est grisâtre avec des flammes brunâtres. Sa taille peut atteindre 7 cm en longueur et 2,5 cm en diamètre.

Espèces ressemblantes

Cerithium alucaster : espèce moins commune, plus effilée, de couleur brunâtre à crème ; vit en eau plus profonde. Coquille souvent recouverte d’algues encroûtantes calcaires.
Cerithium rupestris : espèce plus petite (2,5 cm maximum). Les tubercules plus petits s’amenuisent sur le dernier tour.
Epitonium clathrus : coquille avec des côtes transversales à chaque tour de spire, ouverture ronde.

Alimentation

Phytophage, le cérithe se nourrit d’algues et de nombreux petits débris divers.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée. La femelle pond des œufs emballés dans un cordon gélatineux.

Vie associée

La coquille du cérithe est, comme la coquille de nombreux gastéropodes, récupérée par le pagure ou bernard-l’ermite qui l’utilise comme habitat pour protéger son corps mou de nombreux prédateurs.

Divers biologie

Espèce extrêmement commune dans tout le bassin méditerranéen.

Informations complémentaires

On a retrouvé de nombreux sites protohistoriques autour de la Méditerranée, où la présence de coquilles de cérithes était importante. En effet la chair du pagure ou celle du cérithe avaient un caractère alimentaire certain et faisaient également un excellent appât pour la pêche (dorades, labres, sars). De nos jours son intérêt économique est très faible ; sa chair étant plus utilisée comme appât que comme source de nourriture. Il est cependant présent sur les étals des marchés du sud de l’Italie et de la Grèce où il est pêché de façon artisanale au moyen de chaluts de fond ou de dragues.



Il semble que cette espèce ait vécu à une époque peu lointaine sur les côtes atlantiques ; des coquilles roulées ou brisées ont été retrouvées sur les plages de La Baule et de ses environs.



Actuellement de genre masculin, cérithe était autrefois du genre féminin.

Origine des noms

Origine du nom français

Cérithe (ou cérite) : traduction du nom scientifique.
Goumier : soldat marocain qui a servi dans l’armée française et dont la tenue était un manteau à capuchon, ou jellaba, rayé brun et gris distinctif. Forme et couleur faisant penser à celle de la coquille du cérithe.

Origine du nom scientifique

Cerithium : du grec [kêrukion] = buccin, dont la coquille conique ressemble à celle du cérithe.
vulgatum : mot latin signifiant habituel, ordinaire, répandu. Nom d’espèce nommé ainsi du fait de sa fréquence.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Famille Cerithiidae Cérithiidés

Coquille à tours nombreux, à sculptures axiales , coloration variable. Canal siphonal peu incurvé.

Genre Cerithium
Espèce vulgatum

Nos partenaires