Mérou céleste

Cephalopholis argus | Bloch & Schneider, 1801

N° 2400

Indo-Pacifique tropical, mer Rouge

Clé d'identification

Silhouette fuselée et tête pointue
Livrée brun sombre, avec ocelles bleu clair cernés de foncé
Parfois, 5 ou 6 bandes verticales beiges à l'arrière
Nageoires bleu foncé
Rayons épineux orangés en avant de la dorsale
Base des pectorales claire

Noms

Autres noms communs français

Vieille cuisinier, mérou paon, loche saumonée
Pintade ou prude à la Réunion
Roi en Polynésie française

Noms communs internationaux

Peacock grouper, peacock hind, argus grouper, blue spotted grouper (GB), Peacock rockcod (Australie), Cherna pavo real (E), Garoupa pavão (P), Roi (Hawaï)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Epinephelus argus (Bloch and Schneider, 1801)
Bodianus jacobevertsen Lacepède, 1802
Serranus myriaster Valenciennes, 1828

Distribution géographique

Indo-Pacifique tropical, mer Rouge

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Il est répertorié le long de toutes les côtes de l'Indo-Pacifique tropical (à l'exception des côtes américaines), ainsi qu'en mer Rouge. C'est l'un des mérous dont l'aire de répartition est la plus vaste.

Biotope

C'est un poisson assez commun sur tous types de récifs de corail depuis la surface jusqu'à 40 m de profondeur, même s'il préfère la zone des 10 m. On le rencontre également dans les lagons. Il apprécie particulièrement les eaux claires, à l'abri dans les zones d'ombre.
Un mâle vit avec un harem de femelles à proximité. Dans certaines régions, ce groupe social peut comporter une douzaine d'individus. Le territoire, d'environ 2 000 m², est défendu par le mâle dominant et subdivisé en territoires secondaires, chacun occupé par une femelle.
Les juvéniles vivent dans des zones abritées, parmi les phanérogames.

Description

D'une taille moyenne de 40 cm, le mérou céleste peut atteindre une longueur de 60 cm. Sa silhouette est fuselée et son corps est comprimé latéralement. Sa tête est plutôt pointue.
Il arbore une très belle livrée, de ton général brun sombre, ponctuée de petits ocelles bleu clair cerclés de foncé. L'arrière du corps et le pédoncule caudal sont marqués, fréquemment mais non systématiquement, par cinq ou six bandes verticales beiges. La présence de ces raies dépend de la nécessité ou non de se camoufler, mais aussi de son humeur.
Les nageoires, ainsi que le dessous de la bouche, sont bleu foncé et ponctuées de bleu clair elles-aussi. La nageoire dorsale est longue. Elle est composée à l'avant de rayons épineux orangés. Elle est plus haute à l'arrière et les rayons sont souples. Elle se termine au droit de l'anale. Dorsale, caudale et anale peuvent également être bordées d'une fine ligne blanche. La base des nageoires pectorales est claire.
Les juvéniles ont une livrée à pois bleus.

Espèces ressemblantes

Cephalopholis cyanostigma (Valenciennes, 1828), la vieille à étoiles bleues, est plutôt de couleur rousse. Ses motifs sont plutôt marbrés. Les juvéniles ont les nageoires jaunes et n'ont pas de points bleus. C'est un poisson du Pacifique.
C. miniata, la vieille étoilée, est elle aussi ponctuée mais sur un corps totalement rouge.

Alimentation

Exclusivement carnivore, il se nourrit principalement de poissons mais il peut se contenter de crustacés (crevettes).
Ses heures de chasse varient selon les régions. Par exemple, en mer Rouge, il choisit plutôt l'aube ou le crépuscule, alors qu'à Madagascar, il sort la nuit. Il chasse à l'affût.

Reproduction - Multiplication

Cette espèce est hermaphrodite protogyne* (d'abord femelle puis mâle). Autour d'un mâle, un harem de plusieurs femelles se forme, en général pendant la période de reproduction, avec une nette hiérarchie des femelles, conséquence du territoire de chacune.
Les femelles sont sexuellement matures à la taille d'environ 22 cm.
Les œufs, puis les alevins, se développent rapidement en pleine eau.

Vie associée

Pendant la journée, on peut voir fréquemment le mérou céleste accompagné du poisson-trompette. La nuit, c'est plutôt avec les murènes qu'il part en expédition de chasse, profitant des proies débusquées par ces dernières.

Divers biologie

L'étendue du territoire de ce mérou sédentaire est nettement proportionnelle à sa taille.

Informations complémentaires

Ce poisson est très craintif et, à l'approche d'un intrus, se cache rapidement dans un trou ou sous un surplomb.

Dans certaines régions, en particulier en Polynésie française, il est connu comme pouvant transmettre, lorsqu'on le mange, une intoxication de type ciguatera*.

Il a été introduit à Hawaï en 1956, pour devenir source de nourriture locale. Mais il y est aussi devenu vecteur de ciguatera, ce qui a stoppé son développement commercial.

Réglementation

Cette espèce est classée LC ("Least Concern", c'est à dire dont le statut de conservation est jugé de préoccupation mineure) dans la liste rouge de l'UICN.

Origine des noms

Origine du nom français

Mérou vient de l'espagnol : mero,
céleste : peut-être pour sa ponctuation de bleu clair, en "ciel étoilé" ?

Origine du nom scientifique

Cephalopholis : du grec [kephalê] = tête et [pholis] = écaille ;
argus : du grec [Argos]. Dans la mythologie grecque, Argus (en latin) était le fils d'Arestor et avait 100 yeux : cela fait donc référence aux ocelles recouvrant le corps de ce mérou.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Serranidae Serranidés 1 à 3 épines sur l’arrière de l’opercule.
Genre Cephalopholis
Espèce argus

Nos partenaires