Poisson-soldat à œillères

Myripristis murdjan | (Forsskål, 1775)

N° 766

Indo-Pacifique tropical Ouest et central

Clé d'identification

Livrée rouge
Grandes écailles visibles, bordées de rouge, épineuses
Museau écrasé et court
Gros yeux, très en avant
Opercules branchiaux soulignés de sombre à l'arrière
Dorsale arrière, anale et pelviennes liserées de blanc
Dorsale arrière et anale avec une pointe rouge sombre

Noms

Autres noms communs français

Soldat, myripriste à grands yeux, marignan pomme de pin, cardinal gros écailles (la Réunion), lion gros yeux (Seychelles)

Noms communs internationaux

Pinecone soldierfish (GB), Pez soldado, candil piñón (E), Pesce soldato (I), Soldatenfisch (D), Tihi (Tahitien), Baga-Baga (Philippines)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Il y a 13 synonymes non valides sur Fishbase, ceux qui sont intéressés peuvent aller consulter le site… A notre connaissance, aucun n'est encore usité couramment.

Distribution géographique

Indo-Pacifique tropical Ouest et central

Zones DORIS : 4 Indo-Pacifique, 4.2 [Mer Rouge]

On le trouve en mer Rouge, dans le golfe d'Aden et dans la zone Indo-Pacifique, de l'Afrique orientale à l'Océanie, et sur la Grande Barrière d'Australie. Il est visible de Mayotte et les îles Eparses, la Réunion, à la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et la Polynésie française.
C'est le plus commun des holocentridés de l'océan Indien.

Biotope

Le poisson-soldat habite près des récifs abrités de tout type, de la surface jusqu'à 50 m de profondeur. Il reste caché le jour, sous les surplombs rocheux, dans les grottes ou les anfractuosités et dans ce cas, il est souvent en banc, au plafond des grottes, parfois même avec d'autres holocentridés tels que Myripristis hexagona. Il en sort la nuit pour se nourrir. Il vit solitaire ou en groupe. Espèce des mers chaudes, on le retrouve du 30° parallèle nord au 35° parallèle sud. La température de l'eau idéale se situe entre 22 et 26 °C.

Description

Adulte, la taille du soldat à œillères peut atteindre 27 cm (bien qu'un individu de 60 cm ait été recensé). Sa livrée est globalement rouge et son corps ovale, comprimé latéralement, est recouvert de grandes écailles très visibles car bordées d'un liseré rouge. Les opercules branchiaux sont soulignés à l'arrière par une bande brun sombre ou noire. La ligne latérale part derrière l'œil et redescend vers la caudale (27 à 32 écailles).
Toutes les nageoires sont rouges, la plupart des nageoires étant soulignées d'une ligne blanche (exception pour les pectorales et la première partie de la dorsale). Le pédoncule caudal est fin et la nageoire caudale est très nettement bifide. La dorsale est en deux parties. La première dorsale, de loin la plus longue, est composée d'épines solides (11) ; elle est marquée par une bande externe rouge. La dorsale arrière (13 à 15 rayons mous), parfaitement triangulaire, est la symétrique de l'anale, toutes deux marquées d'une pointe rouge sombre soulignée du liseré blanc. La nageoire anale présente quatre épines marquées en avant. Un point noir marque la base des pectorales, composées d'une épine et sept rayons.
Il a de gros globes oculaires très en avant de la tête et une gueule largement fendue, vers le bas. Son museau est plutôt écrasé et court. Il n'a pas d'épine pré-operculaire.

Espèces ressemblantes

Des confusions sont possibles avec de nombreuses autres espèces de Myripristis, qui ne diffèrent que par des détails de coloration ou par leur répartition géographique.



Myripristis berndti est celui qui peut être le plus facilement confondu avec Myripristis murdjan : il a les mêmes liserés blancs et pointes sombres sur ses nageoires que M. murdjan mais diffère par la couleur jaune-orangé de la première partie de sa dorsale. Le bord des écailles est rouge. Quand sa bouche est fermée, la mâchoire inférieure est légèrement proéminente. Il n'est pas présent en mer Rouge.



Myripristis woodsi, le poisson-soldat à point blanc, a la membrane operculaire rouge, virant au noir au niveau de la base des nageoires pectorales. Un point blanc est aussi visible à la base des pectorales. Les nageoires anale, deuxième dorsale, caudale sont rouges bordées du liseré blanc. Les nageoires pelviennes ne sont pas rouges. La mâchoire inférieure est bordée de blanc. Sa distribution est limitée à quelques spots dans le Pacifique (îles de l'Océanie et de la Micronésie, Marquises, Tuamotu). Il n'est pas présent en Nouvelle-Calédonie.



Myripristis hexagona, le poisson-soldat à dents doubles, est très semblable mais ses nageoires ne sont pas surlignées de blanc et présentent un dégradé opalescent. La membrane operculaire est rouge sombre et descend jusqu'au niveau du bas des yeux. La mâchoire inférieure, proéminente, laisse voir deux paires de dents (NB : avec de bons yeux tout de même).



Myrispristis amaena n'a pas non plus de liseré blanc ni de pointes sombres sur ses nageoires. On le trouve à La Réunion, et des Philippines et de l'Indonésie jusqu'au Pacifique : Hawaii, Ryukyu, Micronésie.



Toutes les nageoires de Myripristis jacobus sont bordées de blanc et la répartition de ce poisson est différente (Atlantique tropical de la Caroline du Nord au Brésil ; est de l'Atlantique) et les populations ne se rencontrent pas.

Alimentation

Le poisson-soldat à œillères se nourrit de zooplancton, plutôt de grande taille comme les larves de crustacés, quand il s'aventure la nuit pour se nourrir dans les zones pélagiques*. Il peut aussi rechercher de petits invertébrés benthiques*.

Reproduction - Multiplication

L'espèce est ovipare*. Habituellement, le frai a lieu les nuits suivant la nouvelle lune. Les œufs et les larves* sont planctoniques*.

Vie associée

L'anilocre (crustacé isopode) peut parasiter les poissons-soldats en s'accrochant à eux.

Divers biologie

Le poisson-soldat peut produire des sons utiles comme communication au sein de l'espèce.
Ses yeux sont très sensibles à la lumière. C'est pour cela qu'on le rencontre souvent à l'abri de la lumière du jour.

Informations complémentaires

Cette espèce est trop petite pour avoir une réelle valeur commerciale.

Origine des noms

Origine du nom français

Soldat : sans doute à cause des nombreuses armes que constituent les épines de ses écailles (ou faut-il y voir un rappel de leur attitude de sentinelles, immobiles aux entrées des grottes ?).
Pomme de pin : du fait de l'assemblage de ses écailles superposées comme les écailles d'une pomme de pin.

Origine du nom scientifique

Myripristis : du grec [myrios] = 10 000 (et par extension, très nombreux) et du grec [pristos] = scié, en référence aux épines des écailles. D'ailleurs, en anglais, « béryciformes » se dit « sawbellies », soit « ventres à scie ».

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Beryciformes Béryciformes
Sous-ordre Holocentroidei Holocentroïdes
Famille Holocentridae Holocentridés
Genre Myripristis
Espèce murdjan

Nos partenaires