Oursin noir

Arbacia lixula | (Linnaeus, 1758)

N° 1025

Méditerranée et Atlantique proche, Grande-Bretagne, Irlande

Clé d'identification

Oursin brun chocolat à noir violacé
Forme hémisphérique, zone orale aplatie
Test de 6 cm de diamètre maximum
Piquants pointus et lisses de 3 cm de long maximum
Densité de piquants importante

Noms

Autres noms communs français

Oursin mâle

Noms communs internationaux

Black sea-urchin (GB), Riccio nero, riccio maschio, riccio di mare (I), Erizo negro (E), Garota negra, erico negre (Cat), Schwarzer Seeigel (D), Zwarte zeeëgel (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Arbacia pustulosa Ludwig, 1789 est l'ancien nom le plus couramment utilisé
Echinus lixula Linnaeus, 1758
Cidaris pustulosa Leske, 1778
Echinus pustulosus Ludwig, 1789
Echinus æquituberculatus de Blainville, 1825
Echinus loculatus de Blainville, 1825
Arbacia æquituberculata Stossich, 1884
Echinocidaris æquituberculata Grube, 1861
Echinocidaris æquituberculatus Heller, 1863
Echinus neapolitanus Delle Chiaje, 1825

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique proche, Grande-Bretagne, Irlande

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Arbacia lixula est un oursin fort commun que l'on pourra trouver dans l'ensemble du bassin méditerranéen, surtout à l'ouest, ainsi qu'au-delà du détroit de Gibraltar, sur les côtes portugaises et marocaines, et jusqu'à Madère, aux Açores, et aux îles du Cap Vert. Sa présence est également signalée sur les côtes de l'Irlande et de l'ouest de la Grande-Bretagne.

Biotope

L'oursin noir affectionne les eaux peu profondes de l'étage infralittoral (1 à 15 mètres), et on pourra le trouver un peu au-delà, jusqu'à 30, voire parfois 50 mètres de profondeur maximum. On le trouvera toujours sur substrat rocheux, horizontal et surtout vertical, où se développent des algues calcaires encroûtantes (corallinacées) qui constituent l'essentiel de son alimentation. Il s'aventure fréquemment près de la surface où son test aplati lui permet de résister facilement à la force du ressac. Même s'il est plutôt sciaphile, et contrairement à bon nombre de ses cousins, l'oursin noir tolère un fort ensoleillement, ce qui explique qu'il soit si souvent observé, même en plein jour. Il s'agit d'une espèce plutôt sédentaire dont les déplacements, qui ont lieu surtout la nuit, sont très limités. Les jeunes individus sont cachés sous les pierres. Enfin cet oursin a besoin d'une eau bien oxygénée, et sera totalement absent des zones portuaires, paraliques*, ou polluées.

Description

Arbacia lixula est un petit oursin régulier recouvert de piquants lisses et pointus densément implantés, dont la taille n'excède pas les trois centimètres. Les plus gros individus peuvent mesurer, piquants compris, jusqu'à onze centimètres de diamètre. Cet oursin arbore une coloration qui oscille entre le brun chocolat et le noir violacé intense. Les piquants de la face inférieure (orale) sont souvent d'un brun clair. Sa forme est clairement hémisphérique : de profil, il montre un aplatissement caractéristique de sa face orale. Au centre de cette face s'ouvre la bouche, équipée de dents puissantes, et cernée par une large membrane verdâtre totalement dépourvue de piquants. Du test rayonnent latéralement plusieurs tubes ambulacraires noirs. Sur la face aborale, ils sont peu nombreux et dépourvus de ventouses : l'oursin est toujours à nu, jamais recouvert de débris. Les petits individus sont plus clairs, brunâtres.

Le test de l'oursin, rose ou gris, contraste franchement avec ses piquants noirs, son diamètre est de 5 à 6 cm. Il montre clairement la forme hémisphérique et l'aplatissement oral, ainsi que la large zone péristomienne (qui entoure la bouche) qui porte dix encoches plus ou moins prononcées. Il est surtout caractérisé par dix bandes brunes ou rouges qui cernent les zones ambulacraires deux à deux. Ces zones montrent deux rangées de tubercules. Les zones interambulacraires en montrent plusieurs. Ces tubercules primaires ne sont généralement pas perforés.

Le périprocte* (anus au sommet de la face aborale) est recouvert de 4 grandes plaques subtriangulaires. Les plaques ambulacraires sont caractérisées par la présence de 3 paires de pores.

Espèces ressemblantes


On ne pourra confondre l'oursin noir qu'avec l'oursin pierre, ou oursin femelle, Paracentrotus lividus. Plusieurs critères permettent de distinguer facilement ces deux oursins :

  • la couleur : variable chez P. lividus (mauve, jaune-vert, rouge), toujours noire chez A. lixula,
  • la base des piquants est annelée chez P. lividus,
  • la forme : hémisphérique chez A. lixula, plus globuleuse chez P. lividus,
  • la densité de piquants, très supérieure chez A. lixula,
  • le nombre de tubes ambulacraires avec ventouse, bien supérieur chez P. lividus, notamment dans sa zone aborale, ce qui explique qu'il soit capable de se recouvrir de débris divers, ce dont est incapable l'oursin noir,
  • le diamètre de la zone orale, bien supérieur chez l'oursin noir,
  • P. lividus est capable de perforer la roche pour s'y loger, A. lixula en est incapable,
  • P. lividus est capable de se retourner s'il est sur le dos, A. lixula en est incapable.

Au niveau du test enfin, la distinction est immédiate : chez P. lividus, il est arrondi et de couleur verte, brune ou mauve, chez A. lixula, il est aplati et presque toujours rose avec dix bandes rouges ou brunes qui cernent deux à deux les zones ambulacraires.

On pourra aussi éventuellement confondre les juvéniles de Arbacia lixula avec Arbaciella elegans, à cause de l'absence de piquants dans la zone aborale, mais cet oursin est minuscule (le diamètre du test ne dépasse pas les 7 mm) et ses piquants sont aplatis.

Alimentation

Il s'agit d'une espèce herbivore, qui se délecte d'algues calcaires encroûtantes, comme Lithophyllum incrustans et les corallinacées en général. Il broute et décape la surface de la roche au moyen d'une mâchoire large constituée de cinq dents affûtées, la lanterne d'Aristote.
Lorsque ces algues font défaut, l'oursin noir est à même d'agglutiner les particules organiques en suspension dans l'eau environnante grâce à ses longs tubes ambulacraires terminés (pour ceux issus de la face ventrale) en ventouse, qui sont ensuite ramenés vers la bouche.

Reproduction - Multiplication

L'oursin noir est gonochorique* : les sexes sont séparés, et la reproduction est uniquement sexuée. Elle a lieu selon la région de mars à juin, ou de septembre à octobre, et dans certaines zones elle a lieu toute l'année. Les oursins mâles et femelles émettent leurs gamètes en pleine eau et en très grand nombre. Après la fécondation, il y a formation d'une larve echinopluteus, très différente de l'adulte, qui mène pendant quelques temps une vie pélagique au sein du plancton. Elle finit par tomber sur substrat rocheux, puis subit une profonde métamorphose, avant de ressembler à un adulte en miniature.
Chez les oursins noirs juvéniles, la couleur est plus claire (brune), et la densité de piquants est bien inférieure à celle de l'adulte, laissant visible une bonne partie de la surface aborale du test, et pouvant prêter à confusion quant à l'identification de l'espèce (voir photos).

Divers biologie

Cette espèce est originaire de Méditerranée. Signalée comme rare à la fin du XIXeme siècle, elle a depuis envahi l'ensemble du bassin méditerranéen, bien que plus rare à l'est. Elle entre parfois en compétition avec Paracentrotus lividus, les deux espèces occupant pratiquement (avec Arbaciella elegans) la même niche écologique. Dans certains endroits, et en particulier sur la Côte d'Azur, elle a même supplanté totalement sa rivale.

Il s'agit d'une espèce grégaire, et il n'est pas rare d'observer ces oursins par dizaines, voire par centaines !

L'oursin noir possède des pédicellaires tridentés (pinces à trois mors) et ophicéphales.

La langouste (Palinurus elephas), ainsi que la girelle-paon (Thalassoma pavo) sont au nombre de ses prédateurs.

Informations complémentaires

Dans certaines régions, comme en Italie, cet oursin est pêché et ses gonades (le "corail") consommées. Elles ont un goût amer, et une saveur bien moindre comparée à celle des gonades de Paracentrotus lividus.

Origine des noms

Origine du nom français

Oursin noir : à cause de sa couleur noire intense,
Oursin mâle : nom donné à cette espèce pour la différencier de l'oursin pierre, Paracentrotus lividus, qui lui porte le nom d'oursin femelle ! Ces noms sont impropres, car il existe des oursins des deux sexes chez les deux espèces !

Origine du nom scientifique

Arbacia : sans doute du latin [arbos] = arbre et par extension lance, javeline, en référence aux piquants. Autre origine possible : Arbaces était le premier roi des Mèdes.
lixula : du latin [lixula], qui désigne une tourte faite à base de farine, d'eau et de fromage. Le nom d'espèce fait ici allusion à la forme du test, aplati ventralement, et bombé dorsalement, et qui évoque celle d'un gâteau qui a gonflé au four.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Echinozoa Echinozoaires Echinodermes non étoilés de forme globuleuse ou allongée. Ce groupe renferme les oursins et les concombres de mer.
Classe Echinoidea Echinides Ce sont les oursins. Forme globuleuse ou hémisphérique, squelette qui porte des piquants mobiles, des pédicellaires et des pieds ambulacraires. Pouvoir de régénération limité.
Sous-classe Euechinoidea Euéchinides Oursins plus ou moins sphériques, dits "oursins réguliers". Plaques ambulacraires composées. Bouche ventrale et anus dorsal. 
Super ordre Echinacea Echinacés

10 plaques péristomiales

Ordre Arbacioida Arbacioïdes Oursins possédant des tubercules primaires peu développés, non perforés et non crénelés. Occasionnellement, la surface du test présente des structures semblables à des tubercules sans pour autant supporter des radioles.
Famille Arbaciidae Arbaciidés Périprocte avec 4 plaques anales. Deux espèces en Méditerranée.
Genre Arbacia
Espèce lixula

Nos partenaires