Flocon pédonculé orange

Aplidium punctum | (Giard, 1873)

N° 1133

Manche, Atlantique Nord-Est

Clé d'identification

Colonie en forme de petite massue
Pédoncule long, grêle, lisse et orange clair
Bouquet d'environ quarante zoïdes
Tache rouge sur chaque zoïde

Noms

Noms communs internationaux
Orange flake-ascidian (GB), Sinascidia pedunculada anaranjada (E), Orangefarbige Sproß-Synascidie (D), Sinascidia pedunculada alaranjada (P), Oranje vlokkige zakpijp (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Amaroucium punctum Giard, 1873
Morchelliopsis pleyberianus
Lahille, 1886 (proposition de Lahille, inusitée)

Distribution géographique

Manche, Atlantique Nord-Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Présent en Manche, Atlantique Nord-Est et dans une moindre mesure en mer du Nord, le flocon pédonculé orange est principalement abondant au tour des îles britanniques et en Manche en France.

Biotope

Cette espèce se rencontre depuis la surface jusqu'à 25 mètres de profondeur, dans des zones où les courants marins sont forts. Elle est commune dans les endroits sombres : principalement sous les surplombs, mais aussi sur des pierres et des coquilles vides. A marée basse, on la découvrira sous la voûte des grottes.

Description

Le flocon pédonculé orange est une ascidie coloniale ressemblant une petite massue. Le pédoncule, toujours long et grêle, lisse, de couleur orange clair, non incrusté de sable, peut atteindre 4 cm et renferme des stolons, blanchâtres et opaques, que l'on peut parfois voir par transparence. Un bouquet transparent, ovoïde, d'environ quarante à cinquante zoïdes* surmonte le pédoncule, qui est fixé au substrat. La base de la colonie (le stolon) a une surface rugueuse, plissée, jaune et est parfois très légèrement sablonneuse. La plupart des colonies sont ramifiées. Chaque zoïde, transparent, a deux taches rouges, placées de part et d'autre de la partie supérieure de l'endostyle (gouttière ou sillon ventral engluant les particules alimentaires et les conduisant à l'estomac) de l'animal. Elles sont souvent si rapprochées qu'elles ne semblent former qu'une seule grosse tache rouge vif bien visible, caractéristique de l'espèce.
Il n'est pas toujours facile d'affirmer s'il s'agit de cette espèce, dès lors qu'il est question d'ascidies coloniales. Seule une dissection des zoïdes sous microscope peut assurer son identification. Ainsi, les clés d'identification externes ne permettent pas toujours une identification précise.

Description microscopique :
Le nombre de rangées de trémas* au niveau du sac branchial est le plus souvent de dix (neuf à douze). L'estomac présente six larges cannelures régulières et pigmentées. Six lobes bordent les siphons buccaux. Ces derniers possèdent seize filets tentaculaires pigmentés et disposés en trois séries. L'orifice cloacal* présente trois grandes languettes, supérieures et égales.

Espèces ressemblantes

Morchellium argus : espèce pédonculée également, mais le pédoncule est plus petit, d'environ 1 à 2 cm. Le bouquet de zoïdes est de couleur blanchâtre. Quatre taches rouge carmin se distinguent sur le pharynx. On trouve aussi cette espèce sous le nom d'Aplidium argus.

Aplidium turbinatum: chaque "bouquet" ne regroupe que six à douze zoïdes à huit lobes pigmentés de blancs, les stolons (pédoncules) sont encroûtants et enchevêtrés.

Aplidium pallidum : ascidie nettement plus claire et d'aspect cotonneux.

Alimentation

Ces animaux sont des filtreurs microphages*. Les Ascidies créent un courant d’eau (rentrant par les petits orifices inhalants individuels) grâce au mouvement des cils du pharynx pour attraper les particules en suspension (organismes suspensivores*). Ce courant est aussi utilisé pour les échanges gazeux. L'eau filtrée est rejetée par le siphon exhalant.

Reproduction - Multiplication

La reproduction des ascidies coloniales présente une alternance de cycles sexués et asexués. Elles sont hermaphrodites, la fécondation est interne et le développement indirect.

- Reproduction sexuée : les gonades se trouvent dans le post abdomen, où a lieu la fécondation. Le développement embryonnaire commence après la formation des œufs où il y a différenciation des organes internes, de la chorde* et de la queue pour former une larve nageuse semblable à un têtard. Ces têtards sont libérés dans le milieu par le siphon atrial des zoïdes. La vie pélagique est très courte et les larves se fixent au substrat par les papilles adhésives. A partir de là commence la métamorphose qui donnera un individu adulte.
Pour Aplidium punctum, les larves sont produites tard dans l'année, à partir du mois d'août et au-delà. Les nouvelles colonies apparaissent à la fin de l'hiver sous forme de petits bourgeons. Les larves sont semblables à celles de Morchellium argus, d'abord globuleuses, puis cylindriques.
- Reproduction asexuée : formation de la colonie par bourgeonnement à partir de l’individu souche.

Vie associée

Des épibiontes peuvent venir se fixer sur le pédoncule, mais il n'existe ni associations, ni espèces spécifiques.

Origine des noms

Origine du nom français

L'aspect un peu flou des zoïdes et leur couleur seraient à l'origine du nom flocon.

Origine du nom scientifique

Aplidium : de [apl-] racine grecque signifiant simple (cf. Aplousobranches par exemple), les plus simples des polyclinidés selon Savigny (auteur du genre).
punctum: du latin [punctum] = piqûre d'épingle, point (car chaque zoïde porte une tache rouge).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Aplousobranchia Aplousobranches Ascidies coloniales.
Famille Polyclinidae Polyclinidés Aplousobranches avec thorax, abdomen et post abdomen (où se trouvent les gonades et le cœur). Tunique sans incrustation calcaire.
Genre Aplidium
Espèce punctum

Nos partenaires