Oursin-diadème méditerranéen

Centrostephanus longispinus | (Philippi, 1845)

N° 313

Méditerranée

Clé d'identification

Oursin brun à noir selon l'âge, piquants annelés de blanc et de brun-violet chez les juvéniles
Piquants fins bien plus longs que la circonférence du test et très mobiles
Animal à squelette (test) calcaire, de symétrie 5

Noms

Autres noms communs français

Oursin diadème, oursin-diadème

Noms communs internationaux

Longspined sea-urchin, needle-spined urchin (GB), Riccio diadema, riccio corona (I), Erizo de pùas largas (E), Diademseeegel, Griffelzeeegel (D).

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Diadema longispinna (Philippi, 1845)
Diadema europeum (A. Agassiz & Desor, 1846)
Diadema europaeum (Dujardin & Hupé, 1862)

Distribution géographique

Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Espèce localisée essentiellement au niveau du pourtour méditerranéen : à partir de Marseille jusqu'en Italie, en Corse, sur les côtes siciliennes, tunisiennes et algériennes. On la trouve également en mer Adriatique et en mer de Marmara.
Cet oursin-diadème est parfois observé en dehors de la Méditerranée au niveau des îles Canaries et aux Açores.

Biotope

Cette espèce est dite sciaphile c'est à dire qu'elle fuit une trop forte intensité lumineuse. C'est pourquoi on la retrouve sur des substrats durs, dans les cavités et fentes rocheuses. On pourra aussi trouver cet oursin-diadème sur fonds sablo-vaseux, dans les 50 premiers mètres.

Description

Centrostephanus longispinus est un oursin dont le squelette, le test, est calcaire et à symétrie pentaradiée (symétrie cinq), de 6 cm de diamètre maximum. Il est recouvert de piquants longs et fins (bien plus longs que la circonférence du test), creux et cassants, garnis de petites épines. Ces piquants sont de plus très mobiles. Leur taille peut dépasser les 10 centimètres.
On observe, à fort grossissement, entre ces piquants, des pieds ambulacraires (ou podia*), petits tubes se terminant par une ventouse, utilisés pour la locomotion et des pédicellaires, sortes de pinces servant à la défense.
Les individus âgés sont de couleur foncée, brun à noir. Les plus jeunes ont des piquants souvent annelés de brun violet et de blanc.

Espèces ressemblantes

C'est le seul oursin-diadème présent pour l'heure en Méditerranée.

Alimentation

En fonction de son environnement, cet oursin se nourrit de débris d'animaux (restes de mollusques, spicules d'éponges…), et surtout de végétaux (feuilles de posidonies, algues). Il absorbe également de la nourriture sous forme de particules (matière organique dissoute dans l'eau).

Par ailleurs, la forte mobilité des piquants permettrait un bon brassage de l'eau et de ce fait un meilleur apport de particules alimentaires.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée et externe. Les individus sont à sexes séparés. En période de reproduction il est possible d'observer des regroupements d'individus mâles et femelles. Chacun émet alors ses gamètes sous forme de nuées, en réponse à des émissions de phéromones.
La fécondation a lieu en pleine eau et donnera après division de l'œuf une larve pélagique, la larve pluteus, très différente de l'adulte, qui évoluera progressivement vers sa forme définitive.
Les individus juvéniles restent encore plus rares que leurs parents. Leur croissance serait quant à elle de 1 millimètre par mois. Leur arrivée à proximité des côtes resterait épisodique et parfois espacée de quelques années. On comprend que cette espèce soit protégée !

Vie associée

Aux abords de cet oursin-diadème, on peut trouver de petits crabes ou de petites crevettes qui profitent de la protection offerte par ses longs piquants. Entre ces piquants peuvent serpenter de petits vers annélides polychètes.

Divers biologie

La signalisation de cette espèce est fréquente bien que l'oursin reste rare. Ses exigences écologiques, thermiques, ainsi que l'attrait qu'il suscite, limitent son extension.

Etant donnés la rareté des zones de reproduction ainsi que le caractère dispersif des larves, au gré des courants, il existe une protection des zones dites de recrutement.

Informations complémentaires

Il existe deux sous-espèces de l'oursin-diadème :
Centrostephanus longispinus longispinus et Centrostephanus longispinus rubricingulus H. L. Clark, 1921, également nommée plus simplement Centrostephanus rubricingulus.

Attention à ne pas palmer trop près de cet oursin et à ne pas le manipuler. Les piqûres peuvent être extrêmement douloureuses...

Il existe d'autres oursins similaires en eaux tropicales, également appelés "oursins-diadèmes". Cette appellation regroupe en fait plusieurs espèces différentes.

Réglementation

L'espèce Centrostephanus longispinus fait objet de diverses protections.
Une protection nationale : Arrêté du 26/11/92.
Directive Habitat-Faune-Flore : Annexe 4.
Convention de Berne : Annexe 2.
Convention de Barcelone : Annexe 2
Protection commerciale : CITES (convention de Washington)

Il reste ainsi appréciable, lors d'une hasardeuse rencontre, de l'admirer des yeux ou de le photographier pour le souvenir. Par ailleurs, ne gardez pas cette observation pour vous seul(e), faites en part, notamment aux universitaires. Vous contribuerez ainsi à faire progresser les connaissances sur cette espèce encore mal connue.

Origine des noms

Origine du nom français

Oursin-diadème : l'oursin a gardé une traduction de son ancien nom de genre, Diadema (du grec [diadema] = diadème, bandeau royal).
Méditerranéen : à cause de sa principale aire de distribution, la Méditerranée.

Origine du nom scientifique

Centrostephanus : du grec [centro] = épine, aiguille ; et [stephan] = couronne : Centrostephanus est, littéralement, une couronne d'épines !

longispinus : à longues épines.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Sous-embranchement Echinozoa Echinozoaires Echinodermes non étoilés de forme globuleuse ou allongée. Ce groupe renferme les oursins et les concombres de mer.
Classe Echinoidea Echinides Ce sont les oursins. Forme globuleuse ou hémisphérique, squelette qui porte des piquants mobiles, des pédicellaires et des pieds ambulacraires. Pouvoir de régénération limité.
Sous-classe Euechinoidea Euéchinides Oursins plus ou moins sphériques, dits "oursins réguliers". Plaques ambulacraires composées. Bouche ventrale et anus dorsal. 
Super ordre Diadematacea Diadématacés
Ordre Diadematoida Diadématoïdes Oursins réguliers avec un test rigide ou flexible, épines creuses et longues.
Famille Diadematidae Diadématidés
Genre Centrostephanus
Espèce longispinus

Nos partenaires