Bryozoaire encroûtant rouge-vert

Oshurkovia littoralis | (Hastings, 1944)

N° 1724

Atlantique Nord-Est, Manche, mer du Nord

Clé d'identification

Croûte unilamellaire bien calcifiée et régulièrement rugueuse
Aspect de râpe à fromage
Couleur orange terne, parfois verdissant
Espèce de l'estran et des petits fonds du nord de l'Europe
Pas d'ovicelles mais embryons rougeâtres visibles par transparence en automne et hiver

Noms

Noms communs internationaux

Red and green encrusting bryozoan, encrusting sea mat (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Umbonula littoralis Hastings, 1944

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est, Manche, mer du Nord

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Oshurkovia littoralis est une espèce nordique, elle est commune tout autour des îles Britanniques, et de Bergen (Norvège) au nord, jusqu'à la Manche au sud. Sa limite sud de distribution se situe autour de la pointe du Finistère en Bretagne où elle n'est pas commune.

Biotope

Ce bryozoaire du littoral est retrouvé sur et sous les pierres, les coquilles, sous les frondes d'himanthales et de laminaires. De larges colonies sont souvent rencontrées sous des pierres plates ou sous les surplombs. Il est commun dans la zone de balancement des marées et jusqu'aux champs de laminaires et sans doute pas au-delà.

Description

Oshurkovia littoralis forme des colonies bien calcifiées, se développant en de larges croûtes étalées et régulièrement rugueuses. Les larges ouvertures zoïdales* bien ordonnées et visibles sur une vue rapprochée, ressemblent aux dents d'une râpe à fromage. Ce bryozoaire est composé d'une seule couche de gros zoïdes bien visibles à l'œil nu. Il est de couleur orange terne, souvent plus ou moins verdissant. Le diamètre des plaques encroûtantes mesure de 2 à 5 cm en général, il peut être parfois bien plus grand. Le bord de la colonie est festonné.
Il n'y a pas d'ovicelles* chez cette espèce et les aviculaires* y sont rares et de très petite taille.

Voir la description microscopique dans "Divers biologie".

Espèces ressemblantes

Cryptosula pallasiana (Moll, 1803) : bryozoaire encroûtant unilamellaire de couleur blanchâtre, plus ou moins translucide et doré. Grandes ouvertures rectangulaires ou en forme de cloche très similaires. Paroi frontale faiblement calcifiée et à l'aspect fripé.

Schizoporella unicornis (Johnston in Wood, 1844) : bryozoaire encroûtant de l'estran de couleur blanchâtre orangé à rosé translucide ou brun jaunâtre chez les vieilles colonies. Il présente très souvent de larges zones granuleuses plus claires correspondant aux ovicelles* externes. Ses ouvertures sont plus petites que celles de Cryptosula pallasiana ou de Oshurkovia littoralis.

Umbonula ovicellata Hastings, 1944 : espèce peu observée et présentant 6 à 12 aréoles* marginales et de fortes rides. Contrairement à Oshurkovia littoralis, les ovicelles y sont bien présents.

Escharoides coccinea (Abilgaard, 1806) : de couleur orange, les zoïdes ne sont pas visibles à l'œil nu.

Alimentation

Cette espèce est un filtreur* suspensivore* microphage* ; il consomme des bactéries, des diatomées* ainsi que d'autres algues unicellulaires.
La nutrition des zoécies* est assurée de manière individuelle par chaque polypide* de la colonie. Lors de la prise de nourriture, l'opercule* s'ouvre et le lophophore* est érigé en entonnoir. Les cils des tentacules*, capables de créer des microcourants, permettent l'acheminement des particules alimentaires vers la bouche au centre du lophophore.

Reproduction - Multiplication

Chez les bryozoaires, les deux types de reproduction, sexuée et asexuée, concourent au développement.
Au sein d'une même colonie, des zoïdes* mâles et femelles existent, mais on connaît aussi des zoïdes hermaphrodites*. Oshurkovia littoralis est une espèce hermaphrodite.
La fécondation (reproduction sexuée) conduit à la formation d'embryons* incubés dans une poche membraneuse interne. Les ovicelles* sont effectivement absents chez Oshurkovia littoralis néanmoins les embryons rougeâtres sont bien visibles par transparence pendant les mois d'automne et d'hiver (en Grande-Bretagne). Une fois expulsées, les larves* libres et nageuses, assurent la dissémination spatiale de l'espèce. Elles ont une vie planctonique*. Puis, ces larves se fixent et se transforment en zoïdes primaires isolés appelés ancestrules*.
Chaque ancestrule forme une nouvelle colonie (reproduction asexuée) par bourgeonnement*, ce qui assure la croissance de la colonie.

Vie associée

Onchidoris pusilla (Alder & Hancock, 1845), un petit nudibranche verruqueux, se nourrit de divers bryozoaires encroûtants dont Oshurkovia littoralis.

Divers biologie

Description microscopique :
Autozoïde* ovale à hexagonal, fortement convexe, séparé par des sillons distincts. Ouverture plus longue que large, rectangulaire arrondie à elliptique, cerclée d'un léger rebord calcifié et présentant une petite convexité médiane proximale*. Opercule* ouvrant en demi cercle.
Paroi frontale finement granuleuse, bordée de 14 à 20 pores marginaux (= aréoles*) larges, rapprochés, séparés par de courtes rides calcaires n'atteignant que rarement la base du petit umbo* médian.
Aviculaire* sporadiquement présent, très petit, et posé perpendiculairement sur la lèvre proximale de l'ouverture.
Ovicelles* absentes, embryons* rouges incubés à l'intérieur des autozoïdes.

Origine des noms

Origine du nom français

Bryozoaire encroûtant rouge-vert est une traduction du nom commun anglais.

Origine du nom scientifique

Oshurkovia : en l'honneur de Dr Vladimir V. Oshurkov (1946-1994) zoologiste russe qui a étudié la biologie marine dans la péninsule du Kamchatka en Russie.

littoralis : du littoral. En rapport avec la présence de ce bryozoaire sur l'estran.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Gymnolaemata Gymnolèmes Colonies polymorphes. Les zoïdes sont cylindriques ou aplatis, les lophophores circulaires. Les parois peuvent être calcifiées ou non. Presque tous marins.
Ordre Cheilostomatida Cheilostomes Bryozoaires calcifiés, zoïdes* en forme de boîte obturée par un opercule à charnière. Gymnolèmes les plus nombreux et les plus diversifiés des régions littorales, souples à rigides. Groupe au polymorphisme marqué où l’on trouve des individus différenciés (aviculaires, vibraculaires, ovicelles globuleux…).
Sous-ordre Flustrina Flustrine
Famille Umbonulidae Umbonulidés
Genre Oshurkovia
Espèce littoralis

Nos partenaires