Crabe plat des oursins

Percnon gibbesi | (H. Milne Edwards, 1853)

N° 2848

Méditerranée, Atlantique (Antilles), Clipperton

Clé d'identification

Crabe très plat
Carapace presque carrée, jusqu'à 3,9 cm
Des taches jaunes sur les pattes
Pattes avec épines sur le bord avant
A très faible profondeur dans les rochers

Noms

Autres noms communs français

Crabe sourire (Antilles), Sally-pied-léger

Noms communs internationaux

Nimble spray crab, Sally lightfoot crab (GB), Granchio subtropicale (I), Gibbesi krab (NL), Algenfressende Krabbe (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Acanthopus Gibbesi H. Milne Edwards, 1853
Plagusia delaunayi Rochebrune, 1883

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique (Antilles), Clipperton

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes, Indo-Pacifique

Le crabe plat des oursins est natif de l'Atlantique intertropical africain et américain (présent dans les Antilles françaises) ainsi que du Pacifique américain (présent à l'île Clipperton). Il a pénétré récemment en Méditerranée où il est considéré comme introduit et envahissant. En France métropolitaine il a été signalé en Corse depuis 2010 où plusieurs populations se sont installées ; il y a aussi des signalements en Provence et sur la Côte d'Azur : Fréjus depuis mai 2013 et Villefranche-sur-mer depuis août 2015.

Biotope

Le crabe plat des oursins aime les côtes rocheuses, les jetées des ports et les marinas. Il se cache dans les fissures ou les petites cavités. Il apprécie tout particulièrement les rochers couverts d'algues calcaires en mode battu. Il se rencontre en zone intertidale* et dans les premiers mètres de profondeur. Les gros individus vivent plus profondément que les petits.

Description

Ce crabe est extrêmement plat. Sa carapace* est presque carrée avec les angles arrondis, fine, presque lisse avec quelques tubercules peu marqués ; elle est à peine plus longue que large, et sa longueur mesure jusqu'à 39 mm. Elle est munie de trois dents au niveau du front et de quatre dents antéro-latérales pointues.
Les yeux sont gros et en forme de haricot.
Sur les pinces, le mérus* et le carpe* sont épineux. Chaque patte porte une rangée d'épines sur le bord antérieur du mérus.

Il y a un faible dimorphisme* sexuel : les pinces des mâles sont légèrement inégales et nettement plus fortes que celles des femelles ou des juvéniles.
La livrée colorée varie peu en fonction de l'âge, du sexe et des individus. Elle est brun-rouge ou vert-brun. Des marques symétriques de couleur turquoise sont présentes de chaque côté d'une ligne médio-dorsale de la même couleur. Le mérus* de chaque patte ambulatoire possède une bande turquoise médiane. Une bande jaune vif se trouve sur les pattes au niveau de l'articulation carpe-propode* et propode-dactyle*. Une tache bleu-clair brillante est présente sur la partie distale sur l'ischium* des pattes et une ligne fine de la même couleur souligne la bordure entre la face dorsale et la face ventrale de la carapace. Les pédoncules* oculaires et les pinces sont orangés. La couleur est plus pâle du côté ventral.

Espèces ressemblantes

Il existe en tout sept espèces dans le genre Percnon ; ces espèces sont assez proches les unes des autres. Le crabe plat abrégé Percnon abbreviatum, le crabe plat voisin Percnon affine et le crabe plat de Guinot Percnon guinotae se rencontrent dans tout l'Indo-Pacifique tropical et peuvent s'observer à Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Wallis & Futuna, Polynésie française...

Pendant longtemps, les scientifiques ont discuté la validité des deux espèces très proches que sont le crabe plat des oursins Percnon gibbesi et le crabe plat aux yeux rouges Percnon planissimum. Les signalements en Atlantique et en Méditerranée de cette dernière espèce correspondent en fait à la première. Ces deux espèces se distinguent

  1. par la longueur relative du sillon poilu au bord supérieur de la paume des pinces et
  2. par les longueurs relatives des secondes et troisièmes dents antéro-latérales de la carapace.

Les distributions géographiques sont différentes, P. gibbesi étant présent dans tout l'Atlantique intertropical ainsi que sur les côtes du Pacifique américain tandis que P. planissimum a une distribution indo-ouest-pacifique.

En Méditerranée, le crabe plat des oursins peut éventuellement être confondu avec les espèces locales du genre Pachygrapsus.

Alimentation

Ce crabe furtif, très vif et agile est actif le jour et possède un pic alimentaire au crépuscule. C'est principalement un herbivore utilisant ses pinces pour prélever les algues rouges calcaires, les algues filamenteuses ou le film algal de surface dont il se nourrit. Il pourrait à l'occasion consommer des macro-algues, des pagures et des vers polychètes.

Reproduction - Multiplication

En Afrique tropicale, des femelles ovigères* ont été signalées pratiquement toute l'année. En Méditerranée, elles ont été observées pendant la saison chaude, de mai à septembre. Le développement larvaire* comporte six stades zoé* et une mégalope*. Les larves vivent relativement longtemps dans le plancton*, ce qui permet une dispersion de l'espèce à longue distance. Les juvéniles (carapace inférieure à 1,5 cm de long) se rencontrent d'octobre à mars.

Vie associée

En Méditerranée, ce crabe apprécie particulièrement la présence d'oursins noirs comme Arbacia lixula (Linnaeus, 1758). Sur les côtes américaines, les juvéniles se cachent entre les épines de l'oursin diadème des Antilles Diadema antillarum. Quelques poissons sont connus comme des prédateurs de ce crabe ; citons par exemple le serran à queue noire Serranus atricauda ou la grande vieille Labrus bergylta. D'autres poissons sont des prédateurs possibles en Méditerranée : dentis, bars, daurades, pagres ; il convient d'ajouter à cette liste de prédateurs possibles des céphalopodes comme les poulpes et pourquoi pas également des gros crustacés.

Divers biologie

Ce crabe a un comportement plus ou moins grégaire ; il forme des groupes de 2 à 5 individus. Il est difficile à photographier en plongée sous-marine car il est très craintif et se réfugie bien vite sous les pierres et dans les anfractuosités. Il est parfois présenté en aquariologie marine. Il peut entrer en compétition avec d'autres espèces comme le crabe marbré Pachygrapsus marmoratus ou l'ériphie verruqueuse Eriphia verrucosa mais aucune étude le prouve. Peut-être les Percnon résistent-ils mieux aux vagues que les Pachygrapsus, en étant plus forts pour s'accrocher (plus plats, plus grands, pattes plus longues). Végétarienne, l'espèce ne semble pas avoir d'effet notable sur les écosystèmes littoraux qu'elle fréquente. Elle n'a pas d'impact écologique ou économique connu.

Origine des noms

Origine du nom français

"Crabe plat" vient du fait que cette espèce est très plate ; le nom "des oursins" se réfère à la présence fréquente d'oursins dans les secteurs fréquentés par l'espèce.

Origine du nom scientifique

Percnon = ce genre a été créé par Johannes von Nepomuk Franz Xaver Gistel en 1848. Ce nom vient du grec [percnon] = noirâtre, ou tacheté de noir.

gibbesi = espèce dédiée à Lewis Reeve Gibbes, naturaliste et médecin américain (1810 - 1894).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Brachyura Brachyoures Les brachyoures ont un abdomen réduit replié sous le céphalothorax. Ils sont représentés par les crabes et les araignées de mer.
Famille Percnidae Percnidés
Genre Percnon
Espèce gibbesi

Nos partenaires