Bugule brune

Bugula neritina | (Linnaeus, 1758)

N° 1536

Cosmopolite des eaux chaudes à tempérées

Clé d'identification

Colonie en touffes flexibles
Ramifications dichotomes
Couleur brun violacé

Noms

Noms communs internationaux

Common bugula (GB), Paars vogelkopmosdiertje (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sertularia neritina Linnaeus, 1758
Cellularia neritina Pallas, 1766

Distribution géographique

Cosmopolite des eaux chaudes à tempérées

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Caraïbes

Cette espèce invasive est cosmopolite des eaux chaudes et tempérées ; elle est essentiellement littorale. On la rencontre sur toutes les côtes européennes de la Manche à la Méditerranée, dans l'océan Pacifique (Japon, Hawaï, Californie) ainsi que dans les eaux des Caraïbes, des côtes sud des Etats-Unis au Brésil. Son absence n'est remarquée que dans les eaux froides à partir des zones subarctique et subantarctique.

Biotope

On la trouve dans les milieux rocheux de la surface jusqu'à cinq mètres de profondeur environ. Elle affectionne cependant les zones portuaires aux eaux chargées en particules, voire polluées où elle se fixe sur les parois des digues, les piliers des quais ou les bouées. Elle colonise également les coques de navires ce qui favorise sa dissémination dans de nombreuses stations du globe.
Des observations de sa présence sur les feuilles de zostères, plantes à fleurs marines, et sur les thalles d'algues brunes du genre Cystoseira ont été faites dans tous les étangs et lagunes littoraux de Méditerranée.

Description

Cette bugule, à l'apparence d'une algue, forme des colonies disposées en touffes buissonnantes, flexibles mais robustes de 5 à 10 cm de hauteur. Les ramifications, quipeuvent prendre parfois l'allure d'un éventail,sont dichotomes*. La colonie se fixe au substrat par un réseau de filaments, les rhizoïdes*, qui s'unissent en faisceaux serrés. Sa couleur caractéristique est brun violacé, parfois pourpre ou violette.

Espèces ressemblantes

Bugula robusta MacGillivray, 1869 : en Indo-Pacifique.
Bugulopsis peachii (Busk, 1851) : en Manche. Plus petite espèce et de couleur blanche.
Bugula dentata (Lamouroux, 1816) : cette espèce d'Indo-Pacifique a le même aspect, seule la couleur vert-bouteille diffère.
Dans tous les cas seule une observation à la loupe binoculaire permettra de différencier réellement ces espèces.

Alimentation

Ce microphage* suspensivore* se nourrit de particules alimentaires, comme les diatomées ou les bactéries, grâce au battement des cils vibratiles présents sur les tentacules du lophophore*.

Reproduction - Multiplication

On observe deux modes de reproduction : sexuée et asexuée par bourgeonnement*.
Cette espèce est hermaphrodite* protandre* (mâle puis femelle). La reproduction est vivipare* et la fécondation interne. Les œufs, de couleur brun foncé, vont donner naissance à des larves* incubées dans une poche plus ou moins globuleuse et de couleur blanche, appelée oécie* ou ovicelle*. Ces larves ciliées* et nageuses ont une courte durée de vie. Elles sont de couleur rouge sombre et ont la particularité de posséder une paire de taches pigmentaires latérales.
En Manche et en Atlantique Nord-Est, les larves se fixent de mai à octobre. En Méditerranée, Bugula neritina est trouvée ovicellée en mai et de septembre à décembre.

Vie associée

Les principaux prédateurs de cette bugule sont des mollusques gastéropodes nudibranches.
On notera la présence d'un épibionte*, un ver annélide polychète du genre Spirorbis. Les touffes de Bugula neritina servent de refuge également pour de petits crustacés copépodes ou amphipodes.
Elle vit en symbiose* avec une bactérie Endobugula sertula.
Des mollusques bivalves comme les moules ou les huîtres peuvent occasionnellement servir de support de fixation à cette espèce.

Divers biologie

La bugule brune a la particularité de ne pas posséder d'épines et d'aviculaires* (observation au microscope).
Les zoécies* sont grandes (0,8 x 0,3 mm environ) et rectangulaires avec une courte soie à l'angle externe et distal* de chacune. Elles sont disposées sur deux rangées de façon alternative.
Le lophophore possède 23 tentacules ciliés.
Les kénozoïdes* radiculaires* (ou rhizoïdes*) sont des zoécies dépourvues de polypide fonctionnel, ils sont unis en un faisceau serré servant à la fixation, le réseau qu'ils constituent est très développé.

Informations complémentaires

On a découvert dans la bactérie symbionte* de Bugula neritina un composé chimique (la bryostatine) qui a montré son efficacité dans certaines formes de cancers.
C'est un des organismes les plus importants des salissures marines car la dissémination de cette espèce est favorisée par les ballasts et le fouling* des bateaux ainsi que par les transports dans l'ostréiculture.
Bien qu'eurytherme*, cette espèce ne supporte pas les eaux trop froides, ce qui expliquerait les fluctuations importantes de population selon les saisons.

Origine des noms

Origine du nom français

Bugule : traduction littérale du nom latin.
brune : couleur la plus fréquente de cette bugule.

Origine du nom scientifique

Bugula : origine obscure, cependant il est possible qu'elle vienne du latin [bugula] qui est une plante terrestre (Ajuga reptans ou bugle) et qui ressemble, notamment pour la forme de son inflorescence, à Bugula plumosa ou Bugulina turbinata.

neritina : originaire de l'île de Nérite ?

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Gymnolaemata Gymnolèmes Colonies polymorphes. Les zoïdes sont cylindriques ou aplatis, les lophophores circulaires. Les parois peuvent être calcifiées ou non. Presque tous marins.
Ordre Cheilostomatida Cheilostomes Bryozoaires calcifiés, zoïdes* en forme de boîte obturée par un opercule à charnière. Gymnolèmes les plus nombreux et les plus diversifiés des régions littorales, souples à rigides. Groupe au polymorphisme marqué où l’on trouve des individus différenciés (aviculaires, vibraculaires, ovicelles globuleux…).
Sous-ordre Anasca Anasques La paroi frontale (ventrale) est membraneuse, flexible.
Famille Bugulidae Bugulidés Colonies érigées et ramifiées.
Genre Bugula
Espèce neritina

Nos partenaires