Perroquet bicolore

Cetoscarus ocellatus | (Valenciennes, 1840)

N° 2206

Indo-Pacifique tropical

Clé d'identification

Œil orange
Forme allongée
Juvénile : blanc avec une bande orangée au niveau de la tête
Ocelle noir sur la nageoire dorsale
Femelle : livrée gris-foncé
Large bande jaune sous la dorsale
Mâles : livrée bleu-vert
Ecailles cernées de rose-orangé
Tête recouverte de petites taches et de petits traits roses

Noms

Autres noms communs français

Poisson-perroquet à points rouges, poisson-perroquet baleine, perroquet clown

Noms communs internationaux

Bicolor parrotfish, bicolour parrotfish, two-colour parrotfish, spotted parrotfish, red-speckled parrotfish (GB), Loro de manchas rojas (E), Masken-Papageifisch (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Scarus ocellatus (Valenciennes, 1840)

Distribution géographique

Indo-Pacifique tropical

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Cetoscarus ocellatus fréquente les eaux de l'océan Indo-Pacifique. D'est en ouest, il est présent depuis les côtes de l'Afrique jusqu'aux îles Tuamotu. Du nord au sud, on le rencontre depuis les côtes japonaises (l'archipel d'Izu) jusqu'au sud de la grande barrière de Corail.
Depuis 2005, on identifie comme deux espèces différentes l'espèce de l'océan Indo-Pacifique nommée Cetoscarus ocellatus et l'espèce de mer Rouge nommée Cetoscarus bicolor (Rüppel, 1829).

Biotope

Cetoscarus ocellatus fréquente les pentes récifales entre 1 et 30 m de profondeur. Il affectionne les lagunes aux eaux claires et les récifs tournés vers le large. Les juvéniles, généralement solitaires, fréquentent les habitats où le corail est dense.
La nuit les poissons-perroquets dorment dans des trous ou des fissures, enrobés d'un cocon de mucus.

Description

Le perroquet bicolore est de forme allongée, légèrement comprimée. Le museau est arrondi et le corps couvert de grosses écailles. Les dents sont complètement recouvertes de peau. Les mâles, les femelles et les juvéniles présentent des couleurs très différentes. Néanmoins, ils ont tous l'iris doré ou orange vif.

Comme cela s'observe chez d'autres espèces de Scaridés, le perroquet bicolore passe par plusieurs phases de croissance, qui correspondent à un changement de forme, de couleurs et de sexe.
La première phase correspond aux juvéniles : la livrée est à dominante blanche et présente des parties jaune-orangé. Une large bande verticale orangée, bordée d'un liseré noir, recouvre la partie postérieure de la tête. Elle part de l'avant de l'œil et se termine à la base de l'opercule*. La queue est bordée d'orange. Un ocelle* noir sur fond jaune se trouve à l'avant de la nageoire dorsale. Le ventre et les nageoires pelviennes présentent des nuances jaunes. Les juvéniles peuvent mesurer jusqu'à 10 à 15 cm de longueur.
La seconde phase, appelée phase initiale, est la phase des femelles sexuellement matures : leur livrée est gris foncé ou brun-rouge, voire noire, et présente une large bande horizontale blanche ou jaunâtre juste sous la nageoire dorsale. Le dos est tacheté, et les écailles cernées de noir forment un réseau. Les nageoires et la tête sont gris foncé. Les femelles mesurent entre 18 et 30 cm de longueur.
La phase terminale est la phase des mâles dont la livrée est dans les tons bleu-vert avec des écailles cernées de rose-orangé. La tête et l'avant du corps sont recouverts de petites taches et de petits traits roses. La base de la nageoire pectorale est colorée de jaune. Une bande claire va de la bouche au ventre. Les mâles mesurent 45 à 50 cm avec une longueur maximale observée de 90 cm.

Espèces ressemblantes

Cetoscarus bicolor qui est identique à Cetoscarus ocellatus, n'est présent qu'en mer Rouge.

On peut confondre Cetoscarus ocellatus avec d'autres poissons-perroquets dont les femelles ont une livrée marron-gris et dont les mâles arborent des livrées bleu-vert ponctuées de rose. Mais le poisson-perroquet bicolore est reconnaissable grâce à sa forme allongée et à son œil orange.
Les espèces suivantes sont plus petites que Cetoscarus ocellatus.

  • Scarus scaber ou perroquet à cinq selles mesure au maximum 37 cm. En phase initiale, le ventre est beige, le dos brun-gris avec 3 à 5 selles ou bandes jaunes plus ou moins visibles. En phase terminale, une tache bleu foncé recouvre le premier quart du corps (à l'avant du poisson et sur le dos), et une large tache jaune est visible à l'arrière du corps.
  • Scarus psittacus ou perroquet commun atteint une longueur d'au plus 30 cm. En phase initiale, le perroquet commun ne présente pas de bande horizontale sous la dorsale. Le museau est gris clair. En phase terminale, l'espèce est reconnaissable aux lignes bleu vif et vertes dessinées à l'avant de la tête.
  • .Scarus globiceps ou perroquet globe peut mesurer jusqu'à 45 cm. En phase initiale, le dos est brun-grisâtre alors que le ventre est jaune. En phase terminale, le ventre et le bas de la tête sont bleu clair, le haut du corps est bleu foncé. Le profil de la tête est globuleux chez les individus âgés. Chez les adultes, 3 lignes blanches sont visibles sous le ventre.
  • Chlorurus bleekeri ou perroquet joue blanche peut mesurer jusqu'à 49 cm. Il fréquente l'océan Pacifique centre et n'est donc pas présent en mer Rouge ni sur les côtes africaines. En phase terminale, on le reconnaît à la présence d'une grande tache jaune ou vert clair sur la joue. En phase initiale, Chlorurus bleekeri a l'iris jaune, mais sa livrée est brun foncé et présente 3 à 4 selles blanchâtres sur le dos
  • Chlorurus sordidus ou perroquet marguerite a une longueur maximale de 40 cm. En phase terminale, la tête est légèrement bombée avec une grande tache orange. Le corps est bleu foncé à violet et le pédoncule caudal est clair.
  • En phase initiale : l'avant du corps est beige ou brun clair, l'arrière est marron foncé, le pédoncule caudal présente une tache foncée.
  • Scarus frenatus ou perroquet à six bandes mesure au plus 47 cm de longueur. En phase initiale, cette espèce est assez différente du perroquet bicolore. La livrée marron clair est striée de six bandes longitudinales noires. En phase terminale, il est reconnaissable au pédoncule caudal beaucoup plus clair que le reste du corps.


Les poissons-perroquets, notamment les femelles, peuvent également être confondues avec les labres. En effet, comme les labres, ils nagent avec les pectorales, et se nourrissent sur le récif corallien. Cependant, les dents des poissons-perroquets sont soudées et forment des plaques, ce qui permet de les différencier des labres.

Pendant la phase juvénile, Cetoscarus ocellatus ne peut être confondu avec aucun autre poisson-perroquet. Cependant, lorsqu'il mesure environ 1 cm, de par sa coloration vive, blanche et rouge brique, et sa façon de nager par ondulations, il peut être confondu avec un juvénile d'une espèce d'Amphiprion (poisson-clown). Toutefois, son corps blanc et l'absence d'anémone à proximité, permettent de le reconnaître.

Alimentation

Les poissons-perroquets sont des herbivores se nourrissant des algues qui recouvrent les coraux morts et les substrats* durs. Leurs dents constituent de solides plaques abrasives qui leur permettent de réduire en bouillie les morceaux de coraux arrachés au récif.

Environ 75 % du contenu de l'intestin est composé de sédiment inorganique, et à la fin du processus de digestion les coraux excrétés produisent une grande quantité de sable. La production excrétée d'un gros perroquet a été estimée à plus de 2 tonnes de sable par an. Ces poissons jouent ainsi un rôle majeur dans la constitution et l'évolution des zones sableuses des milieux récifaux.

Les poissons-perroquets se nourrissent également des tendres extrémités des buissons d'algues, des brins de plantes marines, et très occasionnellement de crustacés et de quelques morceaux d'éponge. Quelques grosses espèces de l'Indo-Pacifique, dont Cetoscarus ocellatus, se nourrissent également sur des coraux vivants.

Reproduction - Multiplication

Cetocarus ocellatus est une espèce hermaphrodite* protogyne*. Après la phase juvénile, les individus acquièrent d'abord les caractères sexuels femelles, et peuvent se transformer en mâle par la suite.
Les mâles s'approprient de grands territoires et constituent des harems de plusieurs femelles. Le frai a lieu en couple, joue contre joue, les deux partenaires décrivant des cercles en pleine eau, montant vers la surface pour redescendre vers le fond. Les œufs et les larves* sont pélagiques*.

Divers biologie

La nuit, les poissons-perroquets se réfugient dans un trou ou une fissure et s'entourent d'un mucus formant un cocon dont ils se débarrassent le matin à l'aide de battements de queue. Le mucus est sécrété par une glande située dans la partie supérieure de la cavité branchiale. Le cocon ainsi formé protège les poissons-perroquets des parasites et des prédateurs en bloquant leur odeur. Si un prédateur heurte le cocon, le poisson-perroquet est prévenu et peut prendre la fuite.

L'unique nageoire dorsale de Cetoscarus ocellatus comporte 9 épines souples et 10 rayons mous. La nageoire anale possède 3 épines et 10 rayons mous.

Lorsqu'il mesure 11 mm de longueur, le perroquet bicolore a le corps blanc et la tête rouge brique. Il n'y a pas d'ocelle sur la nageoire dorsale. Il nage en ondulant, de façon tout à fait similaire à un juvénile d'Amphiprion de taille similaire. Il pourrait s'agir d'une forme de mimétisme*. Ce type de nage s'estompe lorsque le poisson grandit. Vers 30 à 40 mm de longueur, la barre orange bordée de noir est présente, ainsi que l'ocelle noir bordé d'orange sur la nageoire dorsale. A partir de 60 mm, la barre orange s'étale, le corps et les nageoires s'assombrissent, les taches orange s'estompent, l'ocelle se rétrécit. Au delà de 150 mm, la barre orange a presque complètement disparu, de larges taches marron subsistent, le corps est gris clair parsemé de petits points noirs, l'ocelle est effacé. Lorsque l'individu atteint 180 mm de longueur, il arbore la livrée de la phase initiale.

Des recherches récentes et non encore publiées en mars 2013, suggèrent que la population présente dans l'océan Indien différerait de celle du Pacifique et devrait porter le nom de Cetoscarus nigropinnis (Playfair and Gunther, 1867).

Informations complémentaires

La chair des poissons-perroquets, comme celle d'autres poissons des récifs coralliens, peut être contaminée par la ciguatera*, une toxine présente dans une micro-algue colonisant les coraux morts. Cette toxine, qui n'est pas détruite par la cuisson, provoque des intoxications alimentaires.

Les juvéniles de Cetoscarus ocellatus sont régulièrement commercialisés en aquariophilie. Mais ils supportent mal la captivité. Les spécimens adultes intéressent peu les pêcheurs car leur chair manque de fermeté et se prête mal à la consommation.

Réglementation

Cetoscarus ocellatus est une espèce classée par l'UICN comme une espèce en "préoccupation mineure" (LC pour "Least Concern" en anglais). Les poissons-perroquets qui trouvent nourriture et abri dans les récifs coralliens sont particulièrement sensibles à la destruction de leur habitat. Mais cette espèce est abondante et assez largement répartie.

Origine des noms

Origine du nom français

Perroquet : les couleurs très vives des mâles ainsi que la forme des dents soudées entre elles et formant un "bec", évoquent l'oiseau.
bicolore : à cause de la livrée des juvéniles, blanche et orange, et de celle des femelles, marron et blanchâtre.

L'espèce de l'océan Indien, ayant été récemment identifiée sous le nom C. ocellatus, ne possède pas de nom vernaculaire qui lui soit propre. Nous avons choisi de conserver le nom "perroquet bicolore" qui est le nom qui lui est donné en Polynésie française.

Origine du nom scientifique

Cetoscarus : du grec [ketos] = monstre marin, baleine, et du latin [scarus] qui signifie scare, ou poisson de mer (scare est le nom vernaculaire générique des poissons-perroquets). Le mot latin est dérivé du grec [skaros], de même sens.

ocellatus : du latin [ocellatus]= ocelle.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Scaridae Scaridés Une seule nageoire dorsale, dents soudées formant un puissant "bec de perroquet".
Genre Cetoscarus
Espèce ocellatus

Nos partenaires