Aphrodite

Aphrodita aculeata | Linnaeus, 1758

N° 149

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique, Méditerranée

Clé d'identification

Ver aplati ventralement, convexe dorsalement, et de forme ovale
Face dorsale complètement recouverte de soies fines et grises
Touffes de soies irisées sur les bords du ver
Chaque parapode porte plusieurs soies noires, épaisses et rigides

Noms

Autres noms communs français

Aphrodite épineuse, souris de mer, taupe de mer

Noms communs internationaux

Sea-mouse (GB), Raton de mar (E), Seemaus, Seeraupe, Filzwurm (D), Zeemuis, fluwelen zeemuis (NL), Rato de mar (P), Gullmus (N)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Aphrodite aculeata (Linnaeus, 1761) est très fréquemment utilisé dans les ouvrages naturalistes.

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On peut rencontrer ce ver depuis la Scandinavie et sur tout le littoral français: mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée où il est plus rare.

Biotope

La souris de mer vit enterrée dans les fonds sableux (substrats mous) peu profonds, du bord jusquà une vingtaine de mètres. C'est un ver fouisseur.

Description

Difficile de croire que cet animal, qui ressemble à un gros cloporte, est un ver !! Et pourtant, à y regarder de plus près, il en a toutes les caractéristiques. La souris de mer est une annélide aplatie, de forme ovale, qui mesure 10 à 20 centimètres de long pour 5 à 8 centimètres de large. La face dorsale du ver, convexe, est totalement recouverte d'élytres, sortes d'écailles, et d'une épaisse couche de soies* fines grises sombres, ressemblant à des poils. Une quarantaine de sétigères* portent des touffes de soies magnifiquement irisées, dirigées vers l'arrière, et sur chaque parapode* s'enracinent des soies noires rigides plus épaisses. La face ventrale est aplatie et typiquement annélidienne.

Espèces ressemblantes

Hermione hystrix (Savigny, 1818): ver moins large, plus effilé, antennes et palpes bien visibles. Les élytres dorsales sont visibles car incomplètement recouvertes de soies.

Alimentation

La souris de mer est un ver vorace et prédateur muni d'un pharynx dévaginable et de mâchoires pour capturer des mollusques et d'autres vers qui vivent dans le sable.

Reproduction - Multiplication

Sexuée : les sexes sont séparés. Fécondation externe en pleine eau, qui donne une larve typiquement annélidienne et planctonique, la trochophore. Celle-ci finit par se poser sur le fond, subit une métamorphose et donne finalement un jeune ver.



Asexuée : les souris de mer possèdent un pouvoir de régénération important.

Vie associée

Un hydraire (Leuckartiara octona) peut vivre fixé sur ses parapodes.

Divers biologie

La souris de mer agite ses parapodes pour renouveler l'eau au contact de ses branchies.

Informations complémentaires

Attention à la manipulation de ce ver car ses élytres sont très fragiles. Ces dernières peuvent être néanmoins régénérées grâce à des moignons qui subsistent.



Ces vers sont souvent retrouvés échoués sur les plages après une tempête ou une période de mer agitée.



La face ventrale du ver évoque la semelle crantée d'une chaussure.

Origine des noms

Origine du nom français

Aphrodite = traduction directe du nom scientifique ; épineuse à cause des soies rigides. Souris de mer en relation avec le feutrage dorsal de soies sombres. Taupe de mer en relation avec le mode de vie fouisseur du ver.

Origine du nom scientifique

Aphrodita = Vénus chez les romains, déesse de l'amour. Plusieurs vers de la famille des Aphroditidae portent le nom d'un personnage de la mythologie grecque : Aphrodite, Hermione, Harmothoe, Polynoe... Ce nom n'a aucun rapport avec les caractéristiques anatomiques ou physiologiques de l'animal.



aculeata : du latin [aculeatus] = aiguillon, dard. Ce ver possède en effet des acicules* et des touffes de soies rigides.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués d’anneaux identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.
Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chez les espèces non tubicoles, chaque anneau, hormis la tête et la queue, porte des excroissances locomotrices (les parapodes) munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres, galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Errantia Annélides Polychètes Errantes

La tête porte plusieurs organes sensoriels et des mâchoires. Animaux très mobiles et prédateurs. Parapodes biramés avec un notopode et un neuropode, chaque lobe du parapode a des baguettes squelettiques (acicule) liant le muscle parapodial aux lobes et aux soies ; cirres parapodiaux dorsaux et ventraux ; deux ou trois palpes sur le prostomium.

Ordre Phyllodocida Phyllodocides

Tous les segments sont identiques, les parapodes sont saillants, bien développés, les soies longues (souvent composées). La région céphalique et les organes sensoriels sont bien développés, la trompe est souvent armée de mâchoires.

Sous-ordre Aphroditiformia Aphroditiformes

présence d'élytres ou d'écailles sur des segments alternés.

Famille Aphroditidae Aphroditidés

Présence d'écailles (élytres) en deux rangées sur le dos, le recouvrant totalement ou partiellement. A l'avant, une à trois antennes et une paire de palpes. yeux pédonculés si ils sont présents. La plupart des espèces sont aplaties et courtes et plusieurs sont commensales d'organismes fouisseurs ou vivant dans un tube.

Genre Aphrodita
Espèce aculeata

Nos partenaires