Annélide à bandes bleues

Oxydromus flexuosus | (Delle Chiaje, 1827)

N° 2416

Atlantique Nord Est, Manche, Méditerranée

Clé d'identification

Ver segmenté atteignant 7 cm de longueur
Métamères bruns avec lignes blanches transverses reliant de gros parapodes
Tous les 3 à 7 métamères, le suivant est entièrement clair
3 derniers métamères blancs
Tête blanche avec 4 yeux rouges
Lobe supérieur du parapode portant un long cirre
Lobe inférieur du parapode portant une grosse touffe de soies iridescentes

Noms

Autres noms communs français

Ophiodromus flexueux

Noms communs internationaux

Blue-ringed worm, bristle worm (GB), Ringelwürmer (D), Grönvit sprattelmask (S)

Synonymes du nom scientifique actuel

Nereis flexuosa Delle Chiaje, 1827
Ophiodromus flexuosus (Delle Chiaje, 1827)
Gyptis fasciatus (Grube, 1855)
Ophiodromus fasciatus Grube, 1855
Oxydromus fasciatus Grube, 1855
Podarke albocincta Ehlers, 1864

Distribution géographique

Atlantique Nord Est, Manche, Méditerranée

Zones DORIS : ● Europe (côtes françaises), ○ [Méditerranée française], ○ [Atlantique Nord-Est, Manche et mer du Nord françaises]

L'annélide à bandes bleues est présente dans l'Atlantique Nord-Est depuis la Norvège jusqu'en Côte d'Ivoire ainsi qu'en Méditerranée.

Biotope

Oxydromus flexuosus vit sur les fonds vaseux et parfois sur les fonds détritiques* riches en coquilles et restes de phanérogames*, entre 1 et 500 m de profondeur. Ces conditions peuvent se rencontrer en mer, mais également dans les lagunes côtières et les zones polluées. On le trouve aussi sous les pierres de l'estran et parmi les crampons des algues.

Description

Oxydrmus flexuosus est un ver segmenté atteignant 70 mm de long pour 3 à 4 mm de large. Il est composé de 50 à 60 segments appelés métamères*.

La face supérieure de chaque métamère est brun plus ou moins foncé avec une ligne blanc bleuté reliant les deux parapodes*. Un anneau de même couleur est également présent au centre du métamère. Tous les 3 à 7 métamères, le suivant est entièrement clair. Au niveau de la queue, le dessus des 3 derniers segments, hormis les parapodes, est clair lui aussi. La face ventrale des métamères est jaunâtre ou brunâtre avec une ligne longitudinale plus claire.

Chaque métamère, sauf le premier (le prostomium*), les 3 suivants et le dernier (le pygidium*), porte un long et large parapode de chaque côté. Le lobe supérieur du parapode (ou notopode) porte un long cirre* annelé de brun et de blanc en forme de fouet et des soies* peu visibles alors que le lobe inférieur ( ou neuropode) porte une touffe de soies iridescentes bien développées et un cirre court et non annelé.

A l'extrémité postérieure du corps, le pygidium, dépourvu de parapodes, se prolonge par deux longues soies. La tête est blanche avec 4 yeux, 3 antennes* (2 latérales deux fois plus longues que la médiane), 2 palpes plus fines et plus longues que les 2 antennes latérales et un proboscis* dévaginable. Les yeux sont rouges et la paire antérieure est plus grosse que la paire postérieure. Le pharynx ne comporte pas de mâchoire. Les 3 segments suivants sont différents des autres métamères. En effet, bien que dépourvus de parapode, ils portent quand même de chaque côté une paire de cirres (appelés cirres tentaculaires, ils sont articulés et le cirre dorsal et le cirre ventral sont dans ce cas très longs) mais n'ont pas de soies.

Espèces ressemblantes

Les espèces du genre Oxydromus sont extrêmement difficiles à différencier entre elles. Contrairement à la plupart des annélides errantes, le meilleur critère d'identification n'est pas la partie antérieure du corps mais la forme des parapodes*.
En Europe, il existe plusieurs espèces comme Oxydromus vittatus, O. viridescens, O. pelagicus, O. pallidus, O. agilis, O. adspersus mais elles ne présentent pas la livrée typique de O. flexuosus.

Alimentation

Ce ver est carnivore et se nourrit principalement de petits crustacés (ostracodes*, copépodes*) mais également d'annélides polychètes, de foraminifères, de nématodes, de petits gastéropodes, de petits bivalves et d'œufs de poissons. Il ne dédaigne pas les charognes qu'il pourrait croiser. C'est un prédateur vorace qui passe son temps à chasser. Pour cela il rampe sur le fond et détecte ses proies par les vibrations qu'elles génèrent en se déplaçant. Il les rattrape par derrière et les attaque en projetant son proboscis*. Ses proies sont avalées en entier.

Reproduction - Multiplication

C'est une espèce gonochorique* qui ne subit pas d'épitoquie*. La reproduction se déroule en automne et les femelles peuvent héberger dans leurs tissus jusqu'à 20 000 ovules orange ou brun verdâtre d'un diamètre de 108 μm. Les gamètes* mâles et femelles sont émis en pleine eau où a lieu la fécondation*. Les larves* sont planctoniques* (et planctotrophiques*) pendant 1 à 2 mois puis se posent et se nourrissent alors de petits invertébrés benthiques. La croissance est d'environ un métamère* par mois et au bout d'un an, le juvénile mesure seulement 2 à 3 cm. Il se passera encore une année avant que l'individu soit mature et puisse se reproduire.

Vie associée

Autour des îles britanniques, Oxydromus flexuosus est présent dans le milieu du cnidaire Virgularia mirabilis et de l’ophiure Amphiura filiformis, dans des sables vaseux fins entre 5 et 30 de profondeur.
On peut également trouver cette espèce dans les sillons ambulacraires* des étoiles de mer des fonds meubles (Astropecten aranciacus, A. bispinosus, A. platyacanthus, A. irregularis, Luidia ciliaris), ainsi que dans les tubes de 2 polychètes (Neoamphitrite edwardsii, Euclymene lombricoides), un balanoglosse (Balanoglossus clavigerus) et une holothurie fouisseuse (Leptosynapta sp).

Les prédateurs de ce ver sont des poissons comme les sars ou les pageots.

Divers biologie

L'annélide à bandes bleues supporte une faible teneur en oxygène et peut se rencontrer dans des vases réduites pauvres en O2 , ce qui correspond à des zones polluées, ou dans des zones anoxiques et riches en hydrogène sulfuré. Dans les fjords norvégiens, elle est parfois présente en très grande quantité dans les sédiments à l'interface zone oxygénée et zone sans oxygène.

Informations complémentaires

Ce ver se déplace en prenant appui sur ses parapodes*, en ondulant comme un mille-pattes ou un serpent. Lorsqu'il est dérangé, il est capable de nager en pleine eau en ondulant rapidement et vigoureusement son corps.
Très fragile, cette espèce s'autotomise* facilement.
Les individus stressés sont pâles mais reprennent leur apparence normale quand ils se détendent.

Origine des noms

Origine du nom français

Annélide (nom féminin) est la francisation du nom de l'embranchement des vers annelés. A bandes bleues car cette espèce présente des bandes bleues sur le dos. En fait, ces bandes sont plutôt blanches et c'est en fonction de l'angle de l'éclairage qu'elles peuvent apparaître bleues.

Origine du nom scientifique

Oxydromus : du grec [oxy] = pointu et du grec [dromos] = coureur. Ce ver est capable de se déplacer très rapidement et sa queue est pointue.
Les genres Oxydromus Grube, 1855 et Ophiodromus Sars, 1862 sont considérés maintenant comme des synonymes et la règle d'antériorité fait de Oxydromus Grube, 1855 le nom valide. Pourtant, il existe déjà un genre Oxydromus Schlegel, 1854 antérieur à celui de Grube. Mais il s'avère que Schlegel a mal orthographié le nom de genre Ocydromus Wagler, 1830 qui concerne des oiseaux Gruiformes (grues), et son genre n'est donc pas déclaré valide. Par conséquent, le genre Oxydromus Grube, 1855 a été réhabilité chez les annélides de la famille des Hésionidés.

Ophiodromus : du grec [ophis] = serpent et du grec [dromos] = coureur. Cette espèce se déplace comme un serpent.

flexuosus : du latin [flexuosus] = sinueux, tortueux, flexueux.

Classification

Numéro d'entrée WoRMS : 710680

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides

Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués de segments identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.

Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chaque segment porte des excroissances locomotrices (les parapodes) plus ou moins développées, munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres à errer dans la colonne d'eau ou sur les sédiments mais aussi galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Errantia Annélides Polychètes Errantes

La tête porte plusieurs organes sensoriels et des mâchoires. Animaux très mobiles et prédateurs. Parapodes biramés avec un notopode et un neuropode, chaque lobe du parapode a des baguettes squelettiques (acicule) liant le muscle parapodial aux lobes et aux soies ; cirres parapodiaux dorsaux et ventraux ; deux ou trois palpes sur le prostomium.

Ordre Phyllodocida Phyllodocides

Tous les segments sont identiques, les parapodes sont saillants, bien développés, les soies longues (souvent composées). La région céphalique et les organes sensoriels sont bien développés, la trompe est souvent armée de mâchoires.

Sous-ordre Nereidiformia Néreidiformes
Famille Hesionidae Hésionidés Polychètes possédant 2 ou 3 antennes, 4 yeux. Les segments 1 à 4, généralement fusionnés au prostomium, portent chacun 2 paires de cirres tentaculaires. Parapodes uniramés ou biramés. Trompe exsertile avec ou sans mâchoires cornées.
Genre Oxydromus
Espèce flexuosus

Nos partenaires