Nason à éperons orange de l'océan Indien

Naso elegans | (Rüppell, 1829)

N° 2802

Océan Indien (sauf exceptions) et zone mixte avec le Pacifique, mer Rouge.

Clé d'identification

Corps fortement comprimé latéralement
Couleur gris bleu à noirâtre
Deux paires d’éperons fixes orange vif sur le pédoncule caudal
Nageoire caudale falciforme à filaments noirs chez les mâles adultes

Noms

Autres noms communs français
Licorne à épines orange, nasique à éperons orange, nason bariolé, corne roi
Noms communs internationaux
Elegant unicornfish, orangespine unicornfish, indian orange-spine unicorn, smoothheaded unicornfish (GB), Pez unicornio elegante (E), Gelbklingendoktorfisch (D)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Aspisurus elegans Rüppel, 1829
Callicanthus lituratus (non Forster, 1801)
Cyphomycter eoume (non Lesson, 1831)
Naso lituratus (non Forster, 1801)

La séparation de Naso elegans et Naso lituratus en deux espèces différentes est assez récente et le sujet abordé au § Informations complémentaires.

Distribution géographique

Océan Indien (sauf exceptions) et zone mixte avec le Pacifique, mer Rouge.

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Il vit dans l’océan Indien jusqu’au sud de l’Indonésie (Bali), mais on ne le rencontre pas dans le golfe Persique ni sur les côtes indiennes. Il est présent en mer Rouge.

Biotope

Ce nason vit entre 0 et 30 mètres le long des côtes abritées, dans les lagons et sur les pentes externes des récifs. On le trouve souvent en petits groupes, mais il peut être vu seul ou en couple. Les juvéniles fréquentent les lagons et les zones coralliennes peu profondes, ainsi que les fonds sableux et détritiques.

Description

Le corps de Naso elegans est fortement comprimé latéralement ; la longueur totale du corps est de deux fois et demie sa hauteur. La forme du corps est en amande, avec un dos élevé qui descend d’une nuque très haute vers le pédoncule caudal ; l’arc ventral est prononcé, il commence sous la mâchoire inférieure. Ce nason peut atteindre 45 cm, la moyenne étant de 35 cm. Son aspect lisse lui vient des très petites écailles dont il est couvert.

La couleur est gris bleuté plus ou moins foncé, elle tend vers le noir sur la partie ventrale. Une zone ocre est parfois présente sous le menton jusqu’aux nageoires pelviennes.
La tête porte un masque noir délimité par deux courbes rentrantes jaunes reliant le dessous de l’œil aux commissures de la bouche. Une selle jaune vif relie les yeux sur le front, juste avant une protubérance ocre qui marque le début de la dorsale. La ligne allant des yeux à la bouche (le museau) est droite. L’œil est proéminent et de bon diamètre, l’iris est argenté et entouré d’un anneau noir marqué d’une tache bleue au sommet de l’œil. Deux paires de narines blanches détonnent sur le fond noir du masque juste en dessous des yeux. La bouche est terminale, petite, avec des lèvres orange dessinant un demi-cercle. L’extrémité haute du préopercule* rejoint le début de la ligne latérale*, peu visible chez les adultes. Ce nason ne porte jamais de corne.

Son aspect le plus spectaculaire lui vient des éperons orange qui motivent son nom vernaculaire. Le pédoncule caudal porte un anneau blanc de part et d’autre duquel se distribuent deux paires de larges taches orange vif qui entourent des éperons fixes de même couleur en forme de griffes orientées vers l’avant.

La nageoire dorsale comprend 6 rayons durs et 26 à 30 rayons mous. Elle part du front et s’achève au niveau du pédoncule caudal. Toute la base de cette dorsale est d’un bleu vif auquel succèdent en montant une bande noire, puis une large bande jaune à ocre s’achevant sur une ligne noire et enfin un liseré blanc.
Les nageoires pelviennes sont d’un ocre plus ou moins foncé pouvant aller jusqu’au brun. L’anale est brun foncé à noirâtre, avec le même liseré que la dorsale. Cette nageoire anale comporte 2 rayons durs et 27 à 30 rayons mous. Les pectorales sont brunes, parfois jaunissantes chez les jeunes adultes, leur marge est semi-transparente.
La nageoire caudale est en croissant, avec des filaments noirs chez les mâles adultes, la longueur de ces filaments augmentant avec l’âge. Sa naissance est de la couleur du corps, puis vient une partie blanchâtre bordée des trois côtés par une ligne noire, une marge blanchâtre à transparente plus ou moins large marquant l’intérieur du croissant. Chez les grands individus cette marge s’achève sur un liseré gris plus ou moins foncé

Espèces ressemblantes

Il existe une espèce très ressemblante, vivant dans l'océan Pacifique :

Naso lituratus (Forster, 1801). Chez cette espèce, la dorsale est marquée par une bande horizontale noire située entre une base blanche et un large liseré bleu-gris commençant après les premiers rayons durs. Les nageoires pelviennes et anale sont ocre jaune, le nombre maximal de leurs rayons mous est plus élevé. La caudale est gris foncé, une bande verticale crème à orange marquant l’intérieur du croissant avant un liseré bleu.

Alimentation

Naso elegans se nourrit d’algues benthiques, essentiellement des algues brunes, notamment Sargassum et Dictyota. Il se nourrit aussi avec profit de détritus.

Reproduction - Multiplication

A l’heure où la fiche est rédigée, il n’y a aucune étude spécifique sur la reproduction chez Naso elegans. Il est cependant probable que ses principaux aspects soient les mêmes que ceux de l’espèce sœur, Naso lituratus. Ces dernières, les licornes à épines orange du Pacifique, forment d’abord des groupes, puis des couples se détachent à la nuit tombante en montant vers la surface pour disperser conjointement leurs gamètes. Les œufs sont pélagiques. La phase larvaire dure entre 50 et 60 jours. Cette longue durée est une des causes de la vaste distribution de l’espèce. Les pontes sont probablement plus fréquentes chez les nasons que chez d’autres poissons de récif, du fait du faible volume de leurs organes reproductifs.

Divers biologie

Ce nason est commun. Il est actif le jour et se cache la nuit dans des anfractuosités ou sous des massifs coralliens. C’est un animal assez farouche qui ne se laisse pas facilement approcher. On le trouve souvent en bancs par petits fonds, mais aussi parfois seul ou en couples. A titre indicatif, l’espèce sœur, Naso lituratus, peut vivre entre 20 et 30 ans.

On peut observer des variations de couleurs, qui peuvent aller jusqu’au gris très pâle, en fonction de l’humeur de l’animal. Le masque noir peut alors s’estomper jusqu’à disparaître.
Les petits juvéniles peuvent prendre une livrée beige parsemée de petites taches claires parfois accompagnées de grosses taches noirâtres en cas de stress. La livrée ordinaire du juvénile ne diffère pas de celle de l’adulte, en dehors d’un aspect jaunissant des pectorales.
La livrée nocturne est marron foncé avec des taches blanches d’abord alignées à la racine de la dorsale, puis, si le stress augmente, dispersées sur les flancs de part et d’autre d’un nouvel alignement passant par le milieu horizontal du corps. Les joues blanchissent à proportion de l’augmentation du stress. Les couleurs vives des nageoires, des éperons et des lèvres sont ternies, seule la selle frontale et les bords du masque restent jaune vif.

Les éperons commencent par un bouton chez les juvéniles, puis prennent la forme d’un triangle à la pointe arrondie et ne deviennent des griffes orientées dans le sens de la nage que chez les jeunes adultes, pour devenir de plus en plus puissants avec leur croissance. Ils peuvent provoquer des blessures sérieuses, notamment quand le poisson pêché se débat.

Informations complémentaires

Naso elegans a longtemps été considéré comme la variation de Naso lituratus dans l’océan Indien. La nécessité de séparer les deux espèces a été suggérée en 1966 par Smith, mais il faudra attendre les travaux de Randall en 2001, pour considérer Naso elegans comme une espèce à part entière. Les deux espèces sont dites « sœurs », l’âge de leur séparation est estimé dans une fourchette allant de 5,6 à 4,7 millions d’années, période de fortes variations du niveau des mers ayant entraîné leur isolement (spéciation* allopatrique). Naso lituratus occupe le Pacifique tropical Ouest et centre, et peut rencontrer Naso elegans dans la zone de suture des deux océans, qui constitue une frontière biogéographique. L’hybridation semble possible, une étude menée en 2008 aux îles Christmas et Cocos affirme l’existence d’hybrides et soupçonne le phénomène d’être plus important qu’on ne le croit dans la mesure où des hybrides peuvent reproduire sans variation le phénotype de l’un de leurs parents.

Cette espèce est recherchée par les aquariophiles, mais elle est moins présente sur ce marché que l’espèce-sœur, Naso lituratus. De surcroît, la durée de sa période larvaire est dissuasive pour l’élevage à destination de l’aquariophilie.

Origine des noms

Origine du nom français

Nason à éperons orange de l'océan Indien : le mot nason est la francisation du nom scientifique du genre (Naso) et évoque la corne frontale de nombreuses espèces de la sous-famille des Nasinés bien que quelques-unes n’en possèdent pas, ... comme Naso elegans. La suite du nom vernaculaire est descriptive et renvoie à l’une des caractéristiques les plus évidentes de l’animal : les éperons orange. Une précision géographique est ajoutée pour distinguer ce nason à éperons orange de son alter-ego de l'océan Pacifique.

Origine du nom scientifique

Naso : du latin [nasus] = nez.

elegans
 : du latin [elegans] = gracieux, charmant, raffiné, de bon goût. L’élégance (au sens moderne) évoque la livrée spectaculairement agencée de l’animal.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Acanthuroidei Acanthuroïdes Poissons-chirurgiens.
Famille Acanthuridae Acanthuridés  
Genre Naso
Espèce elegans

Nos partenaires