Siphonostome

Syngnathus typhle | Linnaeus, 1758

N° 320

Méditerranée et mer Noire, Atlantique Est, Manche et sans doute jusqu'à la mer Baltique

Clé d'identification

Poisson fusiforme, jusqu'à 35 cm de long
Museau à section rectangulaire, très aplati latéralement
Bouche tournée vers le haut, protractile
Imite une feuille de posidonie en cours de dégradation
Nageoires pectorales, dorsale et anale très réduites
Nageoires pelviennes inexistantes

Noms

Autres noms communs français

Vipère de mer, siphonostome, siphonostome de Méditerranée ou siphonostome atlantique, aiguille vésarde

Noms communs internationaux

Broad-nosed pipefish, deep snouted pipefish (GB), Pesce ago cavallino, bisato, bisatelo, seppi y mari, zella co' muso gruosso (I), Mula, aguja mula, palito (E), agulla morruda (catalan), Grasnadel, Pfeifenfish (D), Marinha-focinho-grosso (portuguais), Šilo tupokljuno (croate), Dremxula tal-bahar (maltais), Deniziğnesi balığı (turc)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Siphonostoma typhle (Linnaeus, 1758)
Syphonostoma typhle (Linnaeus, 1758)
Siphostoma typhle (Linnaeus, 1758)
Syngnathus rondeletii Delaroche, 1809
Syngnathus pelagicus Risso, 1810
Syngnathus viridis Risso, 1810
Tiphle hexagonus Rafinesque, 1810
Syngnathus argentatus Pallas, 1814
Syngnathus ponticus Pallas, 1814
Syngnathus pyrois Risso, 1827
Syngnathus rotundatus Michahelles, 1829

On reconnaît pour l'heure différentes sous-espèces au sein de l'espèce Syngnathus typhle :
- Syngnathus typhle rondeleti De la Roche, 1809 est la sous-espèce méditerranéenne.
- Syngnathus typhle typhle Linnaeus, 1758 est la sous-espèce présente en Atlantique.
Certains auteurs considèrent également :
- Syngnathus typhle rotundatus dans le nord de l'Adriatique,
- Syngnathus typhle argentatus en mer Noire.
La taxonomie de l'espèce Syngnathus typhle pourrait être amenée à évoluer lors de futures études.

Distribution géographique

Méditerranée et mer Noire, Atlantique Est, Manche et sans doute jusqu'à la mer Baltique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Espèce présente en Méditerranée, en mer Noire, en Atlantique Est, en Manche et probablement jusqu'à la mer Baltique (découvert sur les côtes de Pologne).

Biotope

Syngnathus typhle évolue entre 2 et 30 m de profondeur sur fonds sableux et meubles, voire rocheux recouverts d'algues. Ces syngnathidés affectionnent surtout la proximité des herbiers, essentiellement de posidonie, en Méditerranée, ou des herbiers de zostères, de cymodocées. On peut également observer le siphonostome tapis sur le fond comme une feuille morte et, en ce cas, seuls les mouvements délicats de ses nageoires dorsale et pectorales trahissent sa présence. Il reste néanmoins difficile à détecter.

Description

Le siphonostome est un curieux poisson fusiforme, une sorte d'hippocampe déroulé d'une taille maximale de 30 à 35 cm. Son corps est mince, très allongé, annelé mais d'aspect assez lisse.
Les individus adultes sont généralement gris-brun, chocolat à verts. Les juvéniles ont une coloration très variable. Cette espèce est capable d'un mimétisme étonnant grâce à des marbrures, des taches, des craquelures, foncées ou claires, imitant l'aspect des feuillages dans lesquels se tient l'animal. Son aptitude experte au camouflage lui permet par exemple d'imiter les couleurs de feuilles de posidonies mortes, en cours de dégradation.

La tête du siphonostome se distingue par un museau rectangulaire, très aplati latéralement, avec une bouche tournée vers le haut,très protractile*. Un petit œil rond est bien visible en fin de museau, là où commence le corps proprement dit.
On observe la présence de nageoires pectorales, dorsale et anale (bien que très réduites) et d'une nageoire caudale en éventail. Les nageoires pelviennes sont inexistantes.

On distingue localement plusieurs sous-espèces et pour ce qui concerne les côtes françaises citons les sous-espèces méditerranéenne Syngnathus typhle rondeleti et atlantique Syngnathus typhle typhle. Les deux se différencient notamment par quelques détails dans la forme du museau.
- Le méditerranéen S. typhle rondeleti a un museau latéralement très aplati de même hauteur que le corps, avec une mâchoire anguleuse, massive.
- Le S. typhle typhle d'Atlantique montre un long museau également très aplati, un peu moins haut que le corps et sa mâchoire est un peu plus arrondie que celle de son alter ego méditerranéen. Il est aussi un peu plus petit que ce dernier (20 à 25 cm).
- S. typhle argentatus (mer Noire) et S. typhle rotundatus (Adriatique) présentent un museau plus fin que S. typhle rondeleti.

Espèces ressemblantes

Bien que le museau du siphonostome soit caractéristique, très aplati latéralement et pratiquement aussi haut que le reste de la tête, il arrive que l'on confonde les juvéniles avec ceux de la grande aiguille de mer ou grand syngnathe, Syngnathus acus, Linnaeus, 1758, qui est la plus grande espèce française, munie de 15 à 18 anneaux anguleux jusqu'à la nageoire dorsale.

D'autres poissons serpentiformes de tailles similaires ou moindres existent encore (Syngnathus tenuirostris, Syngnathus abaster, Nerophis maculatus, Nerophis lumbriciformis, Entelurus aequoreus, etc.) mais la forme du museau est un élément de discrimination très efficace.

Alimentation

Cet animal est un carnivore qui se nourrit essentiellement de petits crustacés comme des copépodes, des amphipodes et des crevettes (mysidés...), ainsi que des larves de poisson voire d'autres espèces faisant partie du zooplancton*.
Il reste très surprenant d'observer avec quelle rapidité la bouche de ce poisson se déploie pour venir fondre sur sa proie après une approche très lente.
Bien que la bouche soit étroite et d'assez petite taille, les victimes happées par un siphonostome adulte peuvent être d'une taille proportionnellement très importante.

Reproduction - Multiplication

La période de reproduction va de juin à octobre. Les individus de cette espèce sont à sexes séparés.
Au moment de l'accouplement, la femelle, au cours d'une parade qui peut durer plusieurs heures, transmet les œufs au mâle qui les stocke dans une poche incubatrice constituée de deux replis de peau sous la partie caudale, les féconde et les protège jusqu'à maturité et éclosion.
Les œufs déposés ne sont pas oxygénés par l'eau de mer au cours du développement et l'approvisionnement en oxygène est alors permis grâce à la poche incubatrice richement vascularisée. On peut dénombrer jusqu'à 20 œufs par poche.
L'éclosion des alevins a lieu après 3 à 4 semaines d'incubation. Les juvéniles sortent en nageant, à la différence des hippocampes qui sont expulsés. Ils sont longs de 2 à 3 cm et ont déjà leur forme définitive. Ils doivent absolument avaler une minuscule bulle d'air à la surface pour déclencher la sécrétion gazeuse de leur vessie natatoire.

Vie associée

Le siphonostome vit en grande proximité avec les espèces florales formant herbiers : posidonies, zostères, cymodocées, etc.

Certains des prédateurs du siphonostome se trouvent chez les Triglidés (grondins).

Divers biologie

Le corps est couvert d'anneaux osseux mais l'aspect semble lisse. Les arêtes de ces anneaux composent une suite de petites crêtes peu accentuées entre l'avant du corps et la marge postérieure de la dorsale.

L'organe olfactif se trouve en avant des yeux, de chaque côté de la tête.

Les nageoires pectorales sont petites et rondes et sont composées de 14 à 17 rayons.

L'anus se trouve au niveau de la marge antérieure de la nageoire dorsale, un peu en avant de la moitié du corps et, chez le mâle, en avant de la poche incubatrice.

Informations complémentaires

Le siphonostome est un poisson paisible et peu craintif qui se laissera facilement approcher par le plongeur ou le photographe. La difficulté réside dans sa découverte, en raison d'un camouflage remarquable grâce à son homochromie*. Son observation restera un agréable moment.

Origine des noms

Origine du nom français

Siphonostome est une francisation de l'ancien nom de genre, Siphonostoma.

Origine du nom scientifique

Syngnathus : du grec [syn] = réuni, rassemblé, fusionné, et du grec [gnath] = mâchoire : les mâchoires des syngnathes et des hippocampes sont soudées en une structure tubulaire.

typhle : en grec [typhlos] = aveugle, mais c'est aussi et surtout le nom grec de l'orvet, certainement utilisé pour le siphonostome par vague ressemblance avec le serpent.

Pour la sous-espèce méditerranéenne :
rondeletii = dédié à Guillaume Rondelet (1507-1556), médecin et naturaliste français, célèbre pour ses travaux et ses écrits sur les poissons.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Syngnathiformes Syngnathiformes Poissons possédant des mâchoires soudées en un tube allongé. Il s'agit essentiellement des syngnathes et des hippocampes.
Famille Syngnathidae Syngnathidés Bouche « rapportée » au bout d'un tube.
Genre Syngnathus
Espèce typhle

Nos partenaires