Arche de Noé

Arca noae | Linnaeus, 1758

N° 118

Mer du Nord, Atlantique oriental, Méditerranée

Clé d'identification

Coquille très calcifiée et ridée, allongée, anguleuse et trapue
Charnière dentelée, parfaitement rectiligne qui sépare ses deux valves symétriques
Coquille non comprimée latéralement, à crochets éloignés l’un de l’autre
Coquille rayée de brun sur fond clair terne
L’ouverture fait face au substrat
Coquille souvent recouverte par Crambe crambe, se referme dès qu’on l’approche « éponge qui bouge »

Noms

Noms communs internationaux
Noah’s ark, turkey wing (GB), Arca di Noè, massolo (I),  Arca de Noé (E), Arche Noah, Archenmuschel (D), Noah’s arkschelp (NL), Kunjka (Serbo-croate)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Arca gualtieri Renier 1804
Pectunculus mussolis Pallary 1920

Distribution géographique

Mer du Nord, Atlantique oriental, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On trouve ce bivalve en mer du Nord, en Atlantique oriental (du Portugal à l’Angola) et en Méditerranée.

Biotope

Les arches de Noé vivent solidement fixées aux rochers ou aux pierres de l’étage infralittoral par des filaments (byssus*), souvent dans des failles, parfois attachées aux gorgones. Elles sont typiquement adaptées au substrat dur. Elles se répartissent de la zone intertidale* jusqu’à 100 mètres de profondeur.

Description

La coquille de ce bivalve est fortement calcifiée et ridée, allongée (de 50 à 80 mm), plus large que haute, anguleuse et trapue mais sans forme très nette (contour trapézoïdal). La marge a une forme variable mais la ligne de charnière, munie de nombreuses petites dents, s’étend droite sur pratiquement toute la longueur de la coquille, avec des crochets bulbeux proéminents, en avant de la ligne médiane des valves.
La surface externe est rugueuse et nervurée, marquée de côtes rayonnantes resserrées, souvent hérissée de poils ou encroûtée d’algues, et de lignes de croissance transversales. Elle est rayée de brun sur fond blanc jaunâtre terne. L’intérieur est argenté. Les valves sont symétriques.
Le pied, plutôt petit, situé ventralement, porte la glande qui sécrète les filaments du byssus. Il est à sole plate, comme chez l’escargot. Le manteau est largement ouvert, avec des bords pourvus d’yeux composés recouverts de périostracum*. La tête est rudimentaire. Il n’y a ni tentacule, ni radula*.
L’animal, décrit par ces dernières lignes, n’est pratiquement jamais vu par les plongeurs, car il est recouvert d’algues ou de l’éponge crambe crambe (cf. partie vie associée). L’animal expose sa charnière côté plongeur.

Espèces ressemblantes

14 espèces d’arches sont signalées en Europe. Parmi les plus semblables on trouve :
- l'arche barbue (Barbatia barbata (Linnaeus 1758)), plus petite (de 4 à 5 cm), couverte d’une toison de soies foncées, vit attachée aux éboulis rocheux.
- l'arche tétragonale (Arca tetragona Poli 1795) : elle est plus petite, délicate et finement sculptée, mais aussi plus anguleuse : son contour est très nettement rectangulaire.

Alimentation

C’est un filtreur actif interne : l’eau circule à l’intérieur de son manteau grâce aux innombrables cils situés sur les branchies. L’arche de Noé n’a pas de siphon. Son régime alimentaire est microphage.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont distincts. L’appareil génital est constitué par deux glandes symétriques situées à la partie postérieure de la masse viscérale et pénétrant dans le pied. Ce sont des glandes en tubes très ramifiés. Les larves sont libres et planctoniques. Les jeunes individus peuvent ramper assez rapidement sur une surface lisse.

Vie associée

L’éponge Crambe crambe recouvre souvent la coquille d’arches de Noé vivantes. Il est alors amusant de voir cette éponge se « refermer » dès que l’on approche.

Informations complémentaires

Il s’agit d’un coquillage comestible qui se consomme cru. Sa commercialisation doit être délicate car cette espèce est rare sur les étals (sauf en certains points de l’Adriatique).
La famille des arches est très ancienne et il existe de nombreux fossiles de la période jurassique (il y a environ 150 millions d’années).
On trouve très fréquemment des coquilles vides, parfois échouées.

Origine des noms

Origine du nom français

Arche de Noé : c’est la traduction exacte du nom latin.

Origine du nom scientifique

Arca : du latin [arca] = coffre et par extension vaisseau construit par Noé selon la bible. La forme de la coquille rappelle celle de la coque d’un bateau de bois.
noae : dédiée à Noé

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda Bivalves / Lamellibranches / Pélécypodes Mollusques aquatiques, filtreurs, au corps comprimé latéralement. Coquille composée de 2 valves articulées disposées de part et d’autre du plan de symétrie. Absence de tête, de pharynx, de radula et de glande salivaire.
Sous-classe Pteriomorphia Ptériomorphes Muscle adducteur postérieur développé, antérieur réduit.
Ordre Arcida Arcides

Charnière taxodonte (aux dents nombreuses). Pas de sinus palléal et pas de nacre.

Famille Arcidae Arcidés Coquille équivalve, ovale à trapézoïdale, souvent costulée, aire cardinale large ; deux impressions musculaires presque semblables. Périostracum souvent couvert de poils.
Genre Arca
Espèce noae

Nos partenaires