Etoile velours

Seriaster regularis | Jangoux, 1984

N° 3730

Pacifique tropical Ouest

Clé d'identification

Etoile de mer atteignant 15 cm
7 à 9 bras souvent de longueurs différentes
Coloration rouge orangé, extrémité des bras blanche
Pseudopaxilles blanchâtres disposées en lignes parallèles

Noms

Distribution géographique

Pacifique tropical Ouest

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Cette espèce se rencontre dans le Pacifique tropical Ouest. Elle a été seulement observée au Japon (Okinawa), aux Philippines, à Guam et en Nouvelle-Calédonie.
N'hésitez pas à nous communiquer toutes vos observations dans d'autres pays.

Biotope

Seriaster regularis est une étoile de mer qui vit en profondeur. Elle a été prélevée entre 60 et 250 m, sur des tombants ou pentes externes. Cependant, en Nouvelle-Calédonie elle a été également observée entre 20 et 65 m et dans des grottes peu profondes, situées entre 10 et 20 m. L'individu de Guam a été prélevé dans un port à 3 m de profondeur (peut-être largué par un pêcheur qui l’aurait prise plus profond). Cette espèce est très mal connue et sa répartition bathymétrique aussi !

Description

Seriaster regularis est une étoile de mer dont le diamètre peut atteindre 15 cm. Elle se caractérise par 7 à 9 bras cylindriques, souvent de longueur différente. La couleur de cette étoile de mer est rouge orangé, l'extrémité des bras est blanche.
Des pseudopaxilles* blanchâtres, petits tubercules garnis de 7 à 11 longs piquants fins, recouvrent le disque central et les bras, aussi bien sur leur face dorsale que sur leur face ventrale. Ces pseudopaxilles sont disposées de façon régulière en 15 lignes parallèles partant du centre de l'étoile et se poursuivent jusqu'à l'extrémité des bras, donnant une impression veloutée.
Sur la face ventrale, le long des bras, la gouttière (ou sillon) ambulacraire* est entourée de rangées de plaques munies de 4 à 6 piquants.
Les pédicellaires* sont absents et il n'y a qu'une plaque madréporique*, située sur la face dorsale du disque.

Espèces ressemblantes

Avec son nombre de bras supérieur à 7, sa couleur et ses pseudopaxilles épineuses, il est impossible de confondre Seriaster regularis avec une autre étoile de mer.

Alimentation

Aucune étude portant sur l'alimentation de cette étoile de mer n'a été menée. Comme les autres espèces de la famille des Solastéridés, il s'agit probablement d'un prédateur carnivore.

Reproduction - Multiplication

C'est une espèce gonochorique* (il existe des individus femelles et des individus mâles). Les gamètes* sont sans doute émis dans la colonne d'eau, pour une fécondation externe. Les œufs puis les larves* sont planctoniques*.
La reproduction asexuée* par scissiparité* semble possible chez cette espèce et se vérifie par l'observation fréquente d'individus avec toute une moitié du corps en cours de régénération.

Divers biologie

La biologie de cette étoile rare et méconnue n'a pas encore été étudiée en profondeur. Une recherche sur Google en janvier 2018 ne donnait que 2 photos en plus de celles de cette fiche, qui fait de DORIS le site le mieux illustré pour cette espèce !

Informations complémentaires

Il n'existe qu'une seule espèce dans le genre Seriaster.

Origine des noms

Origine du nom français

Etoile velours est une proposition du site DORIS pour caractériser son aspect poilu dû aux nombreuses pseudopaxilles disposées de manière très régulière et homogène.

Origine du nom scientifique

Seriaster : du latin [series] = série, suite d'élément de même nature et [aster] = étoile

regularis : du latin [regularis] = qui sert de règle (regula), qui respecte la règle, et qui par extension se traduit par uniforme, régulier. Ceci pour caractériser la disposition des pseudopaxilles sur le corps.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Asterozoa Astérozoaires Echinodermes de forme étoilée. Les bras, simples et parfois absents, sont en nombre variable, et contiennent des organes.
Classe Asteroidea Astérides Organismes en forme d’étoile, libres. 5 à 50 bras, squelette réduit, estomac dévaginable. Ce sont les étoiles de mer.
Super ordre Valvatacea Valvatacés
Ordre Valvatida Valvatides Etoiles de mer à 5 bras arrondis et souples. Papules* respiratoires réparties sur la face dorsale.
Famille Solasteridae Solastéridés Etoiles solaires, aux bras nombreux.
Genre Seriaster
Espèce regularis

Nos partenaires