Eponge-houppette

Leucosolenia variabilis | (Haeckel, 1870)

N° 2621

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Clé d'identification

Base formée de tubes réticulés
Touffe de tubes entrelacés
Diverticules latéraux
Oscules apicaux
Couleur blanche à grisâtre

Noms

Autres noms communs français

Leuconie variable, éponge calcaire tubuleuse ou tubulaire

Noms communs internationaux

Calcareous tube-sponge (GB), Spugna calcarea tubulare (I), Esponja calcárea tubular (E), Kalkschwamm, Röhrenkalkschwamm (D), Witte buisjesspons, grillige buisjesspons (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Ascandra variabilis Haeckel, 1870
Ascandra corallorhiza
Haeckel, 1872
Leucosolenia corallorhiza
(Haeckel, 1872)
Ascandra tenuis
Schuffner, 1877

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Leucosolenia variabilis est présente en mer du Nord, de la Norvège aux côtes anglaises, en Manche, en Atlantique Nord-Est de l’Ecosse au nord à la Bretagne au sud ainsi que dans les archipels de Macaronésie (Açores, Madère, îles Canaries). Elle a été observée également sur les côtes nord-ouest de la Méditerranée (côte Vermeille, sud de l’Italie).

Biotope

Cette espèce, plutôt sciaphile*, vit de préférence à faible profondeur mais des observations ont été réalisées jusqu’à 90 m. On la trouve à l’entrée des grottes superficielles, sous les surplombs ou en épibiose* d’algues, d’hydraires ou d’ascidies. Elle est présente également dans l’herbier de posidonies en Méditerranée.

Description

Les colonies de Leucosolenia variabilis sont composées typiquement d’une base mince formée de petits tubes formant un réseau réticulé* asconoïde*. De ce réseau partent des touffes de tubes entrelacés et ramifiés. Chacune de ces touffes irrégulières ou arborescentes, mesurant quelques centimètres de diamètre. Chaque petit tube, qui mesure 2 cm de hauteur environ et 1 à 2 mm de diamètre, se termine par un oscule* de forme ronde. Ces tubes présentent, sur leur paroi extérieure, des petits diverticules disposés en ordre dispersé.
Cette éponge calcaire est de couleur blanche, parfois jaunâtre ou grisâtre.
La consistance de la colonie est molle et légèrement hispide*. La paroi des tubes est très mince et rend cette éponge très délicate et très fragile.

Voir la description microscopique dans la rubrique "Divers biologie".

Espèces ressemblantes

Les différences avec les autres Leucosolenia sont ténues et l’observation in-situ ne permet pas toujours d’identifier telle ou telle espèce. Une observation attentive des spicules et de la structure interne des tubules demeure indispensable pour éviter toute erreur (voir informations complémentaires).

Les photos montrées dans cette fiche ont été identifiées par des spécialistes.

Alimentation

Comme toutes les éponges, il s'agit d'un organisme filtreur* planctonophage*. Son système aquifère* est de type asconoïde : l'eau est aspirée par pompage à l'intérieur grâce aux pores* inhalants qui parsèment la surface de l'éponge puis filtrée par les choanocytes*, cellules ciliées spécifiques des éponges, qui tapissent la cavité intérieure (ou atrium*) et qui génèrent ce phénomène de pompage, puis rejetée par les oscules terminaux. Au passage les choanocytes retiennent les unicellulaires et les particules alimentaires contenues dans l'eau.

Reproduction - Multiplication

Chez cette espèce gonochorique*, la reproduction peut être sexuée ou asexuée.

  • La fécondation de cette espèce vivipare* se fait dans l’éponge femelle. Un spermatozoïde*, apporté par le courant d’eau, est transporté par une cellule charriante jusqu’à l’ovocyte*. Le développement se fait dans les tissus maternels puis la larve*, de type amphiblastula*, est évacuée par l’un des oscules.
  • Asexuée : par bourgeonnement* externe ou bouturage de fragments qui se détachent de l'éponge mère pour se fixer un peu plus loin.

Les éponges ont une forte capacité de régénération. Chez Leucosolenia variabilis, les lobes osculaires éliminés accidentellement sont remplacés par de nouveaux tubes.

Vie associée

Le petit mollusque nudibranche Aegires punctilucens est souvent trouvé sur les colonies de Leucosolenia spp. dont il se nourrit.

On a observé également d’autres prédateurs comme certaines littorines Littorina spp. ou l’étoile de mer rouge Echinaster (Echinaster) sepositus.


Divers biologie

Description microscopique : les spicules calcaires sont des triactines*, des tétractines* et des diactines*.

Les triactines présentes dans les chambres choanocytaires* ont deux rayons égaux de 80-100 µm de longueur et 7-8 µm d’épaisseur et un rayon basal plus court (50-100 µm de longueur).
Les tétractines du squelette de l’endosome* ont trois rayons d’égale longueur, identique à celle des triactines, et un rayon basal plus court (10-80 µm).
Les spicules diactines* sont droits et de 3 grandeurs différentes : 190-375 x 3,5-9 µm, 75-210 x 3-6 µm et 35-125 x 0,5-2 µm. Il est possible de trouver également, dans de rares cas, des diactines de 200 µm de longueur avec une courbure médiane.

.

Informations complémentaires

Des processus d’hybridation ont été observés entre Leucosolenia variabilis et Leucosolenia complicata et Leucosolenia botryoides.

Plusieurs spécialistes sont d’accord sur le fait que Leucosolenia est un genre qui nécessite une révision urgente, principalement L. variabilis et L. complicata. Les deux ont déjà été mentionnés pour la Méditerranée, mais leur localité type est dans la Manche. De plus, ils peuvent même être synonymes.

Des études en laboratoire ont démontré que Leucosolenia variabilis était résistante aux irradiations.

Origine des noms

Origine du nom français

Eponge-houppette : l’assemblage des tubes entrelacés de la colonie forme une touffe qui fait penser à une petite houppe.

Origine du nom scientifique

Leucosolenia : du grec [leucos] = blanc et [sôlên] = tuyau.

variabilis : mot latin = variable, changeant. En rapport avec la forme extrêmement variable de cette éponge suivant le substrat sur lequel elle se fixe.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Calcarea / Calcispongia Eponges calcaires / Calcisponges

Eponges exclusivement marines. Squelette de spicules calcaires à 1 à 4 axes. Eau peu profonde, substrat dur. Vivipares, larve typique : coeloblastula ou amphiblastula.

Sous-classe Calcaronea / Calcaronia Calcaronea / Calcaronia Spicules à quatre rayons. Le noyau des choanocytes* a une position apicale. Larve de type amphiblastula.
Ordre Leucosolenida Leucosolénides
Famille Leucosoleniidae Leucosoleniidés
Genre Leucosolenia
Espèce variabilis

Nos partenaires