Petite sole jaune

Buglossidium luteum | (Risso, 1810)

N° 1822

Côte Atlantique Est, Méditerranée

Clé d'identification

Sole de petite taille (maximum 13 cm)
Corps ovale et allongé
Couleur jaune ocre, sable ou rosé
Stries brunes régulières sur nageoires dorsale et anale

Noms

Autres noms communs français
Sole jaune, solenette
Noms communs internationaux
Yellow sole (GB), Sfogio menuo (I), Tambor (E), Seezunge (D)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Monochirus luteus (Risso, 1810)
Pleuronectes luteus (Risso, 1810)
Solea lutea
(Risso, 1810)
Rhombus luteus (Risso, 1827)

Distribution géographique

Côte Atlantique Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Dans l'océan Atlantique, on trouve cette espèce de l'Islande à la Norvège, jusqu'en mer Baltique et sur toute la bordure atlantique jusqu'au Maroc. Elle est également présente en Méditerranée, en mer Adriatique, en mer de Marmara et au Bosphore.

Biotope

Cette espèce côtière se rencontre entre 5 et 300 m de profondeur, plus fréquemment entre 10 et 40 m. Elle préfère les fonds meubles (sable fin, vase).

Description

La petite sole jaune est de petite taille (d'où son nom !), puisqu'elle mesure au maximum 15 cm. Son corps est ovale et allongé, de couleur jaune ocre à sable, quelquefois à reflets rosâtres. Le corps s'affine progressivement depuis son premier tiers jusqu'à la queue. Les écailles sont cténoïdes*, de forme rectangulaire. Le museau est arrondi en un lobe charnu. Elle est facilement identifiable grâce à la présence de stries plus sombres et alternées tous les 5 à 7 rayons dans les nageoires dorsale et anale. Ces deux dernières sont reliées à la nageoire caudale par des membranes. La nageoire pectorale de la face oculée comprend entre 3 et 5 rayons discrets, tandis que celle de la face aveugle comprend un long et deux très courts rayons. Selon les circonstances et la couleur du fond, la robe de la face visible peut s'orner de taches de couleur variant du blanc au brun. La narine de la face aveugle n'est pas élargie. Comme chez toutes les soles, les deux yeux sont présents sur la face droite chez l'adulte, la face gauche étant celle posée au sol et aveugle.

Espèces ressemblantes

Malgré ses stries brunes aux nageoires dorsale et anale, la petite sole jaune peut être confondue avec plusieurs autres espèces de soles fréquentant les mêmes milieux :

Solea solea : la sole commune est, comme son nom l'indique, la plus commune et la plus fréquemment rencontrée sur nos côtes par les plongeurs. Ses critères de détermination sont sa forme ovale, la tache noire à l'extrémité de sa pectorale et une frange sombre souvent présente à l'extrémité de sa caudale.

Microchirus variegatus
, la sole perdrix panachée : stries brunes disposées irrégulièrement sur les rayons se prolongeant par des taches sur le corps sur les nageoires dorsale et anale. Chez la petite sole jaune, les stries sont régulières et il n'y pas de taches dans la continuité des stries.

Pegusa lascaris, la sole pôle ou sole blonde : contrairement à la petite sole jaune, la base de la queue n'est pas reliée aux nageoires dorsale et anale.

Monorhichus hispidus, la sole velue : moins longiligne que Buglossidium luteum. Les stries sont très contrastées. Elles sont plus discrètes chez la petite sole jaune.

Les différences sont subtiles et difficiles à déceler en plongée : forme de la narine de la face aveugle (élargie en cupule chez la sole pôle), présence d'une tache noire sur la nageoire pectorale noire... Le plus simple est sans doute de prendre des photographies et de les comparer ensuite avec les espèces ressemblantes !

Alimentation

La petite sole jaune se nourrit d'animaux benthiques* variés, principalement des crustacés, des mollusques bivalves et des annélides polychètes. Elle est active la nuit. Dans la journée, on la trouve souvent enfouie.

Reproduction - Multiplication

La reproduction de cette espèce est peu connue, car peu observée. La ponte a lieu d'avril à septembre. Les œufs sont pélagiques. Les juvéniles sont parfaitement symétriques, avec un oeil sur chaque face, une bouche bien au milieu, des nageoires pectorales à gauche et à droite, comme un poisson classique! La métamorphose se produit lorsqu'ils atteignent une taille de 7 à 9 mm, mais ceci est très variable selon les localités et la température de l'eau. Lors de la métamorphose, l'oeil gauche migre vers la face droite, la face gauche devient aveugle et correspond à la face posée sur le substrat. La bouche se déforme et s'aplatit. Les 2 sexes atteignent la maturité sexuelle au cours de leur 3ème année. Les femelles sont plus grosses que les mâles.

Vie associée

Certaines sangsues ectoparasites sont parfois fixées sur le corps et sur les yeux des soles.

Divers biologie

Comme toutes les soles, ses capacités de camouflage sont excellentes et rendent son repérage aussi difficile qu'agréable.

Ses prédateurs sont le petit tacaud (ou capelan), Trisopterus minutus, et le grondin gris, Chelidonichthys gurnardus.

La petite sole jaune est comestible.

Origine des noms

Origine du nom français

Petite en référence à sa taille, jaune en référence à sa couleur.

Origine du nom scientifique

Buglossidium : du latin [buglossa] = buglosse, bourrache qui est une plante aux feuilles ovales, et [oid-] = ressemblant à. Selon Rondelet, ce nom lui a été donné en référence à la forme ovale des feuilles de cette plante, qui évoquerait une langue de bœuf. Le nom de buglosse dérive du grec [bu-] = bœuf et [gloss-] = langue.
luteum : du latin [luteus] = jaune.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Pleuronectiformes Pleuronectiformes Poissons plats, aux deux yeux sur une seule face. Corps comprimé et couché sur un flanc dépigmenté et aveugle.
Sous-ordre Pleuronectoidei Pleuronectoïdes Nageoire dorsale s'étendant au dessus des yeux.
Famille Soleidae Soléidés Famille des soles.
Genre Buglossidium
Espèce luteum

Nos partenaires