Pageot commun

Pagellus erythrinus | (Linnaeus, 1758)

N° 2771

Méditerranée, mer Noire, Atlantique Nord-Est

Clé d'identification

Tête à profil presque droit
Longueur du museau au moins 2 fois le diamètre de l'œil
Teinte rose argenté, reflets bleutés
Partie supérieure du corps parsemée de petits points bleus
Bord externe supérieur de l'opercule rouge sang
Tache rougeâtre à la base des pectorales

Noms

Autres noms communs français

Pageau, pagel
Atlantique : pageot rose, paget, pagrus, dorade rose, rousseau
Méditerranée : pageil, pageou, pageu, patjeu, patjel, paragu, paghiellu

Noms communs internationaux

Common Pandora, king of the breams (GB), Pagello, fragolino, rosetto (I), Breca, pagel (E), Bica (P), Rotbrasse, Kleiner Rotbrassen (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sparus erythrinus Linnaeus, 1758
Pagellus canariensis Valenciennes, 1838

Distribution géographique

Méditerranée, mer Noire, Atlantique Nord-Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Méditerranée, mer Noire.
Atlantique côte Est, entre 60°N et 10°N, de la Scandinavie où il est assez rare et des îles Britanniques jusqu'au Cap Vert et à la Guinée-Bissau, y compris les îles Canaries et Madère.

Biotope

C'est un poisson semi pélagique*, démersal* c'est-à-dire vivant près du fond. Il fréquente les eaux côtières, sur des fonds variés (roches, graviers, sables ou vases) avec une préférence pour les substrats* meubles. On le trouve entre 5 et 200 m de profondeur en Méditerranée et jusqu'à 300 m en Atlantique, mais le plus souvent on le rencontre entre 20 et 100 m. Il migre en eau plus profonde durant l'hiver. Il entre parfois dans les ports. Les jeunes sont présents plus près des côtes que les adultes.

Description

Le pageot commun est un poisson dont la longueur commune est de 15 à 30 cm, la taille maximale connue étant 60 cm. Les individus observés par les plongeurs sont généralement plus petits que ceux commercialisés, pêchés dans le circalittoral* souvent en dessous de 100 m.
Le corps est de forme ovale, comprimé latéralement, comme chez la plupart des Sparidés.
La tête a un profil presque droit, un museau pointu, une bouche assez petite en position basse et inclinée. Le diamètre de l'œil est nettement inférieur à la longueur du museau. L'intérieur de la bouche est grisâtre ou blanchâtre. Les 2 mâchoires portent à l'avant des dents pointues (dents externes plus grandes, doublées de petites dents) et à l'arrière 2 ou 3 rangées de dents en forme de molaires.

Comme tous les Sparidés il n'a qu'une seule nageoire dorsale. Elle commence à l'aplomb des pelviennes et comprend 12 épines et 10 à 11 rayons mous. La nageoire anale a 3 épines et 8 à 9 rayons mous, la longueur de sa base est le tiers de celle de la dorsale. Les nageoires pectorales sont hautes et très longues, arrivant presque à la verticale du début de la nageoire anale. La nageoire caudale est fourchue.
Les écailles sont cténoïdes*. On compte 55 à 65 écailles au niveau de la ligne latérale. Le museau, la région sous orbitale et le préopercule sont nus. Les écailles dorsales sont présentes jusque dans l'espace entre les yeux.

La couleur du corps est rose argenté avec des reflets bleutés, le dos et le dessus de la tête étant plus foncés. La partie supérieure du corps est parsemée de petits points bleus. L'adulte est généralement moins rose que le jeune et les mâles sont plus bleus pendant la période de reproduction. Des bandes d'un rose légèrement plus sombre sont signalées et interprétées par certains auteurs comme une manifestation de peur. Le bord externe supérieur de l'opercule est marqué d'un rouge carmin. Les bases des pectorales portent une tache rougeâtre et parfois on observe aussi une tache à la base des derniers rayons de la nageoire dorsale.

Espèces ressemblantes

Il y a des risques de confusion avec d'autres pageots et surtout avec le pagre commun, Pagrus pagrus. La différence avec ce dernier se fait au niveau de la nageoire caudale, celle du pagre a les extrémités blanches contrairement à celle du pageot.

Alimentation

Le pageot commun est un poisson omnivore à prédominance carnivore. Il se nourrit principalement de petits poissons et d'invertébrés benthiques* (vers, petits crustacés et mollusques).

Reproduction - Multiplication

C'est une espèce hermaphrodite* protogyne* (d'abord femelle puis mâle), dont la maturité sexuelle est atteinte pour les femelles après 1 à 2 ans pour une taille de 15 à 17 cm. Certaines des grandes femelles de plus de 2 ans deviennent mâles. Il en résulte, dans une population de pageots, davantage de femelles que de mâles (souvent le double).

La reproduction a lieu lorsque la température de l'eau est entre 19 et 21 °C, de mai à août (Méditerranée) de mars à juillet (sud Portugal). Il peut y avoir 2 périodes de frai dans le sud de l'aire.

La ponte est pélagique*, les gamètes* sont relâchés en pleine eau. Les œufs donnent naissance après 2 jours d'incubation à 21 °C à une larve pélagique mesurant environ 2,5 mm. Les alevins se concentrent ensuite sur des sites peu profonds.

Vie associée

Dans le golfe de Gascogne et en Méditerranée, l'anilocre Anilocra physodes parasite surtout les pageots, bogues et sars en se fixant sur leurs flancs. Le pageot peut être la proie d'autres poissons comme les sérioles.

Divers biologie

Pagellus erythrinus peut vivre plus de 10 ans, l'âge de certains spécimens a été estimé à 15 ans et même 21 ans. La longueur et le poids augmentent avec l'âge : par exemple, à 1 an environ 12 cm, à 2 ans environ 16 cm (90 g), à 3 ans environ 17 à 20 cm (100 à 175 g). Les individus de 30 cm pèsent plus de 500 g et peuvent avoir plus de 6 ans. Les individus de 40 à 50 cm ont entre 15 et 21 ans. Le poids maximal publié d'un individu est de 3,24 kg.
L'espèce est grégaire mais ne forme que des petits bancs.

Informations complémentaires

Ce poisson est plutôt méfiant, il est plus facile à approcher la nuit.
Le pageot commun a une chair estimée et on le trouve habituellement sur les marchés. Il est l'objet d'une pêche semi-industrielle (Espagne, Italie, Chypre), artisanale et sportive. Divers engins sont employés : sennes, chaluts, filets maillants, palangre de fond, nasses et lignes à main. La pêche mondiale était voisine de 15 000 tonnes dans les années 60, de 10 000 tonnes dans les années 80, de 4 500 tonnes dans les années 2000. Les captures annuelles pour la France sont passées de 300 à 500 tonnes dans les années 70 à environ 120 tonnes en 1994. Il existe une production aquacole mondiale portant sur 119 tonnes.
Cette espèce est considérée comme inadaptée à l'aquariophilie.

Réglementation

Selon l'arrêté ministériel du 19 Mars 2007 et la réglementation communautaire, la capture de tout individu de moins de 15 cm est interdite quelle que soit la technique utilisée.

La pêche de loisir est réglementée en France par l'arrêté du 29/01/2013 interdisant la capture d'individus de moins de 15 cm en Méditerranée.

Origine des noms

Origine du nom français

Pageot, pagel : de l'ancien provençal pagel ou pageu, dérivé du latin populaire pagellus, diminutif de pager « pagre ».

Origine du nom scientifique

Pagellus : du latin populaire [pagellus], diminutif ou dérivé de pager « poisson de type pagre », lui-même dérivé du grec [p(h)agros].
erythrinus : du grec [eruthros] = rouge.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Sparidae Sparidés Une seule dorsale, corps ovale et comprimé, queue fourchue.
Genre Pagellus
Espèce erythrinus

Nos partenaires