Rapane veiné

Rapana venosa | (Valenciennes, 1846)

N° 5185

Cosmopolite des eaux tempérées (originaire d'Indo-Pacifique)

Clé d'identification

Gastéropode de grande taille (longueur max 18 cm)
Coquille trapue et épaisse
Très grande ouverture aux larges bords jaune orangé
Présence de veines blanches et noires sur la coquille, dans le sens de l’enroulement

Noms

Autres noms communs français

Murex de mer Noire, pourpre veinée, rapane

Noms communs internationaux

Veined rapa whelk, asian rapa Whelk (GB), Cocozza, bobolone (I), Busano veteado (E)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Purpura venosa Valenciennes, 1846
Purpura marginata Valenciennes, 1846
Rapana marginata Valenciennes, 1846
Rapana thomasiana Crosse, 1861
Rapana pechiliensis Grabau & King, 1928
Rapana pontica Nordsieck, 1968

Distribution géographique

Cosmopolite des eaux tempérées (originaire d'Indo-Pacifique)

Zones DORIS : 4 Indo-Pacifique, 1 Europe (côtes françaises), 1.2 [Méditerranée française], 1.1 [Atlantique Nord-Est, Manche et mer du Nord françaises]

Le rapane veiné est originaire de la mer Jaune, des mers de Chine et de la mer du Japon. Dans les dernières décennies, ce gros gastéropode a montré un caractère invasif important, se disséminant dans les lieux suivants : mer Noire (années 1940'), mer Adriatique, mer de Marmara et mer Egée (années 1970'), mer Ligurienne (1980), Bretagne Sud (baie de Quiberon, 1997), baie de Chesapeake (côte est des Etats-Unis, 1998), Uruguay/Argentine (estuaire de Rio de la Plata, 1998), Pays-Bas (2005), étang de Berre (2015 puis 2020), Brésil Sud (2017), Charente Maritime (La Rochelle, 2019),...

Biotope

Rapana venosa apprécie les fonds meubles et peut passer 95 % de son temps enfoui, ne laissant dépasser que 3 cm de siphon. Il peut être présent dès les petits fonds, nous avons peu d'information sur la profondeur maximale à laquelle il peut vivre. Il supporte de fortes variations de température (de 7 à 27 °C), de fortes variations de salinité (de 18 à 32 g/l), des taux d’oxygène faibles (hypoxies) et la présence de polluants.

Description

Rapana venosa est un gros gastéropode qui peut atteindre 18 cm de longueur pour 10 cm de largeur. Sa masse peut dépasser 500 g.
Ce gastéropode possède une coquille ovale-globuleuse ainsi que des spires peu développées et peu déprimées. Sa coquille est assez typique des murex, avec de petites dents sur la crête des tours d'enroulement. Des veines noires et blanches dans le sens de l’enroulement caractérisent ce gros "escargot marin".
L’ouverture de la coquille est grande, ovale et la nacre interne est de couleur orangée. L’enroulement est plutôt court (longueur inférieure à la moitié de celle de l’ouverture). Rapana venosa possède un opercule* corné qui bouche l’entrée quand il rentre dans sa coquille.

Espèces ressemblantes

Les autres espèces de Rapana, de forme similaire, ne présentent pas les fines veines noires et blanches de R. venosa.

Stramonita haemastoma, la bouche de sang, un autre Muricidé (Muricidae), est plus petit (9 cm) mais l'aspect de sa coquille et de son ouverture colorée en rouge orangé est proche de celle de Rapana venosa.

Les juvéniles de Rapana venosa peuvent être confondus avec des buccins communs.

Alimentation

Rapana venosa est un prédateur, et un charognard possible, de bivalves épifaunistiques* (huîtres, moules…), de balanes mais aussi de bivalves enfouis (palourdes, coques…) en s’enfouissant lui-même.
Il peut percer la coquille de sa proie (méthode prisée par les jeunes Rapana venosa), ou simplement introduire sa trompe entre les 2 valves de la victime après l'avoir "endormie" à l'aide d'un mucus neurotoxique à effet curarisant (méthode prisée par les adultes Rapana venosa et ne laissant aucune trace visible de percement). Les individus adultes brisent parfois la coquille de leur proie.

Reproduction - Multiplication

Chez Rapana venosa, comme tous les Muricidés, les sexes sont séparés (espèce gonochorique*) et la fécondation est interne. L'accouplement a lieu à la fin de l'hiver. C'est une espèce vivipare* dont les œufs sont contenus dans une enveloppe cornée dite capsule ovigère* ou oothèque*. Ces capsules sont en forme de tubes blancs fixés les uns sur les autres, accrochées à la paroi rocheuse ou sur tout autre substrat* dur. La ponte contient 50 à 1 000 œufs qui éclosent au bout de 14 à 21 jours selon la température. Les embryons se développent en larves* trochophores* pélagiques* puis en larves véligères*. Ces larves ont une longue vie planctonique, estimée à 80 jours, ce qui explique en partie la diffusion de l’espèce. Après une dernière métamorphose*, elles tombent sur le fond et deviennent en tous points identiques aux adultes.

Vie associée

La coquille de Rapana venosa peut être colonisée par des éponges, des algues, des vers polychètes, des balanes, voire des bivalves.

Divers biologie

Rapana venosa peut vivre de 12 à 18 ans.

Des femelles peuvent présenter une hypertrophie d’organes sexuels mâles, suite à une perturbation endocrinienne par des polluants, phénomène appelé imposex.

Informations complémentaires

Invasif de la mer Noire dans les années 1940/1950, Rapana venosa y est désormais beaucoup péché (et beaucoup exporté en Extrême-Orient). Une réputation d’aphrodisiaque a encouragé sa pêche. De ce fait, et peut-être aussi de l’apparition de parasites, il n’y est plus aussi répandu.

Ailleurs en Méditerranée, le caractère invasif n’a pas été aussi marqué.

Origine des noms

Origine du nom français

Le rapane veiné est une traduction du nom scientifique. Rapane est utilisé en français par l'inventeur du genre, Schumacher en 1817.

Origine du nom scientifique

Rapana : du latin [rapa ou rapum] = rave, navet, légume comestible à racine globuleuse, et [-ana] = comme, c'est-à-dire ressemblant à des racines de navet.

venosa : signifie veiné en latin, ceci en rapport avec les lignes blanches et noires sur la coquille. Valenciennes a donné ce nom pour la présence de quelques cordons spiralés de couleur foncée, parfois bleuâtre, apparaissant presque comme des veines, mais l'auteur a figuré l'espèce mais ne l'a pas décrite.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Ordre Neogastropoda Néogastéropodes Coquille avec canal siphonal bien développé. Un repli du manteau forme un tube extensible : le siphon. La plupart sont des prédateurs ou nécrophages. Tous marins sauf le genre Clea.
Famille Muricidae Muricidés

Coquille spiralée, de forme et de taille variables (13 mm à 300 mm environ), souvent ventrue avec un apex court ; en général de fortes varices qui, selon la forme du bord du manteau ont l'aspect de bourrelets, bosses, plis, épines et peuvent être ramifiées, écailleuses ou tuberculées. La croissance est périodique. La disposition et le nombre de ces varices est caractéristique de chaque espèce. Le canal siphonal est court ou très long, ouvert ou partiellement fermé. D'après Lindner 2011:97.

Sous-famille Rapaninae
Genre Rapana
Espèce venosa

Nos partenaires