Aplidium café au lait

Aplidium undulatum | Monniot & Gaill, 1978

N° 454

Méditerranée, Adriatique et océan Indien Sud-Ouest (Terres australes)

Clé d'identification

Ascidie coloniale en nombreux petits coussinets arrondis ou en grand coussin aplati unique
Couleur café au lait plus ou moins foncée
Base encroûtante commune reliant les coussinets érigés
Tunique incrustée de sable fin, en particulier à la base
Piquetage pigmentaire blanchâtre et/ou marron foncé

Noms

Noms communs internationaux

Coffee with milk ascidian (GB), Ascidia café macchiato (I), Ascidia cafe con leche (E)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Amaroucium fuscum Drasche, 1883
Aplidium fuscum Herdman, 1886
Aplidium leucophaeum Herdman, 1886

Distribution géographique

Méditerranée, Adriatique et océan Indien Sud-Ouest (Terres australes)

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique

Aplidium undulatum est présent avec certitude en Méditerranée occidentale, orientale et en Adriatique ainsi que dans le sud-ouest de l'océan Indien aux îles Kerguelen. Sa distribution précise n'est pas bien documentée.

Biotope

Cette petite ascidie coloniale est rencontrée sur les tombants et autres substrats* durs ou érigés (gorgones, bryozoaires), à partir de 5/10 mètres de profondeur en Méditerranée. On la trouvera à l'ombre où le développement des algues s'arrêtent.
Aux îles Kerguelen elle est décrite comme exclusivement littorale, on peut donc en déduire que sa limite basse n'est pas très éloignée de la surface.

Description

L'ascidie coloniale Aplidium undulatum se présente soit sous la forme de multiples petits coussinets arrondis de 2-3 cm de diamètre et relativement serrés entre eux, soit sous une forme plus encroûtante, plus massive, plus grande (5 à 20 cm de long) et avec une surface supérieure aplatie. L'épaisseur des petits ou grands coussinets est de l'ordre de 1 à 2 cm maximum. Les différents lobes d'une même colonie sont unis par une base commune (stolon encroûtant lisse). Chaque coussinet ou lobe est rétréci à sa base, il semble être parfois porté par un large et très court pédoncule*. Dans certains cas, la fusion de plusieurs petits coussinets donne un aspect plus gros et plus massif à l'ensemble de la colonie.

La couleur café au lait (noisette ou terre de Sienne brulée) est caractéristique de l'espèce in situ, les colonies prélevées tournent parfois au rougeâtre. La tunique* commune est incrustée de sable fin, en particulier à sa base. Elle est parfois marquée de points blancs ou de petites plages blanches le long des lignes de zoïdes* ainsi que d'inclusions pigmentées (amas pigmentaires formant un piquetage rougeâtre à marron foncé). La surface des coussinets est parcourue par des canaux cloacaux bien visibles sur les colonies en activité de filtration. Ces canaux débouchent sur un ou quelques siphons exhalants* en forme de cheminée excentrée. Les individus (zoïdes*) sont disposés en lignes parallèles ou en cercles autour des orifices exhalants. Les siphons buccaux et cloacaux ainsi que les canaux ne sont plus visibles chez les animaux contractés qui prennent alors un aspect lisse et résineux.

Espèces ressemblantes

Sa couleur noisette caractéristique permet de ne pas confondre Aplidium undulatum avec d'autres ascidies coloniales en forme de coussinets.

Alimentation

Ces animaux sont des filtreurs* microphages*. Les ascidies créent un courant d'eau (rentrant par les petits orifices inhalants individuels) grâce au mouvement des cils du pharynx pour attraper les particules en suspension (organismes suspensivores*). Ce courant est aussi utilisé pour les échanges gazeux. Les particules sortent par le siphon exhalant.

Reproduction - Multiplication

Il n'y aurait qu'un seul embryon par zoïde, incubé dans la cavité cloacale. Une fois libérée, la larve* nage librement pendant une très courte période avant de se fixer. Ceci explique sans doute les distributions localisées de cette espèce. Effectivement, Aplidium undulatum est localement abondant sur certains sites (par exemple autour des îles d'Hyères) et absent dans d'autres sites similaires.
La larve présente trois ventouses qui alternent avec quatre papilles dermiques bien nettes.

Divers biologie

Description microscopique :
Les zoïdes sont allongés et d'assez grande taille (15 mm de long en moyenne).
La languette cloacale est bien développée, elle se divise en 3 à 5 lobes terminaux pointus, le siphon inhalant possède 6 lobes peu marqués et 6 tentacules fortement pigmentés de sépia.
Le sac branchial possède 12 à 14 rangées de trémas* (stigmates*).
L'abdomen est à peu près de même taille que le thorax. L'estomac cylindrique porte 6 côtes longitudinales.
Les gonades sont présentes dans le long post-abdomen, les testicules sont alignés et l'ovaire placé assez bas.

Informations complémentaires

Cette espèce se retrouve étonnement en Méditerranée et à Kerguelen sous le même nom (validé sur WoRMS en 03/2017). Une nouvelle étude approfondie des spécimens méditerranéens semble nécessaire pour vérifier que l'on ne soit pas en présence de deux espèces différentes. Nous n'avons pas non plus d'explications claires sur le fait que l'espèce décrite par Drasche en 1883 et mise en synonymie non valide, ne bénéficie pas de la règle de l'antériorité en ce qui concerne la façon de nommer les espèces. Cette espèce, si c'est bien la même en Méditerranée et à Kerguelen, devrait logiquement se nommer aujourd'hui Aplidium fuscum (Drasche, 1883). A suivre...

Origine des noms

Origine du nom français

Aplidium café au lait indique la coloration caractéristique de cette ascidie coloniale, il s'agit d'une proposition des auteurs du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Aplidium : de [apl-] racine grecque signifiant simple (cf. Aplousobranches par exemple), les plus simples des polyclinidés selon Savigny (auteur du genre).

undulatum : du latin [undulatus] = ondulé. En référence au fait que les parois latérales des coussinets ont leur bord supérieur ondulé sur les colonies observées à Kerguelen par les auteurs Françoise Monniot F. et Françoise Gaill. Notez que cela ne se retrouve pas vraiment sur les spécimens méditerranéens illustrant cette fiche.

fuscum : du latin [fuscus] = sombre.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Aplousobranchia Aplousobranches Ascidies coloniales.
Famille Polyclinidae Polyclinidés Aplousobranches avec thorax, abdomen et post abdomen (où se trouvent les gonades et le cœur). Tunique sans incrustation calcaire.
Genre Aplidium
Espèce undulatum

Nos partenaires