Chapeau chinois

Calyptraea chinensis | (Linnaeus, 1758)

N° 2058

Atlantique Nord-Est et Sud-Est, Manche, Méditerranée

Clé d'identification

Coquille circulaire cônique très surbaissée
Apex légèrement excentré
Stries concentriques et spiralées sur toute la surface
Cloison lamellaire interne incurvée et spiralée
Jusqu'à 15 mm de diamètre pour 7 mm de haut
Coloration variable, en général blanc laiteux

Noms

Autres noms communs français

Calyptrée

Noms communs internationaux

Chinese hat, chinese cup and saucer, chinaman's hat (GB), Sombrero chino (E), Chinesenhut (D), Chinees hoedje, hoedjes (NL), Chapéu chinês (P)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Patella chinensis Linnaeus, 1758
Calyptrea sinensis (Linnaeus, 1758)
Patella sinensis (Gmelin, 1791)
Patella squamulata (Renier, 1804)
Patella muricata (Brocchi, 1814)
Calyptraea laevica (Lamarck, 1822)
Calyptraea succinea (Risso, 1826)
Patella politiques (Scacchi, 1832)
Calyptraea vulgaris (Philippi, 1836)
Calyptraea spirata (Nardo, 1847)
Calyptraea polii (Issel, 1878)

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est et Sud-Est, Manche, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

La distribution de Calyptraea chinensis s'étend depuis le sud-ouest de la Norvège, à l'ouest et au sud des îles Britanniques, sur toute la façade atlantique de la France, du Portugal, aux Canaries, à Madère et jusqu'au Congo et l'Angola. Elle est présente également mais en moins grande densité en Méditerranée et en mer Noire.
Cette espèce s'est remarquablement bien développée en Manche. Elle trouve, notamment au sein du golfe Nomand Breton, des conditions environnementales optimales qui lui permettent de se développer plus qu'ailleurs : il s'agit d'une espèce dite "sarnienne"* par excellence.

Biotope

Le chapeau chinois vit fixé aux cailloux ou sous les rochers en zones abritées meubles, sableuses, sablo-vaseuses. Il affectionne particulièrement la face concave des coquilles de mollusques (patelles, bivalves...), du bas de l'estran jusqu'à 70 mètres de profondeur. Il est très adhérent au substrat et se déplace peu.

Description

Calyptraea chinensis est un petit gastéropode dont la coquille, en forme de cône très surbaissé, présente un apex* lisse et légèrement excentré. Ses dimensions courantes sont d'environ 15 mm de diamètre pour 5 à 7 mm de haut. Sa surface est ornée de stries spiralées apparaissant concentriques avec l'usure et équidistantes. Quelques individus peuvent conserver une ornementation constituée de très petits tubercules alignés sur les stries. La coloration varie du blanc laiteux au jaune, au brun-roux voire à l'orange et au rosé quand l'animal est vivant. L'ouverture est quasiment circulaire et prend la forme du substrat sur lequel l'animal est fixé. La face intérieure de la coquille est concave, lisse, nacrée et très brillante. Elle présente une petite lamelle très fine (le septum*), sorte de petite cloison incurvée, légèrement ou nettement spiralée et adhérente à la périphérie (caractère rapprochant cette espèce des crépidules). Le bord columellaire* contourné forme un faux ombilic* pas toujours visible et remonte jusque vers le bord de l'ouverture. Cette lamelle supporte les viscères. Le corps de l'animal est jaune parsemé de marques blanches.

Espèces ressemblantes

On peut éventuellement confondre le chapeau chinois avec la crépidule, Crepidula fornicata, à cause de la présence d'une cloison interne similaire. Cependant la crépidule est ovale, l'apex est bien plus excentré, sa taille est supérieure (jusqu'à 5 centimètres) et sa couleur est jaune marbrée de lignes et de motifs roses, mauves ou roux. De plus la crépidule forme des agrégations d'individus empilés, jamais observés chez Calyptraea chinensis.

Le naturaliste novice pourra aussi confondre le chapeau chinois avec les gastéropodes de la famille des patelles, à cause de leur forme semblable, que l'on nomme aussi, d'ailleurs, "chapeaux chinois". Cependant la coquille de ces dernières est bien plus épaisse, et elles vivent bien plus haut sur l'estran.

Alimentation

Le chapeau chinois est un filtreur d'algues unicellulaires planctoniques et de détritus en suspension.

Reproduction - Multiplication

Calyptraea chinensis est une espèce hermaphrodite* protandre*. Les individus jeunes (d'environ 1 an et de taille inférieure à 10 mm) sont des mâles et se reproduisent très tôt alors que les individus adultes sont tous des femelles (de 12 mm et plus). Une période intermédiaire transitoire non reproductive s'étale sur quelques mois durant lesquels les organes mâles régressent puis les organes femelles se développent. La reproduction s'effectue sur une période s'étalant depuis le début du printemps jusqu'au début de l'été. Les femelles pondent des capsules d'oeufs fixées au substrat et les protègent grâce à leur coquille jusqu'à l'éclosion. Il n'y a pas de stade larvaire planctonique.

Vie associée

La surface de la coquille de ce mollusque peut être colonisée par des polychètes tubicoles (pomatocères, spirorbes...), des balanes, ou encore des algues rouges encroûtantes.

Calyptraea chinensis
est une proie préférentielle pour les sars à tête noire (Diplodus vulgaris) et les pageots (Pagellus erythrinus). Elle l'est également pour différentes espèces de mollusques perceurs (Ocenebra erinaceus, Nucella lapillus...).

Divers biologie

L'animal est incapable de se rétracter complètement sous la cloison de sa coquille.

Les conditions hydrodynamiques ambiantes agissent directement sur la forme de la coquille à l'instar des patelles. Elle prend ainsi un caractère polymorphe.

L'épaisseur de la coquille varie en fonction de l'âge.

Ces animaux, quand ils sont fixés sur d'autres mollusques, peuvent leur dérober une partie plus ou moins importante de leur nourriture. Cela explique en partie pourquoi ils sont très souvent rencontrés sur des coquilles vides.

Informations complémentaires

Une observation minutieuse permettra de mettre en évidence l'enroulement spiralé qui n'est visible que sur la protoconque* c'est-à-dire à l'apex* lorsque les coquilles ne sont pas trop érodées. Le léger décentrage de l'apex détermine le sens du déplacement et donne à la coquille une concavité sur l'avant et une convexité sur l'arrière.

Il est possible d'observer actuellement, avec le réchauffement climatique, des densités plus importantes de ces animaux ainsi qu'une remontée vers le nord de son aire de distribution.

Localement, il est possible de trouver rejetées sur la plage de nombreuses coquilles de chapeaux chinois plus ou moins érodées.

Origine des noms

Origine du nom français

Chapeau chinois à cause de la forme du chapeau traditionnel de Chine.
Calyptrée est un nom vernaculaire directement dérivé du nom de genre scientifique Calyptraea.

Origine du nom scientifique

Calyptraea = du grec [calyptera] = voile de femme,
chinensis = "qui vient de Chine", en référence à la forme du chapeau de ce pays.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Ordre Littorinimorpha Littorinimorphes
Famille Calyptraeidae Calyptraéidés

Coquille spiralée, plus ou moins conique, apex submédian, parois internes partiellement résorbées. a l'intérieur, lamelle spiralée pouvant former un entonnoir dans la région ombilicale. Lindner 2011:79.

Genre Calyptraea
Espèce chinensis

Nos partenaires