DORIS  
DORIS   
   
 
 
   
  Votre recherche :
   
   
  Chercher par son nom commun :
 
   
  Chercher directement par tous les mots des fiches :
 
   
  Zone recherchée :
 
France
Eau douce
Atl. Nord-Ouest
Indo-Pacifique
Caraïbes
   
Toutes zones
   
  Fiche Espèce   (N°440)
 
Photos Imprimer cette fiche    
 
 
(N°440)  
Mauritia eglantina (Duclos, 1833)
Indo-Pacifique tropical central
Porcelaine églantine
 
Gastéropodes Prosobranches
 
 
Dog-rose cowrie (GB), Eglantina cowrie (USA)
 Critères de reconnaissance
Porcelaine assez allongée
Couleur marron et crème
Tache brun foncé sur la spire
Manteau marron, fin
 Distribution
Océan Indien Est et océan Pacifique Ouest. Sa présence en eaux françaises est avérée en Nouvelle-Calédonie et à Wallis et Futuna.
 Biotope
On la rencontre dans des fonds rocheux-coralliens. Elle vit plutôt à faible profondeur.
 Description
Mauritia eglantina peut atteindre la taille de 65 mm.
La coquille est plus large vers l'arrière qu'à l'avant. Elle est de forme assez allongée, lisse et brillante. Les premiers tours sont souvent encore visibles.
Les dents, sans être grossières sont bien développées. Le bord inférieur est ponctué de taches marron sombre sur fond marron clair.
Le dessus est marron avec des taches crème. Le nombre de taches peut faire apparaître des lignes sombres dans le sens de la longueur.
Presque au milieu, une bande claire est dans le sens de la longueur.
Une tache brun foncé sur la spire est caractéristique de cette espèce.
Le manteau est fin (on peut voir la coquille par transparence). Il est de couleur marron. Les papilles sont courtes. Le siphon est assez court.
 Espèces ressemblantes
La confusion est possible avec Mauritia arabica (Linnaeus, 1758). La différence peut se faire sous l'eau : la base de M. eglantina est moins arrondie que M. arabica, et présence de la tache brun foncé sur la spire.
 Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Cypraea eglantina Duclos, 1833
Cypraea nigricans, Crosse 1869
Cypraea niger, Roberts 1885
Cypraea luctuosa, Dautz. 1903
Cypraea confusa, Ired 1935
Cypraea momokiti, Steadm. & Cott. 1943
 
   
  Les motifs de la coquille  
   
  Le manteau et les papilles  
   
  Le juvénile présente une coquille d'une livrée différente de l'individu adulte  
 
 
 Participants
Rédacteur principal  
Cédric MITEL Détail
Correcteur scientifique  
Yves MÜLLER Détail
Responsable régional  
Cédric MITEL Détail
 
     
Création le : 27/04/2008
Dernière modification le 14/08/2014 11:33:00
Les * dans les textes
renvoient au glossaire
 
     
 
 Classification
 
 

Termes scientifiques
(international)

Termes en français Descriptif/ caractéristiques
succinctes du groupe
Embranchement Mollusca Mollusques  Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies. 
Classe Gastropoda Gastéropodes  Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules. 
Sous-classe Prosobranchia Prosobranches  Branchies en avant du coeur. Aspect de limace avec une coquille protégeant une masse viscérale enroulée (spiralée). Pied large pour ramper, tête bien développée avec deux tentacules céphaliques portant à leur base un œil. 
Ordre Neotaenioglossa Néoténioglosses   
Famille Cypraeidae Cypréidés  Callosité au niveau de l’apex. 
Genre Mauritia     
 
Espèce eglantina     
 
 
 Origine du nom français
Le nom proposé est la francisation du nom latin et des noms anglo-saxons.
 Origine du nom scientifique
Mauritia est-ce une dédicace à l'île Maurice ?
eglantina l'églantine est la fleur de l'églantier mais le nom latin correspondant apparemment n'existe pas ! Serait-ce une dédicace à une dame Eglantine ? Sinon quel est le lien avec notre porcelaine ?
 Alimentation
Cette porcelaine est herbivore. Elle est également donnée comme se nourrissant d'éponges.
 Reproduction - Multiplication
Les sexes sont séparés. La fécondation est interne. Les porcelaines déposent les œufs dans des capsules qui sont posées sur le substrat*.
 Divers biologie
Les juvéniles arborent une couleur de coquille particulière, dans les gris-bleus.
Cette porcelaine commune se voit facilement la nuit.
 Informations complémentaires
Comme toutes les porcelaines, elle est prélevée par les collectionneurs.
En Nouvelle-Calédonie, cette porcelaine présente des cas de mélanisme et de rostration : la coquille s'obscurcit et/ou prend des formes aberrantes.
 Références bibliographiques
Lorenz F., Hubert A., 2000, A GUIDE TO WOLRDWIDE COWRIES, Conchbooks, Hackenheim Allemagne, 584p.
Salvat B., Rives C., Revercé P., 1988, COQUILLAGES DE NOUVELLE-CALEDONIE, ed. du Pacifique, France, 143p.
 Liens de références et publications spécifiques sur cette espèce
La page de Mauritia eglantina dans l'Inventaire National du Patrimoine Naturel : INPN
 
Comment citer cette fiche (How to cite this page) :
  MITEL Cédric, MÜLLER Yves,  in : DORIS, 14/8/2014 : Mauritia eglantina (Duclos, 1833), http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=440