Botrylle cristallin

Botrylloides crystallinus | Bay-Nouailhat A. & W., Gasparini & Brunetti, 2020

N° 3517

Méditerranée occidentale Nord-Est (de l'est du delta du Rhône au sud de la mer de Ligurie)

Clé d'identification

Colonies hémisphériques, molles, gélatineuses
Coloration générale blanc sale transparent
Tunique transparente parcourue de fines lignes blanches autour des siphons et entre les siphons
Colonie de 2 à 3 cm de diamètre (maximum 8 cm)
Distribution limitée à la Méditerranée occidentale Nord-Est

Noms

Distribution géographique

Méditerranée occidentale Nord-Est (de l'est du delta du Rhône au sud de la mer de Ligurie)

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette ascidie coloniale est présente sur les côtes nord de la Méditerranée occidentale de l'est du delta du Rhône au sud de la côte ligure italienne. Elle est commune sur la Côte Bleue à l'ouest de Marseille, plus rare entre Marseille et Toulon et sporadique au-delà vers l'est jusqu'en mer de Ligurie (observations validées au Cinq Terres et à Livourne). Elle est aussi présente au nord de la Corse où elle semble rare.

Biotope

Le botrylle cristallin s'installe sur les substrats* durs verticaux, sous les surplombs à l'entrée des anfractuosités. Il est généralement observé dans les zones bien exposées aux courants et à des profondeurs allant de 4 à 30 m environ.

Description

Botrylloides crystallinus forme des colonies hémisphériques, molles, gélatineuses, transparentes, qui n'agglomèrent pas (ou peu) de sédiments à leur surface mais accumulent parfois les impuretés. L'épaisseur des colonies est de l'ordre de 20 à 40 mm, le diamètre habituel est de 30 mm et jusqu'à 80 mm pour les plus grandes colonies composées de plusieurs lobes.

La couleur est généralement blanc sale à jaune pâle translucide. La tunique transparente laisse découvrir les éléments internes des individus et les siphons* buccaux et cloacaux sont cerclés d'un fin liseré blanc. Les zones de fusion entre la tunique de chaque individu (ou zoïde*) sont soulignées de fins traits blancs jusqu'au bout du siphon cloacal commun. De fines lignes longitudinales parcourent le pharynx*, complétées de ponctuations orangées de part et d'autre de la ligne blanche marquant plus nettement l'endostyle*.

Les zoïdes* sont disposés en lignes de part et autre de veines cloacales qui convergent vers un large siphon cloacal central situé au sommet de chaque lobe. Les grandes colonies forment des masses composées de plusieurs systèmes (unités anatomiques autonomes) organisés chacun autour d'un siphon cloacal. Entre les lignes de zoïdes se développent des séries de petites ampoules blanches caractéristiques du genre Botrylloides est qui sont sans doute à l'origine de nouveaux zoïdes (multiplication asexuée).

Lorsque les colonies régressent au printemps, les zoïdes dégénèrent progressivement pour ne laisser visible, avant de disparaître à la vue du plongeur, qu'une masse jaune sale translucide couverte de petites ampoules blanchâtres (voir le § "Divers biologie").

Espèces ressemblantes

Polycitor crystallinus est une ascidie coloniale massive, globuleuse à la tunique commune translucide. Ses siphons buccaux sont bordés d'un cercle blanc intense. Elle ne dispose pas de système cloacal commun, ainsi chaque siphon exhalant (ou atrial), peu visible, s'ouvre directement à la surface. Espèce principalement connue de la Méditerranée occidentale.

Polyclinum aurantium prend fréquemment l'aspect de nodules beige clair, jaune sale à noirâtre et fortement incrustés de sables. A marée basse, sur les côtes atlantiques européennes, cette ascidie coloniale jaune sale pend sous les roches ce qui lui a valu le nom de "couille d'âne" dans la Manche. Bien qu'également présente en Méditerranée, cette ascidie est principalement observée en plongée sur les zones rocheuses du littoral de l'Atlantique et de la Manche.

Alimentation

Comme les autres tuniciers, c'est un animal filtreur*. L'eau, chargée des particules nutritives, pénètre par le siphon* buccal. Ce dernier est muni d'une couronne de tentacules sensoriels, lesquels par contraction sont capables de boucher l'entrée aux objets aspirés de trop grande taille. Le liquide qui a pénétré dans l'animal débouche à l'intérieur d'un sac branchial*, puis est amené au niveau de fentes que l'on appelle les trémas* ou stigmates*. Il passe ensuite dans la cavité péribranchiale, puis ressort par le siphon cloacal*.
Les particules sont retenues au niveau des fentes du filtre et sont enrobées par du mucus, l'ensemble constituant un agrégat nutritif qui est conduit par le battement des cils vers l'estomac via l'œsophage. La digestion y est facilitée par l'action d'une glande digestive qui est accolée à l'estomac. Après le passage dans l'intestin, les déchets de la digestion sont évacués, sous forme de chapelets de fèces*, par un anus débouchant dans le siphon cloacal.

Reproduction - Multiplication

Nous ne disposons d'aucune information détaillée sur la reproduction de cette espèce. Du point de vue général, la reproduction des ascidies coloniales présente une alternance de cycles sexués et asexués. Ces ascidies sont hermaphrodites*, la fécondation* est interne et le développement passe par le stade larvaire. La formation de la colonie peut commencer par bourgeonnement à partir de l’individu souche formé après fixation et métamorphose* de la larve.

Divers biologie

Botrylloides crystallinus est une espèce saisonnière qui se développe en hiver pour régresser au printemps et complètement disparaître aux yeux des plongeurs en été.

Description microscopique interne succincte : zoïde de 3 mm de long ; 8 tentacules buccaux ; 9 à 12 rangées des stigmates (consultez la publication originale pour plus de détails).

Origine des noms

Origine du nom français

Botrylle cristallin est une proposition des découvreurs de cette espèce.

Origine du nom scientifique

Botrylloides : du latin [botryo] = grappe de raisin et du suffixe [-oides] = en forme de, qui ressemble à. En référence à l'organisation des zoïdes en ligne de part et d'autre des veines cloacales,

crystallinus : du latin [crystallus] = cristal, en référence à la transparence des colonies.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Stolidobranchia Stolidobranches Ascidies pleurogones sans division du corps en thorax et abdomen.
Famille Styelidae Styélidés Stolidobranches avec un maximum de 4 fentes allongées de chaque côté du sac branchial. Pour les styélidés composés, zoïdes* en une seule partie.
Genre Botrylloides
Espèce crystallinus

Nos partenaires