Danseuse espagnole

Hexabranchus sanguineus | (Rüppell et Leuckart, 1830)

N° 411

Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical Ouest et central

Clé d'identification

Coloration très variable : adultes 1) rouge vif uni, ou 2) rouge clair/orange moucheté de blanc et/ou jaune ou 3) parfois jaunes avec taches rouges
Adulte : bordure du manteau enroulée vers le dos et de la même couleur. Si dérangé, déroule le bord pour montrer une large bordure blanche et une bande rouge vif
Juvénile : coloration et forme très différentes – bord du manteau moins développé n'est pas enroulé
Tout petit : manteau blanc translucide avec taches rondes violettes. Ligne blanche contourne manteau à quelque distance du bord
Six (voire moins ou plus) branchies contractiles et ramifiées insérées séparément et directement dans corps
Tentacules oraux ressemblent à 2 mains : grands lobes plats digités
Nage ondulatoire très belle s'il est dérangé

Noms

Noms communs internationaux
Spanish Dancer (GB), Spanische Tänzerin (D), Spaanse Danseres (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Hexabranchus praetextus Ehrenberg, 1828
Doris sanguinea Rüppell & Leuckart, 1830
Doris flammulata Quoy & Gaimard, 1832
Doris marginata Quoy & Gaimard, 1832
Doris cardinalis Gould, 1852
Doris sandwichiensis Souleyet, 1852
Hexabranchus pulchellus Pease, 1860
Hexabranchus suezensis Abraham, 1876
Hexabranchus pellucidulus Abraham, 1876
Hexabranchus aneiteumensis Abraham, 1877
Hexabranchus mauritiensis Abraham, 1877
Hexabranchus orbicularis Abraham, 1877
Hexabranchus anaiteus Bergh, 1878
Albania formosa Collingwood, 1881
Doris imperialis Kent, 1897
Hexabranchus digitatus Eliot, 1903
Hexabranchus plicatus Hägg, 1903
Hexabranchus aureomarginatus Ostergaard, 1955
Hexabranchus tinkeri Ostergaard, 1955

Distribution géographique

Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical Ouest et central

Zones DORIS : Indo-Pacifique

De la mer Rouge et l'Afrique du Sud jusqu'à Hawaii.

Biotope

De la zone intertidale* jusqu' à la pente externe, parmi les coraux et les éponges. Espèce rencontrée entre 1 et 50 m, le plus souvent de nuit.

Description

Nudibranche mesurant jusqu'à 60 cm ; c'est l'une des plus grandes espèces de nudibranches de l'Indo-Pacifique.
La coloration est très variable : chez les adultes elle va de rouge vif uni à rouge/orange moucheté de blanc et/ou jaune (le plus commun), et parfois jaune avec des taches rouges.
Chez l'adulte : la bordure du manteau* est enroulée dans la direction du dos et de la même couleur. C'est seulement lorsqu'il est dérangé, que l'animal déroule le bord de son manteau pour montrer une large bordure blanche et une bande rouge vif.
Chez le juvénile : la coloration et la forme sont très différentes – le bord du manteau moins développé, n'est pas enroulé.
Lorsqu'il est tout petit : le manteau est blanc/rose/crème translucide avec des taches violettes. Une ligne blanche contourne le manteau à quelque distance du bord. Avec le développement du manteau, cette ligne est cachée par le bord enroulé.

Les rhinophores* sont assez frappants : la partie supérieure est lamellée et en forme de massue, les troncs sont lisses.

Les branchies à nu sur le dos, sont généralement de la même couleur que le manteau, contournées d'une couleur contrastée.
Au contraire de la plupart des nudibranches Eudoridoidea, H. sanguineus possède six (parfois moins et parfois plus) branchies ramifiées insérées séparément et directement dans le corps sans fourreaux. Les branchies ne sont pas rétractiles mais seulement contractiles.
Les tentacules oraux ressemblent à 2 mains et sont formés de grands lobes plats digités.

Ce nudibranche est capable de nager en pleine eau en ondulant grâce à la contraction des muscles dorso-ventraux, tout le long de son corps.

Alimentation

C'est un mangeur d'éponges mais il ne semble pas être spécialisé dans une espèce particulière. Des spicules* provenant de différentes espèces d'éponges ont été retrouvées dans des contenus stomacaux.
D'après Francis (1980), H. sanguineus mange les éponges Ancorina acervus (Bowerbank), Callyspongia sp., Cliona sp., Haliclona sp., ou Adocia sp., Mycale sp. , ou Zygomycale sp., Pachastrella sp., Paraesperella sp., Petrosia sp., Stelletta sp., et Xestospongia exigua (Kirkpatrick). Selon Rudman, 2000 (Sept.7) d'autres personnes ont observé qu'il mange aussi Leucetta solida et d'autres espèces de Halichondria.

Reproduction - Multiplication

Ce nudibranche est hermaphrodite*. La copulation s'effectue tête-bêche.
H. sanguineus pond des œufs agglutinés dans un ruban rose en spirale ondulante. Ce ruban est généralement à l'échelle du pondeur, de grande taille et assez haut.

Vie associée

Parmi ses branchies, et se "promenant" sur tout le corps, on trouve souvent un ou deux individus de la très belle crevette commensale Zenopontonia rex.

Les pontes font l'objet de prédation d'autres nudibranches, éolidiens et notamment de Favorinus tsuragunus qui a souvent été surpris dévorant les œufs d'Hexabranchus sanguineus.

Divers biologie

D'après W. Rudman : "Comme de nombreux nudibranches, H. sanguineus semble être protégé d'une manière ou d'une autre contre la prédation par les poissons."
La coloration rouge vif de son manteau a longtemps été considérée comme un signal "danger" pour les poissons. Au cours de ces dix dernières années, il a été clairement montré que H. sanguineus est d'un goût désagréable, et potentiellement toxique, ceci étant dû à des substances chimiques présentes dans son corps et dans sa ponte. Ces molécules (macrolides) sont presque identiques aux molécules répulsives trouvées dans Halichondria, une des éponges mangées par ce nudibranche. Cette éponge produisant ces molécules répulsives pour se protéger contre la prédation par certains poissons.
On peut penser que H. sanguineus capture ces molécules répulsives lorsqu'il se nourrit de cette éponge. Après une légère modification de la structure de ces molécules, il les stocke dans son épiderme et dans sa ponte pour sa propre protection.»

Pourtant la protection de la ponte par ces substances n'est pas assurée vu que d'autres espèces de nudibranches comme Favorinus tsuruganus Baba & Abe, 1964 et Favorinus japonicus Baba, 1949 mangent la ponte de H. sanguineus aussi bien que la ponte d'autres espèces d'opisthobranches.

H. sanguineus adulte se cache normalement pendant la journée dans des trous du récif et sort seulement bien après le coucher du soleil. On trouve les juvéniles pendant la journée.

Informations complémentaires

Le mode de déplacement naturel de la danseuse est de ramper et non de danser.
Lorsqu'il est dérangé, ce nudibranche réagit en exhibant le bord blanc de sa « jupe » rouge.
Indépendamment du fait de pouvoir nager, Hexabranchus sanguineus est un membre peu commun de la Super-famille des Eudoridoidea du fait que ses branchies n'ont pas de fourreau pour se rétracter.

Origine des noms

Origine du nom français

Danseuse espagnole : nom provenant du mouvement de la robe des danseuses de flamenco espagnoles qu'imite le manteau désenroulé d'Hexabranchus sanguineus lorsqu'il nage en pleine eau.

Origine du nom scientifique

Hexabranchus : du grec [hex-] = six, et du latin [branchia] = branchies, donc à six branchies.

sanguineus : du latin [sanguineus] = couleur de sang, d'après la couleur du spécimen décrit par Rüppell et Leuckart.

H. sanguineus n'a pas toujours six branchies – il peut avoir moins ou même plus.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Hexabranchidae Hexabranchidés Corps mou. Tentacules buccaux en larges lames aplaties. Rhinophores rétractiles et branchies contractiles.
Genre Hexabranchus
Espèce sanguineus

Nos partenaires