Grondin strié

Chelidonichthys lastoviza | (Bonnaterre, 1788)

N° 770

Méditerranée, Atlantique Est, côte est de l’Afrique

Clé d'identification

Profil pratiquement vertical
Museau court et rostre aplati
Nombreuses striures parallèles en travers des flancs
Dos rougeâtre, ventre clair, corps irrégulièrement taché
Pectorales en éventail, bordées et tachetées de bleu

Noms

Autres noms communs français

Grondin camard, grondin rayé, grondin rouge rayé, rouget grondin, galinette, grondin imbriago

Noms communs internationaux

Streaked gurnard, rock gurnard, african gurnard (GB), Capone lineato, capone ubriaco, capone dalmato (I), Trigla, rubio, bonacha (E), Knurrhahn, Gestreifter Seehahn (D), Gestreepte poon (NL), Taggknurr, knurr (N), Ruivo-do-Cabo-Branco, ruivo listrado, cabra-riscada, cabrinha creole (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Trigloporus lastoviza africanus (Smith, 1934)
Trigloporus lastoviza (Bonnaterre, 1788) nom souvent rencontré
Cuculus lineatus Pennant, 1769
Trigloporus lastoviza, Brünnich 1768
Trigloporus lastovitza (Bonnaterre, 1788)
Trigloporus lastoviza, Briinn 1768
Trigloporus lineata (Gmelin, 1789)
Trigla africana Smith, 1934
Trigla gonotus Rafinesque, 1810
Trigla lastoviza, Bonnaterre, 1788
Trigla lineata, Gmelin 1789
Trigla adriatica, Gmelin 1789

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique Est, côte est de l’Afrique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Le grondin strié est commun en Méditerranée surtout occidentale. On le retrouve également tout le long des côtes de l'Atlantique Est, du cap de Bonne Espérance jusqu'à la Norvège, y compris Madère, les Açores et les Canaries. Il est particulièrement répandu autour des îles Britanniques. Enfin, il est repéré le long des côtes africaines de l'océan Indien et du canal du Mozambique. Il est également connu en mer Noire, en Manche et mer du Nord.

Biotope

Poisson benthique*, on trouve fréquemment le grondin strié entre 20 et plus de 100 m de profondeur, bien qu'on puisse toutefois le croiser en petits bancs à la surface et jusqu'à 150 m. Généralement, ce poisson est grégaire, installé sur le plateau continental entre 80 et 100 m. L'été, il se rapprochera des côtes et de la surface. Les jeunes sont d'abord pélagiques* puis littoraux.
Il vit près des fonds rocheux, sur des sols sableux, détritiques* ou vaseux, avec une préférence pour les sédiments vaseux. On peut parfois le retrouver au-dessus de la posidonie. On peut le rencontrer sur des poches de sable, près de la roche et des herbiers.

Description

Les grondins ont une silhouette caractéristique, avec une tête massive, aplatie sous la bouche et protégée par des plaques osseuses striées et granuleuses. L'allure générale du corps est élancée, s'amenuisant progressivement en s'approchant de la queue, avec un profil abrupt, presque vertical, très légèrement incurvé, et des orbites très saillantes. La ligne latérale* très marquée et épineuse s'oriente vers la caudale. Le museau court et arrondi, sans épine, se termine par un rostre* aplati et très réduit, en deux lobes denticulés. La bouche est large, au bas de la tête.

Le grondin strié est l'un des grondins les plus fréquents sur nos côtes. Il possède deux nageoires dorsales bordées d'un sillon d'épines. La première dorsale est épineuse (9 à 11 rayons). La deuxième est formée d'une quinzaine de rayons mous. Les pectorales sont amples et rabattues, elles dépassent le premier rayon de l'anale. Elles ont trois rayons inférieurs libres, indépendants et digitiformes. Ils sont rougeâtres, rayés de brun. Ils sont dotés d'organes sensoriels, olfactifs et gustatifs. Ils servent aussi à « marcher » sur le fond.

Le corps du grondin strié a plusieurs épines épaisses, sur l'opercule*, sur l'épaule et au-dessus de l'œil. Contrairement à d'autres grondins, il n'a pas de sillon transversal sur la nuque. Ses écailles sont petites, peu visibles et recouvrent entièrement le corps. C'est le plus petit des grondins. Sa taille peut atteindre 40 cm mais la moyenne se situe entre 10 et 25 cm. Les flancs, à l'exception du ventre, sont marqués de plis dermiques transversaux et obliques. Très colorée, sa livrée générale est rougeâtre sur le dos, parfois rose carmin, parfois brune, et claire sur le ventre, complétée de taches ou de bandes irrégulières aléatoirement réparties sur tout le corps. Les pectorales, rougeâtres, déployées en éventail arrondi, sont bordées d'une ligne bleu vif et parsemées de petites taches bleues alignées. Leur face interne est tachée de sombre. Leurs rayons sont blancs. On peut dire qu'elles ressemblent à des ailes.

Espèces ressemblantes

Les grondins sont représentés par plusieurs espèces qui se ressemblent :
Lepidotriga cavillone, Cavillone : sillon très marqué sur la nuque ; grandes écailles marquées ; deux épines en avant de l'œil ; lobes anguleux du rostre ; (pas de dent dans le palais).
Lepidotriga dieuzeidei, Grondin de Dieuzeide : sillon peu marqué sur la nuque ; larges écailles peu cténoïdes ; pas d'épine sur l'œil ; lobes épineux, arrondis du rostre ; (dents dans le palais).

Aspitrigla cuculus, Grondin pin ou Grondin rouge : sans sillon sur la nuque ; écailles en « V » bien visibles ; sans pli dermique ; courtes pectorales sans bordure bleue.

Chelidonichthys obscurus, Grondin morrude : sans sillon, ni pli dermique ; écailles non épineuses à bord libre échancré.
Eutrigla gurnardus ou Eutrigla lucerna, Grondin gris : sans sillon, ni pli dermique ; écailles épineuses ; pectorales courtes ; tache noire sur la dorsale ; ventre blanc nacré.

Trigla lyra, Grondin-lyre : sans sillon, ni pli dermique ; écailles courtes, droites et lisses ; museau très échancré.

Chelidonichthys lucernus, Grondin-perlon : sans sillon, ni pli dermique ; écailles courtes, droites et lisses ; museau peu échancré ; pectorales bordées de bleu.

Eventuellement, bien que les confusions ne soient guère possibles, Dactylopterus volitans, Grondin volant.

Alimentation

Carnassier, le grondin strié se nourrit d'animaux, en particulier de petits crustacés, mais aussi de mollusques, de vers et de poissons, qu'il trouve en fouillant la vase avec son rostre. Il s'appuie sur ses rayons pectoraux, dont il se sert comme pattes, mais qui sont aussi des détecteurs de proies, munis aux extrémités de nombreux récepteurs sensoriels. L'été, il peut consommer des organismes de pleine eau.

Reproduction - Multiplication

La reproduction a lieu entre l'hiver et le début du printemps et parfois tôt en hiver. Les œufs, puis les larves* sont planctoniques*. Après cette phase, les juvéniles migrent vers le fond en se rapprochant des côtes. Le rapport mâle-femelle est généralement de 1:1.
La maturité sexuelle des mâles est atteinte à l'âge de 2 ans et celle des femelles à l'âge de 3 ans. La durée de vie des femelles semble être plus longue que celle des mâles, ce qui montre une mortalité différenciée selon le sexe.

Vie associée

Le copépode Neobrachiella impudica (von Nordmann, 1832) est connu pour parasiter le grondin strié, en particulier au niveau de la partie interne de l'opercule*.

Divers biologie

Tous les grondins émettent des grognements produits par contraction des muscles de leur vessie gazeuse qui vibre alors. Selon la profondeur, ces sons varient en tonalité et intensité.
Lorsqu'il est dérangé ou qu'il se sent menacé, le grondin déploie ses pectorales : il peut ainsi faire de courts « vols » en quittant le fond.
On estime qu'un grondin strié peut vivre jusqu'à 18 ans.

Informations complémentaires

Les grondins sont souvent vendus sous le terme de rouget, bien que la qualité de leur chair soit moindre que celle du vrai rouget.
Peu farouche, si l'on ne fait pas de mouvements brusques, le grondin est assez simple à approcher.

Origine des noms

Origine du nom français

Grondin : ce nom vient de la capacité qu'ont ces poissons à émettre des grognements via la vessie gazeuse.
Strié : une des caractéristiques qui permet de le distinguer des autres grondins : il a des plis obliques sur tout le corps.

Origine du nom scientifique

Chelidonichthys : du grec [chelidon] = hirondelle et [ichthys] = poisson. Les larges nageoires pectorales de ce poisson évoquent les ailes d'un oiseau.
Trigloporus : du grec [trigla] = mulet, du nom du lieu d'Athènes où l'on offrait ce poisson à Hécate (Déesse grecque de la Lune et des Enfers).

lastoviza : ce grondin à été décrit par son auteur de la région de Split en Croatie, et plus précisément de la petite île de Lastovo (à côté de celle de Vis) !

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Scorpaeniformes Scorpéniformes Poissons scorpions.
Sous-ordre Scorpaenoidei Scorpénoïdes
Famille Triglidae Triglidés Tête massive, avec un museau prononcé, et aplatie par-dessous, munie de plaques osseuses formant une cuirasse. Epines au niveau des pièces operculaires. Corps diminuant de taille régulièrement jusqu’à la queue. 3 premiers rayons libres à la pectorale.
Genre Chelidonichthys
Espèce lastoviza

Nos partenaires