Trapanie à lignes blanches

Trapania lineata | Haefelfinger, 1960

N° 736

Méditerranée

Clé d'identification

Corps allongé blanc plus ou moins translucide
Lignes blanches opaques
Un tentacules pédieux près de chaque rhinophore
Une paire d'appendices digitiformes autours des branchies
Les extrémités des tentacules, des extensions, des rhinophores, des branchies et la pointe de la queue sont jaune orangé

Noms

Autres noms communs français

Trapania à lignes blanches

Distribution géographique

Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'espèce est endémique* de la Méditerranée.

Biotope

Trapania lineata se rencontre, de la surface jusqu'à une trentaine de mètres de profondeur, sur les substrats* durs (fonds rocheux) riches en éponges du genre Ircinia et Sarcostagus.

Description

Petit nudibranche au corps menu de 10 à 15 mm de longueur. Présence de tentacules pédieux et d'appendices recourbés à côté des rhinophores* et des branchies. Les tentacules oraux sont aussi longs que les rhinophores. Ces derniers sont lamellés sur les derniers 2/3. Présence de trois branchies* bipinnées. Le corps translucide ou brun-rougeâtre porte des lignes blanc opaque. Les extrémités des tentacules pédieux, oraux, des rhinophores, des branchies et des quatre appendices sont jaune foncé ou orange clair.

Espèces ressemblantes

Trapania lineata peut être confondu avec Trapania maculata Haefelfinger 1960, Trapania hispalensis Cervera & Gomez 1989 et Trapania tartanella (Ihering 1886), mais ces dernières ne possèdent pas de lignes blanches sur le corps.
Trapania pallida semble rare en Méditerranée et, si elle a bien des lignes blanches sur le manteau, elle ne porte aucune des marques jaunes de T. lineata.

Alimentation

Trapania lineata se rencontre souvent sur des éponges, pouvant laisser penser qu'il s'en nourrit mais plusieurs études et sa radula* confirment qu'en réalité il se nourrit d'entoproctes épibiontes* sur ces éponges.

Reproduction - Multiplication

L'animal est hermaphrodite* et la reproduction est sexuée. L'accouplement se fait toujours deux à deux, les individus se présentant tête-bêche sur leur côté droit. En effet, les organes de reproduction, oviducte* et spermiducte*, débouchent conjointement en un "pénis" copulatoire situé derrière la partie céphalique, du côté droit du pied. La ponte a la forme d'un ruban blanc enroulé en spirale.

Vie associée

Cette espèce peut être parasitée par le copépode du genre Splanchnotrophus.

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom français, trapanie à lignes blanches, a été créé pour cette fiche et vient du noms scientifique.

Origine du nom scientifique

Trapania : du grec [drepane] ou [drepanon], qui signifie "faux" (pour faucher) et fait référence aux extensions des rhinophores* et des branchies* qui ont la forme d'une faux.
Le nom de genre Trapania a été créé en 1931 par Pruvot-Fol (et presque en même temps MacFarland a créé Drepanida) pour remplacer le nom de genre Drepania, Lafont 1874 qui était déjà utilisé en botanique et en paléontologie (Drepania Gregorio, 1930). Pour cela la racine initiale (drepan-) a été conservée.

lineata : avec des lignes.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Goniodorididae Goniodorididés Corps de forme haute et trapue. Branchie dorsale. Présence de crêtes ou d'appendices sur ou autour du manteau, autour du panache branchial et des rhinophores. Rhinophores à lamelles sans gaines.
Genre Trapania
Espèce lineata

Nos partenaires