Euclymène lombric

Euclymene lombricoides | (Quatrefages, 1866)

N° 3063

Atlantique Nord-Ouest, Méditerranée, mer Rouge, océan Indien

Clé d'identification

Ver polychète au corps mou de 120-150 mm de longueur pour un diamètre de 6-9 mm
Corps cylindrique composé de 20 à 22 segments
Tête terminée par une plaque ovale inclinée
Aspect d'une canne de bambou
Entonnoir cilié postérieur
Couleur généralement rose ou brun clair

Noms

Autres noms communs français

"Ver bambou" est utilisé pour une autre espèce également présente sur l'estran* Leiochone leiopygos.

"Crotte de chien" est une appellation utilisée par les benthologues* et liée à l'aspect évocateur des gros tubes couverts de vase formés par plusieurs espèces de la famille des Maldanides. Toutefois Euclymene lombricoides a un tube plus grossier avec des débris de coquilles et des fragments de roche et du sable.

Synonymes du nom scientifique actuel

Clymene lumbricoides Quatrefages, 1866
Clymene zostericola Quatrefages, 1866

Distribution géographique

Atlantique Nord-Ouest, Méditerranée, mer Rouge, océan Indien

Zones DORIS : ● Europe (côtes françaises), ○ [Atlantique Nord-Est, Manche et mer du Nord françaises], ○ [Méditerranée française]

Atlantique Nord-Ouest, les côtes ouest de l'Angleterre jusqu'au Portugal, en Manche, mer du Nord et Méditerranée (rare), en mer Rouge jusqu'au Mozambique.

Biotope

Euclymene lombricoides vit généralement dans un tube assez résistant composé de graviers et de débris de coquilles agglomérés par un mucus sécrété par l'animal. Il se rencontre sur des fonds de sable fin, grossier ou de limon, sous les pierres mais aussi dans les prairies de zostères. Cette espèce est présente de la zone littorale moyenne (milieu de la zone des marées) jusqu'à 150 m de profondeur.

Description

C'est un ver polychète annélide sédentaire, au corps mou, qui peut mesurer entre 120 et 150 mm de longueur pour un diamètre de 6 à 9 mm. Son corps cylindrique, à l'aspect d'une canne de bambou, est composé de 20 à 22 segments, qui s'atténuent à partir du 15ème. Les segments porteurs de soies*, appelés sétigères*, sont au nombre de 19, les 3 derniers antéanaux (devant l'anus) sont courts et ne portent pas de soies mais présentent des bourrelets saillants. La tête présente une plaque ovale oblique bordée par une sorte de corolle membraneuse festonnée* dans sa partie postérieure de 7 à 14 lobes et avec 2 incisions latérales. Le prostomium* (partie avant de la tête) est conique. La trompe est globuleuse et plissée à la base formant un anneau. Les segments 4 à 8 présentent une bande glandulaire très marquée sur la moitié antérieure de leur longueur, commençant par un bourrelet saillant rose presque translucide souligné de rouge foncé. Sur la face ventrale, on distingue une ligne longitudinale saillante à partir du 6ème ou 7ème segment.
Le pygidium* (extrémité postérieure des vers) forme un long entonnoir membraneux dont la base est constituée d'un bourrelet saillant annulaire, sa surface présente des stries longitudinales. Cette extrémité postérieure est frangée par 30 à 40 cirres* (ou tentacules*) longs et courts, en alternance, qui entourent le bord de cet entonnoir. A l'intérieur, au fond on distingue l'anus au sommet d'un cône plus ou moins saillant.
La couleur de ce ver est généralement rose ou brun clair, avec pour les segments 4 à 8 des bandes transversales rouge brique ou grenat alternant avec des bandes rose pâle ou blanches, tous les anneaux uncinigères* (porteurs de soies courtes et dentelées appelés uncini) sont rose pâle presque blancs et les soies sont blanc pur.

Espèces ressemblantes

Nicomache lumbricalis (Fabricius, 1780) : la tête est large et arrondie, le corps un peu plus long (160 mm) et brun roussâtre.
Rhodine loveni Malmgren, 1865 : tête étroite arrondie en capuchon, entonnoir anal très court, brun-jaunâtre à verdâtre.
Leiochone leiopygos (Grube, 1860), le "ver bambou" est plus menu que Euclymene lombricoides et vit dans les sédiments.

Alimentation

C'est un animal détritivore* (qui mange des détritus), son activité est principalement nocturne, il a un régime microphage* (se nourrit de particules microscopiques) généralement des diatomées benthiques* et des bactéries.

Reproduction - Multiplication

Ce sont des animaux gonochoriques* (les sexes sont séparés) en général les mâles et les femelles sont de morphologies légèrement différentes.
A l'époque de la reproduction, le corps entier de la femelle se remplit d'œufs qui seront tous expulsés en une seule fois dans une sorte de gelée transparente à l'entrée du tube. Les mâles expulseront en pleine eau les gamètes* mâles (ou spermatozoïdes). La fécondation est donc externe et le développement larvaire est de type lécithotrophique*, c'est-à-dire que seul un petit nombre d'œufs (mais assez gros comprenant une quantité importante de vitellus*) seront fécondés et arriveront à maturité. La larve* sera nageuse, sans besoin de se nourrir et ne passera que quelques heures dans le plancton*, avec pour avantage de ce type de développement de minimiser les risques de prédation.

Divers biologie

C'est une espèce fragile mais qui est douée d'un pouvoir de régénération en cas de section du corps.

Informations complémentaires

Les prédateurs sont essentiellement les oiseaux limicoles* surtout lors des grandes marées, les crabes et certains poissons benthiques*.

Origine des noms

Origine du nom français

Euclymène lombric dérive du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Euclymene : en grec [eu] signifie vrai, [clymène] est une Océanide, une des nymphes marines chargées de protéger les océans. Le genre Euclymene a été créé pour différencier les espèces de ce genre du genre Clymene.
lombricoides : du latin [lumbricus] ver de terre et du suffixe [oide] = à l'aspect de, cet animal ressemble (un peu) au ver de terre ou lombric.

Classification

Numéro d'entrée WoRMS : 209899

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides

Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués de segments identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.

Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chaque segment porte des excroissances locomotrices (les parapodes) plus ou moins développées, munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres à errer dans la colonne d'eau ou sur les sédiments mais aussi galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Sedentaria - Scolecida Annélides polychètes sédentaires Scolécides

Pas d'appendices sur le prostomium mais deux ou plusieurs paires de cirres sur le pygidium. La plupart sont fouisseurs ou tubicoles avec un pharynx éversible muni de papilles. métamérie plus ou moins altérée, parapodes peu développés voire inexistants, à soies capillaires dorsales, à crochets ventraux..

Famille Maldanidae Maldanidés

Corps cylindrique, grêle. 20 à 30 segments allongés, très extensibles et renflés à une extrémité conférant l'aspect d'une canne de bambou aux représentants de cette famille de vers. Tube membraneux couvert de sable ou de vase. Parapodes réduits à une touffe de soies supérieure et simple.

Sous-famille Euclymeninae Euclymeninés

le pygidium en forme d'entonnoir avec des cirres.

Genre Euclymene
Espèce lombricoides

Nos partenaires