Calmar

Loligo spp. | Lamarck, 1798

N° 850

Mer du Nord, Manche, Atlantique Est et Ouest, Méditerranée

Clé d'identification

Corps fuselé (taille variable selon l'espèce)
Couleur claire avec taches changeantes, de brune à rouge
Nageoires latérales triangulaires sur l'arrière formant un losange caudal
Tête dans le prolongement du corps entourée de 8 tentacules et de 2 bras rétractiles, tous ventousés
Gros yeux
Fuite souvent soulignée par un jet d'encre

Noms

Autres noms communs français

Encornet, calamar, casseron, chipiron (Pays Basque), supion (midi de la France)

Noms communs internationaux

Squid, long-finned squid (GB), Calamaro comune (I), Calamar (E), Gewöhnlicher Kalmar (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Pour Loligo vulgaris vulgaris Lamarck, 1798 :
Loligo pulchra Blainville, 1823
Loligo rangii Férussac, 1835 in Férussac & D'Orbigny, 1834-1848
Loligo berthelotii Verany, 1839
Loligo neglecta Gray, 1849
Loligo breviceps Steenstrup, 1862
Loligo mediterranea Targioni-Tozzetti, 1869
Loligo affinis Lafont, 1871
Loligo microcephala Lafont, 1871

Pour Loligo vulgaris reynaudi D'orbigny, 1839 :
Loligo reynaudi D'orbigny, 1839

Pour Loligo forbesii Steestrup, 1856 :
Loligo fusus Risso, 1854
Loligo moulinsi Laffont, 1871

Pour Loligo (Allotheutis) subulata Lamarck, 1798 :
Allotheutis subulata Lamark, 1798
Sepia subulata Bosc, 1802
Sepiola subalata Eydoux, Gervais & Beneden, 1838

Pour Loligo (Allotheutis) media (Linnaeus, 1758) :
Sepia media
(Linnaeus, 1758)
Allotheutis media (Linnaeus, 1758)
Loligo parva Leach, 1817
Loligo marmorae Verany, 1839
Loligo urceolatus Risso, 1854

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Atlantique Est et Ouest, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

De la Méditerranée à l'ouest de la Baltique, l'Atlantique jusqu'au nord ouest, la Manche et la mer du Nord.

Biotope

Les calmars fréquentent les espaces mésopélagiques et infrapélagiques (50 à 400 mètres) et sont de ce fait difficilement observables, sauf en période de ponte où ils regagnent les eaux côtières.

Description

Le corps à section ronde s'effilant vers l'arrière est, contrairement à celui de la seiche, peu pigmenté, et souvent clair ou rougeâtre. Il porte deux nageoires latérales triangulaires, jointes à l'arrière et qui, vues de dessus, forment un losange caudal, occupant les deux tiers du manteau*. Les longueurs variables entre le tiers et les deux tiers arrières et les formes des nageoires sont importantes pour la détermination des espèces.
Dimensions courantes (longueur du manteau) : 20 à 30 cm, l'espèce Loligo forbesii peut atteindre 40 cm pour les femelles et 90 cm pour les mâles et l'espèce Loligo vulgaris varie de 35 (femelles) à 64 cm (mâles).
Dans le prolongement du corps, la tête est pourvue de deux yeux bien développés. Elle est entourée par huit courts tentacules, correspondant à ceux des poulpes, et deux longs bras rétractiles spécialisés pour la chasse, tous munis de ventouses.
Au centre des tentacules la bouche équipée de glandes salivaires venimeuses est constituée de deux mandibules cornées qui forment un bec coriace.
Ce mollusque dépourvu de coquille dissimule néanmoins, à l'intérieur du manteau, le vestige d'une coquille interne, sorte de lame cornée en forme de plume ou de gouttière selon l'espèce.
Sous le manteau la cavité palléale*, dans laquelle débouchent les organes génitaux et excréteurs, la poche à encre et l'extrémité inférieure de l'appareil digestif, contient également deux branchies qui oxygènent le sang bleu du calmar.

Espèces ressemblantes

Le genre a été décrit pour la première fois par Jean-Baptiste Lamarck en 1798. Toutefois, le nom a été utilisé plus tôt : Schneider, 1784 et Linnaeus, 1758 : il pourrait même avoir été utilisé par Pline. Au début du XIXe siècle, ce nom générique a été souvent utilisé comme un groupement vrai pour tous les calmars.

Le genre comprend deux sous genres, et de nombreuses espèces sont en attente d'affectation :

Sous-genre Loligo (Alloteuthis) Wülker, 1920 qui comprend pour la zone métropole :
  • Loligo (Allotheutis) subulata Lamarck, calmar européen commun,
  • Loligo (Allotheutis) media (Linnaeus, 1758)
Sous-genre Loligo (Loligo) Lamarck, 1798 qui réunit dans nos eaux côtières :
  • Loligo (Loligo) vulgaris avec les sous espèces
  • Loligo vulgaris vulgaris Lamarck, 1798
  • Loligo vulgaris reynaudi D'orbigny, 1739
  • Loligo (Loligo) forbesii Steenstrup, 1856
et dans la zone Atlantique Nord :
  • Loligo pealei Lesueur, 1821

Ces calmars et beaucoup d'autres espèces de genres voisins (Illex, Ommastrephes, ...), bien que similaires, ne peuvent être, dans le cadre de notre démarche, identifiés avec précision, d'où la description du genre Loligo au lieu de la description de plusieurs espèces.

Alimentation

Les calmars se nourrissent surtout d'organismes planctoniques*, mais les individus adultes s'en prennent aussi aux harengs, aux sprats et aux ammodytes (lançons). Chez certaines espèces, le cannibalisme a été observé.
Pour s'alimenter, le calmar met en œuvre successivement :

  • ses deux longs bras pour la préhension et pour l'approche de la proie vers la bouche,
  • l'action chimique d'un venin, la céphalotoxine*, qui paralyse au préalable les proies. Ce venin est capable de tuer un lapin,
  • l'action mécanique des mandibules en « bec de perroquet » pour déchiqueter les chairs.

Reproduction - Multiplication

La maturité sexuelle chez ces animaux gonochoriques* se situe en règle générale dans la troisième année. La période de reproduction qui se déroule au printemps ou en été provoque chez certaines espèces des rassemblements colossaux (millions d'individus chez Loligo opalescens dans le Pacifique).
Le sperme est contenu dans des capsules fuselées et chitineuses de 15 mm de longueur environ, appelées spermatophores*. Avant l'accouplement, le calmar mâle se place parallèlement à la femelle, face ventrale, entourant sa tête de ses bras. Il prend alors dans la cavité de son manteau* un paquet de spermatophores qu'il insère dans l'orifice génital de la femelle par l'intermédiaire d'un bras modifié pour cet usage, l'hectocotyle*.
Lors de la ponte pendant laquelle a lieu la fécondation, et qui peut être observée en toute saison, la femelle libère une vingtaine d'étuis contenant chacun de 100 à 200 œufs, en les fixant sur un relief exposé à un léger courant, chargé de les ventiler. Ces étuis réunis au centre par une sécrétion gluante peuvent composer des motifs circulaires jusqu'à trois mètres de diamètre.
Au bout de 3 à 4 semaines, de minuscules calmars entièrement formés quittent la capsule protectrice après l'éclosion des œufs, et se mêlent au plancton* pour être portés par les courants.
Les calmars ne se reproduisent qu'une fois et se laissent mourir ensuite.

Divers biologie

Les calmars possèdent le long du corps des nageoires latérales triangulaires ou arrondies. L'ondulation de ces nageoires permet à ces derniers un déplacement, avant ou arrière lent. Mais l'essentiel des mouvements de ces animaux est réalisé par réaction. Les calmars parfois appelés "flèches de mer", nagent à réaction vers l'arrière. Certaines espèces comme Loligo forbesii régulent leur flottabilité par échanges gazeux.
Le manteau de l'animal délimite en son centre une cavité dite palléale* emplie d'eau et qui s'ouvre vers l'extérieur par un tube en forme d'entonnoir appelé siphon*. Une contraction violente du manteau projette l'eau par le siphon et crée un déplacement rapide opposé à l'entonnoir. Cette propulsion est telle qu'elle peut provoquer des bonds de plusieurs dizaines de mètres hors de l'eau. Ce fait est peut être à l'origine du mot "loligo" : Plutarque dans "Vie de Themistocle" assimile le calmar à un poisson. [Le grec nomme ces poissons : theutides ; et Amyot a traduit ce mot par casserons (qui est aussi l'appellation de la seiche). C'est, disent ses éditeurs, la petite espèce de poisson volant que les Romains appelaient "loligo". Ce poisson jette une liqueur noire. Plusieurs auteurs le confondent avec la seiche, quoique Aristote les distingue. C'est faute d'avoir bien observé la structure ....

Les calmars changent leur couleur de façon très rapide et dans une gamme étonnante. La coloration est le fait des chromatophores* : cellules pigmentées du derme, très spécialisées qui en variant de taille (deux à soixante fois) étalent le contenu d'un sac pigmentaire et réalisent ainsi différentes nuances à partir du pigment de départ (jaune, orange, rouge, souvent brun, et noir).

L'homochromie* est à la base des changements de couleurs basiques (environnement). D'autres cellules de taille fixe, les iridophores (réfraction élevée) et les leucophores (dispersion de la lumière) favorisent une certaine opalescence (un calmar du Pacifique porte ce nom, Loligo opalescens), notamment au dessus des yeux.

En cas de danger, le calmar possède un atout qui lui permet de dissimuler sa fuite et tromper le prédateur. Un « nuage d'encre » puisé dans la « poche du noir », est émis en petits jets. Ce leurre sombre qui semble dessiner une forme allongée peut persister une dizaine de minutes. Présente chez beaucoup de céphalopodes, cette poche débouche dans l'intestin, près de l'anus. Elle comporte une partie glandulaire qui produit la mélanine, et une partie réservoir où le pigment mélangé au mucus forme l'« encre ».

Informations complémentaires

Intérêt économique. Ce mollusque comestible fait l'objet d'une pêche intense et réglementée (chaluts de fond, chaluts pélagiques, filets lamparos, filets à mailles, lignes). Malgré cet impact halieutique, la stratégie de reproduction de ces espèces permet le maintien d'une population satisfaisante.

Intérêt scientifique. Les calmars ont permis, dans le domaine scientifique, l'ouverture d'une nouvelle voie de la biologie cellulaire, la neurophysiologie cellulaire. En 1936, le biologiste anglais J.Z. Young décrit pour la première fois des fibres nerveuses géantes dans les nerfs des calmars. L'expérimentation dans les nerfs des céphalopodes, sur ces fibres géantes (cylindraxes ou axones géants), a débouché sur la mise en évidence de propriétés électriques et électrochimiques, fondamentales dans l'influx nerveux. Certains de ces travaux ont reçu en 1949 le prix Nobel de médecine.

Pélagique, le calmar parcourt de grandes distances comme en témoigne l'anecdote suivante : "Un médaillon en or fut trouvé en 1961 dans l'estomac d'un calmar capturé au large de San Sébastian, en Espagne. Il avait été perdu deux ans plus tôt par un baigneur, à Barcelone, à 1 500 km de là".

Origine des noms

Origine du nom français

Calamar :du latin [calamus] = calame, roseau. La plume étant comme le roseau taillé pour l'écriture dans l'Antiquité.
Ce terme est, de nos jours, davantage utilisé sur les étalages des poissonniers et en gastronomie,
Encornet : nom littéral qui exprime sa forme,
Calmar serait l'appellation utilisée par les naturalistes.

Origine du nom scientifique

Loligo : nom générique issu du grec (voir Plutarque) : loligo définissant un petit poisson volant qui jette une liqueur noire. Une confusion engendrée par les bonds des calmars faits hors de l'eau, suite à une nage par réaction violente.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Cephalopoda Céphalopodes Yeux complexes, coquille interne, externe cloisonnée ou absente, cavité palléale musclée, siphon musculeux, tentacules ou bras (munis de ventouses), poche à encre.
Sous-classe Coleoidea / Dibranchiata Coléoïdes / Dibranchiaux Ventouses sur les bras, au nombre de 10 au moins. Bras hectocotyle pour le transfert du spermatophore. 2 branchies, 2 néphridies, une coquille interne ou vestigiale, des chromatophores, une poche à encre, un grand cerveau.
Super ordre Decabrachia Décapodiformes 4 paires de bras spécialisés pour la capture des proies et 2 tentacules plus longs. Ventouses pédonculées, mobiles, avec un anneau corné. Une coquille interne.
Ordre Myopsida Myopsides

Groupe des calmars.

Famille Loliginidae Loliginidés
Genre Loligo
Espèce spp.

Nos partenaires