Diogène d'Europe

Diogenes pugilator | (Roux, 1829)

N° 2737

Atlantique Nord Est, Manche, mer du Nord, Méditerranée

Clé d'identification

Pince gauche nettement plus grosse que la droite
Carapace dentée sur les côtés comportant deux petites pointes à l'avant
Bandes transversales rougeâtres sur chaque segment des trois paires de pattes avant
Pédoncules oculaires de la même couleur que le corps terminés par une cornée noire
Antennes longues comportant des soies

Noms

Autres noms communs français

Pagure des sables, pagure du sable, bernard-l'ermite des sables, bernard-l'ermite du sable

Noms communs internationaux

South-claw hermit crab, small hermit crab (GB), Diogeneskrebs (D), Kleine heremietkreeft (NL), Ermitaño guerrero (E), Paguro pugile (I)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Pagurus pugilator Roux, 1829
Pagurus varians Costa, 1838
Pagurus arenarius Lucas, 1846
Pagurus dillwynii Bate, 1851
Pagurus ponticus Kessler, 1860
Pagurus lafonti Fischer, 1872
Pagurus curvimanus Clement, 1874
Pagurus algarbiensis de Brito Capello, 1875
Pagurus bocagii de Brito Capello, 1875
Diogenes intermedius Bouvier, 1891
Pagurus dillvyni A. Milne-Edwards & Bouvier, 1900
Pagurus dilwynnii Alcock, 1905

Distribution géographique

Atlantique Nord Est, Manche, mer du Nord, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Le diogène d'Europe vit dans l'Atlantique Est, des côtes de la Norvège au nord jusqu'aux côtes de l'Angola au sud. On le trouve également en mer du Nord, Méditerranée et en mer Noire.

Biotope

Diogenes pugilator vit dans les milieux sableux ou sablo-vaseux, à la surface d'un sédiment meuble pour s'y enfouir rapidement. On le rencontre parfois dans les herbiers de phanérogames marines ou dans des zones d'algues.
Son espace bathymétrique* va de la surface jusqu'à une quarantaine de mètres de profondeur.
En été il est facilement observable sur la ligne d'eau à marée basse, en particulier la nuit.

Description

L'espèce Diogenes pugilator est un bernard-l'ermite de petite taille pouvant atteindre 3 cm de longueur totale. Sa carapace est dentée sur les côtés ; elle ne mesure que 11 mm de long chez l'adulte.
Le bord avant de cette carapace comporte deux petites pointes au-dessus des pédoncules* oculaires séparées par une double saillie médiane.
La pince gauche (chélipède) est nettement plus grosse et forte que la droite (ce qui caractérise les Diogenes et la plupart des espèces de pagures de la famille des Diogénidés) ; elle est courbée sur le bord inférieur mais elle est soumise à une certaine variabilité. Les trois paires de pattes avant (pince comprise) comportent sur chaque segment des taches ou bandes transversales rougeâtres ressemblant vaguement à des anneaux. Les pattes locomotrices sont comprimées latéralement et dépassent à peine la longueur de la grande pince ; elles possèdent une griffe calcifiée terminale.
Les pédoncules oculaires, de la même couleur que le corps, sont forts et cylindriques, plus courts que les pédoncules antennaires et antennulaires et portent à leur extrémité une cornée noir uni.
Les antennes sont longues, pédonculées et comportent des soies légèrement courbes, orientées vers l'extérieur et disposées sur toute leur longueur. Les antennules sont également pédonculées.
La couleur du corps ainsi que de sa carapace varie du jaunâtre au verdâtre ; elle est parfois plutôt grise.
La partie de l'abdomen non protégée par la carapace est couverte de soies ainsi que la grosse pince.

Espèces ressemblantes

Pagurus bernhardus (Linné, 1758) est de la même couleur avec les mêmes ornementations brun rougeâtre mais la pince droite est plus grosse que la pince gauche. Il vit uniquement en Atlantique.

En Méditerranée, on rencontre ce pagure avec d'autres espèces de même taille du genre Anapagurus.

Alimentation

Ce bernard-l'ermite a un comportement fouisseur, plus actif la nuit que le jour. Il se nourrit de petits organismes vivant à la surface et dans le sédiment. De petits gastéropodes, des crustacés et des vers font partie de son menu. Il serait donc dépositivore*, carnivore et consommateur de déchets organiques variés. L'espèce peut aussi être charognarde.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés. L'émission des gamètes* se fait dans l'eau où se réalise la fécondation. Le développement est dit indirect car il passe par plusieurs stades larvaires* planctoniques* zoé*. Après sa métamorphose en mégalope*, il devient benthique* et évolue rapidement en juvénile qui cherche une mini-coquille pour s'abriter.

Le mâle attend la mue de la femelle pour s'accoupler.

Les femelles sont ovigères* de mai à septembre sur les côtes françaises.

Vie associée

De nombreux parasites ou commensaux* ont été observés, crustacés et vers principalement mais également des hydraires, des balanes, etc.

On rencontre préférentiellement Diogenes pugilator dans des coquilles de :

Divers biologie

L'eutrophisation* de certaines zones menace fortement par hypoxie* la présence du pagure du sable.

Sa croissance est rapide et sa longévité maximale est d'environ deux ans.

Informations complémentaires

Lors de ces déplacements, le pagure des sables donne l'impression de se déplacer à l'aveugle, se heurtant à tous les obstacles sur son chemin.

Le changement de coquille est un moment étonnant à observer mais très bref. Le pagure se présente face à l'entrée de sa nouvelle demeure, il donne l'impression d'y prendre les mesures. Si tout est en ordre, il sort de sa coquille puis entre dans la nouvelle dans un mouvement de demi-tour qui ne dure qu'une petite seconde. Il reprend sa marche aussitôt. La préférence est donnée aux coquilles fraîchement abandonnées par leur occupant.

L'enfouissement intervient au petit matin et quand l'animal est dérangé ; quelques secondes suffisent pour disparaître complètement de la surface du sable. D'un mouvement énergique d'avant en arrière de sa grosse pince et de ses deux autres pattes du même côté, il dégage le sable sous son corps et sa coquille, jusqu'à ne laisser apparaître que les yeux et les antennes.

Divers poissons plats, en particulier le rombou Bothus podas (Delaroche, 1809), sont ses prédateurs, mais également la petite vive Echiichthys vipera (Cuvier, 1829), le corb Sciaena umbra Linnaeus, 1758, etc. Les grands crustacés comme les homards ainsi que les céphalopodes sont également des prédateurs potentiels du diogène d'Europe.

Origine des noms

Origine du nom français

Diogène : francisation du nom scientifique de l'espèce.

Du sable ou des sables : ce crustacé est rencontré préférentiellement dans les milieux sableux et sablo-vaseux.

D'Europe : il existe de nombreuses autres espèces du même genre ailleurs dans le monde mais il n'y en a qu'une en Europe.

Origine du nom scientifique

Diogenes vient du philosophe grec Diogène de Sinope (-412 à -323 av. JC) qui vivait dans un tonneau. Il était contemporain de Platon.

Pugilator en latin signifie boxeur. Ce terme convient parfaitement à cette espèce combative envers ses congénères et qui reste sortie de sa coquille même quand elle est tenue à la main.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Anomura Anomoures

Les anomoures sont caractérisés par une cinquième paire de pattes atrophiée. Ils sont essentiellement représentés par les galathées et les bernard-l'ermite.

Famille Diogenidae Diogénidés Dissymétrie générale, une pince plus grosse que l'autre. L’abdomen n’est pas protégé par l’exosquelette.
Genre Diogenes
Espèce pugilator

Nos partenaires