Brème commune

Abramis brama | (Linnaeus, 1758)

N° 237

Europe et Asie

Clé d'identification

Corps comprimé latéralement, avec profil bombé dorsalement
Base de la nageoire anale deux fois plus longue que la base de la nageoire dorsale
Nageoire caudale très échancrée avec un lobe inférieur plus long que le supérieur
Tête petite
Flancs argentés

Noms

Autres noms communs français

Brème carpée, grande brème, brama, brémo, breume, daoradou, daourado d'aou, dorée, hariot, hazelin, omblais , plaquette (petite brème)

Noms communs internationaux

Bream, common bream, freshwater bream (GB), Abramide, brama (I), Brema común (E), Brachsen, Blei, Plattfisch, (D), Brasem (NL), Brema (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Cyprinus brama Linnaeus, 1758 nom original
Abramis melaenus Agassiz, 1835
Abramis vetula Heckel, 1836
Abramis media Koch, 1840
Brama brama Roule, 1925

Distribution géographique

Europe et Asie

Zones DORIS : Eau douce

Europe et Asie : de l'est des Pyrénées et du nord des Alpes à l'Asie mineure, bassins des mers du Nord, Baltique, Noire, Caspienne et d'Aral. Elle est absente des zones de montagne et des régions chaudes (Espagne, sud de l'Italie, ouest de la Grêce).
Présente presque partout en France en Suisse et en Belgique. Absente de la Corse.

Biotope

La brème est très commune dans les eaux stagnantes ou à courant lent, avec un fond d'argile ou de vase, bien pourvu de végétation. A tel point que ce type de milieu s'appelle « zone à brème ».

Description

La brème est un poisson qui peut atteindre une longueur de 80 cm (30 à 50 cm habituellement), pour un poids de 6 kg et un âge de 15 à 20 ans.
Son corps, aux écailles bien visibles, recouvert d'un mucus abondant, est haut et comprimé latéralement, avec une seule nageoire dorsale dont les trois premiers rayons sont épineux. La nageoire anale a également les trois premiers rayons épineux et sa base est deux fois plus longue que la base de la nageoire dorsale.
La nageoire caudale est très échancrée avec un lobe inférieur plus long que le supérieur.
Le dessus de la tête et le dos sont vert olive foncé, les flancs, plus clairs, avec des reflets argentés et le ventre blanchâtre, avec de forts reflets argentés.
La tête est petite, par rapport au corps, et la bouche protractile (se déplie vers l'avant).

Espèces ressemblantes

Blicca bjoerkna (Linnaeus, 1758) brème bordelière : ses nageoires ventrales et pectorales sont rouges avec des taches grises, et son oeil est plus grand.
La jeune brème (plaquette) est argentée et se distingue du gardon par sa forme plus aplatie et sa bouche tournée vers le bas.

Alimentation

La brème se nourrit d'insectes (en particulier des larves de Chironomes), de petits crustacés, de mollusques et de plantes. Les grands spécimens peuvent manger des petits poissons. En cas de disette, elle mange les daphnies présentes dans le plancton.
Elle est en compétition alimentaire avec les carpes qui fréquentent les mêmes habitats.



On trouve sur le fond des cavités grandes d'une quinzaine de centimètres qu'on appelle « trous de brèmes ». A cet endroit, une brème s'est nourrie d'une colonie de vers qu'elle a aspiré de sa bouche protractile. Lors de cette activité, elle se tient presque verticalement au dessus du fond.
Des études ont démontré un impact significatif de la brème sur les populations d'invertébrés vivants dans la vase :
• Dans la couche superficielle (0-1 cm) : les populations ont été divisées par 10 ;
• Dans la couche moyenne (1-3 cm) : elles ont été divisées par 3 ;
• Dans la couche profonde (3-10 cm) : pas d'impact.
Les bivalves ont persisté dans la couche la plus profonde bien que leur densité ait été réduite dans le sédiment peu profond, tandis que les gastéropodes ont fait face au risque d'une extinction locale.

Reproduction - Multiplication

Le frai a lieu de mai à juillet en eau peu profonde, parmi la végétation et à une température d'au moins 12° C. Les mâles semblent occuper pendant 3 ou 4 jours des petits territoires qu'ils défendent contre les autres mâles. Pendant la période de frai, les mâles sont couverts de boutons nuptiaux (des points blancs sur le dos et le haut du corps).
Les œufs sont petits et nombreux : jusqu'à 300.000 par femelle. Ils sont collés aux plantes et éclosent au bout de 3 à 12 jours. Ils peuvent aussi être déposés sur les graviers et galets en eaux peu profondes. Les larves de 4 mm et munies d'une vésicule, se fixent aux plantes et restent immobiles. Une fois la vésicule résorbée, les juvéniles se déplacent en petits bancs et se nourrissent de plancton.
La croissance est lente et la maturité sexuelle n'est atteinte que quand l'individu a atteint une taille de 20 cm. Suivant les conditions de nourrissage cela peut prendre de 3-4 ans jusqu'à une dizaine d'années. Pendant cette période, les alevins subissent une très forte prédation.
L'hybridation est possible avec le gardon et la brème bordelière, mais les hybrides ne sont pas fertiles.

Divers biologie

Elle se déplace en grands bancs d'individus de même taille, dans les eaux calmes, au fond vaseux.
Elle peut survivre hors de l'eau pendant des périodes prolongées.
Elle supporte également les eaux saumâtres.

Informations complémentaires

La brème est un poisson timide, qu'il est relativement difficile de croiser en plongée.

Origine des noms

Origine du nom français

Brème est un nom d'origine germanique.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Ostariophysi Ostariophysaires
Ordre Cypriniformes Cypriniformes Presque tous d’eau douce.
Sous-ordre Cyprinoidea Cyprinoïdes
Famille Cyprinidae Cyprinidés
Genre Abramis
Espèce brama

Nos partenaires