Ascidie rugueuse

Ascidiella scabra | (Müller, 1776)

N° 693

Mer du Nord, Manche, Atlantique et Méditerranée

Clé d'identification

Apparence poilue (pas toujours)
Tunique vitreuse, blanchâtre
Petite taille (2 à 4 cm)
Couchée sur le côté gauche
Siphons proches l'un de l'autre

Noms

Noms communs internationaux

Hairy sea-squirt (GB), Ascidia rugosa (E), Rauhe Seescheide (D), Harige zakpijp (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Ascidia scabra Müller, 1776
Ascidia sordida Alder & Hancock, 1905
Ascidia morei Alder & Hancock, 1905
Ascidia normani Alder & Hancock, 1905
Ascidia affinis Alder & Hancock, 1905
Ascidia elliptica Alder & Hancock, 1905
Ascidia pellucida Alder & Hancock, 1905

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Atlantique et Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'ascidie rugueuse est présente au nord à partir des îles Féroé et des côtes de la Norvège jusqu'en Méditerranée (observée essentiellement à Thau en Méditerranée française) au sud en passant par la mer du Nord, la Manche et l'Atlantique.

Biotope

Ascidiella scabra est fixée à des substrats durs naturels ou artificiels, algues (Fucus serratus, laminaires), phanérogames, bryozoaires, autres ascidies solitaires, débris coquilliers ou roches.
Cette petite ascidie hyaline est présente dès l'estran jusqu'à 300 mètres (occurrence 0 à 10 m). Elle est fréquemment présente dans des eaux très chargées en suspensions diverses et balayées par des courants. Elle supporte de grandes variations de température (Norvège <=> Méditerranée) et l'exondation à marée basse; cette ascidie est donc relativement tolérante.
Ascidiella scabra fait partie d'un faciès particulier : celui des bancs d'huîtres Ostrea edulis en Atlantique Nord (0 à 10 m, rarement jusqu'à 30 m). La densité de A. scabra est de 5 individus au mètre carré environ, elle est associée dans ce faciès à Ascidiella aspersa, à plusieurs polychètes : Chaetopterus variopedatus, Myxicola infundibulum, Sabella pavonina, et Lanice conchilega.

Description

Ascidiella scabra est une petite ascidie solitaire dont le diamètre n'excède pas 5 cm (2 à 4 cm). Sa couleur est grise ou blanche, souvent intérieurement pigmentée de rouge et visible à travers la tunique transparente et vitreuse. Le corps de forme ovale aplatie est le plus souvent collé au substrat, couché sur le côté gauche. La tunique d'apparence rugueuse est prolongée par de nombreuses excroissances fibreuses qui lui donnent une apparence poilue et semblent l'aider à se fixer au substrat.
Les deux siphons sont difficiles à distinguer, proches l'un de l'autre, ils sont ponctués de taches de couleur crème et rougeâtres. Le siphon oral est terminal, le cloacal* à côté en est distant d'une longueur équivalente à un quart de la longueur du corps.

Espèces ressemblantes

Ascidiella aspersa ressemble beaucoup à Ascidiella scabra, mais en plus grand (5 à 13 cm). La distance entre les deux siphons est ici d'un tiers de la longueur du corps. La tunique vitreuse est rugueuse et présente une riche épibiose. A. aspersa, contrairement à A. scabra, se fixe au substrat par sa base et non sur le côté gauche. La distribution des deux espèces est similaire et elles sont parfois associées en des populations denses, dans ce cas A. scabra peut très facilement être confondue avec un juvénile de A. aspersa.
Avertissement : ces deux espèces ont été longtemps considérées comme n'en faisant qu'une. Vous trouverez des informations nettement contradictoires aux écrits de cette fiche au sujet de l'une ou de l'autre espèce (Hayward P., Nelson-Smith T., Shields C., 1998, etc.).

Molgula manhattensis : semblable, mais sphérique (1 à 3 cm) et surmontée de 2 siphons proéminents. Tunique vitreuse couverte de papilles qui retiennent le sédiment en suspension. De la mer du Nord aux côtes atlantiques.

Ascidia conchilega : 6 cm, corps ovale allongé et fermement collé sur les pierres ou les coquillages sur le côté gauche comme A. scabra. Siphon buccal terminal et siphon cloacal* éloigné des deux tiers de la longueur du corps vers l'arrière.

Alimentation

Comme les autres tuniciers, c'est un animal filtreur. L'eau chargée d'éléments nutritifs pénètre le siphon* buccal. Ce dernier est muni d'une couronne de tentacules sensoriels qui sont capables, par contraction, d'empêcher l'entrée de particules de trop grande taille. L'eau aspirée par l'animal débouche à l'intérieur d'un sac branchial*, puis est acheminée au niveau de fentes que l'on appelle trémas. Elle passe ensuite dans la cavité péribranchiale, puis est expulsée par le siphon cloacal*.

Reproduction - Multiplication

Il s'agit d'une espèce ovipare. Sa reproduction, sexuée, est annuelle et a lieu d'avril à septembre. La larve reste pélagique de 2 à 10 jours, sa dispersion est de 1 à 10 km. La durée de vie de cette ascidie est de 2 à 5 ans. La maturité sexuelle est atteinte à 6 mois.

Divers biologie

Prédateurs : on présume que Goniodoris nodosa (Montagu, 1808) consomme A. scabra.

Origine des noms

Origine du nom français

Ascidie rugueuse est la traduction de Ascidiella scabra.

Origine du nom scientifique

Ascidiella : du grec [ascid] = petit sac et du latin [-ella] = petit,
scabra : du latin [scabr] = rugueux, plein d'aspérités.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Phlebobranchia Phlébobranches Le sac branchial* a des sinus longitudinaux qui portent ou non des papilles internes mais qui ne sont jamais plissés. Ascidies essentiellement solitaires. Gonades* situées sur l’anse du tube digestif ou à proximité.
Famille Ascidiidae Ascidiidés Espèces solitaires et très répandues.
Genre Ascidiella
Espèce scabra

Nos partenaires