Poisson-ballon à taches blanches

Arothron hispidus | (Linnaeus, 1758)

N° 1254

Mer Rouge, océan Indien, Pacifique tropical

Clé d'identification

Coloration gris brun avec des points blancs
Cercles blancs autour des yeux et des nageoires pectorales
Corps allongé plus ou moins globulaire
Pas de nageoires pelviennes ni d'écailles
Nageoire anale et dorsale petites, symétriques et en arrière du corps

Noms

Autres noms communs français

Poisson-ballon à épaule noire

Noms communs internationaux

White-spotted pufferfish, stars-and-stripes pufferfish (GB), Pesce palla a punti bianchi (I), Pez globo con manchas blancas (E), Weißfleck-Kugelfisch (D), Witgevlekte kogelvis (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Tetrodon hispidus Linnaeus, 1758
Crayracion hispidus (Linnaeus, 1758)
Dilobomycterus hispidus (Linnaeus, 1758)
Takifugu hispidus (Linnaeus, 1758)
Tetraodon hispidus Linnaeus, 1758
Tetraodon perspicillaris Rüppell, 1829
Tetraodon semistriatus Rüppell, 1837
Tetrodon laterna Richardson, 1845
Tetrodon pusillus Klunzinger, 1871
Tetraodon sazanami Tanaka, 1916

Distribution géographique

Mer Rouge, océan Indien, Pacifique tropical

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Arothron hispidus est présent en mer Rouge, dans tout l'océan Indien et dans l'océan Pacifique tropical jusqu'au golfe de Californie et au Panama, et du sud du Japon aux îles Lord Howe et Rapa.

Biotope

Le poisson-ballon à taches blanches se rencontre sur des fonds mixtes (corail, sable, détritus, herbiers) dans les estuaires, les lagons, les récifs côtiers et sur les pentes externes entre 1 et 50 m de profondeur. Les juvéniles affectionnent les lagunes peu profondes et occupées par les herbiers sous-marins.

Description

Les poissons-ballons sont caractérisés par un corps allongé, plus ou moins globulaire. Les nageoires dorsale et anale sont petites et symétriques et disposées en arrière du corps. Les nageoires pelviennes sont absentes et la peau est lisse, sans écailles. La petite bouche est située au bout d'un museau court avec deux paires de narines ayant la forme d'un Y.
Les arothrons ont quatre grosses dents (d'où l'ancien nom de Tetraodon ou Tetrodon), deux en haut et deux en bas, chaque paire étant fusionnée pour former un bec puissant. Il n'y a pas de ligne latérale.

Le poisson-ballon à taches blanches peut atteindre 48 cm. Sa coloration est grise, plus foncée sur le dos, avec des gros points blancs, devenant plus petits et plus nombreux sur les individus âgés. Les ponctuations blanches sont nettement plus petites et nombreuses chez les sujets originaires de mer Rouge par rapport à ceux originaires du reste de l'Indo-Pacifique. La face ventrale gris clair ne montre pas de points blancs et est margée de lignes blanches discontinues. Les yeux sont souvent entourés de lignes circulaires blanches. La base des nageoires pectorales est noire avec également des cercles blancs ou jaunes.

Espèces ressemblantes

Il existe plusieurs autres espèces d'Arothron qui vivent dans la même zone avec lequel A. hispidus peut être confondu. Mais on le différencie grâce à ses points blancs qui recouvrent son corps. Arothron mappa a lui une réticulation blanche sur le corps mais certains individus peuvent également n'avoir que des points blancs. Enfin, il existe une autre espèce à points blancs : Arothron meleagris, mais le corps est généralement plus sombre et il n'y a pas de zone noire à la base des nageoires pectorales.

Récemment, en 1994, une nouvelle espèce, A. caeruleopunctatus a été décrite. Pendant longtemps cette espèce a été identifiée à tort sous le nom de A. hispidus. Elle s'en différencie par les nombreux points bleus qui recouvrent son corps.

Les poissons-ballons se différencient des Diodontidae (poisson porc-épic), qui eux ont le corps couvert d'épines plaquées, mais qui se redressent lorsque le poisson se gonfle, les faisant alors ressembler à un porc-épic, ou un oursin géant.

Alimentation

Arothron hispidus a une nourriture très variée : algues charnues ou calcaires, mollusques, échinodermes (holothuries, ophiures, astéries y compris Acanthaster planci), éponges, tuniciers, corail, anémones, crabes, vers tubicoles et également détritus. Il chasse de nuit comme de jour.

Reproduction - Multiplication

Les Arothrons construisent un nid dans le sable où la femelle vient pondre.

Divers biologie

Les individus sont solitaires et territoriaux.

Les poissons-ballons utilisent leurs nageoires dorsale et anale pour la locomotion. Par des mouvements hélicoïdaux, ils peuvent avancer, tourner sur place et même reculer. Les nageoires pectorales aident à la propulsion, alors que la nageoire caudale sert de gouvernail et ne sert à la propulsion que très exceptionnellement (fuite).

Informations complémentaires

Il existe environ 15 espèces d'Arothrons.

Les Arothrons, comme la plupart des Tetraodontidae, contiennent une toxine (tétrodotoxine) dans leur peau, leurs viscères et leurs gonades. Les muscles n'en contiennent pas. Elle provient de bactéries ingérées dans leur alimentation et s'accumulerait dans leurs tissus.
La tétrodotoxine agit en bloquant les canaux sodiques des nerfs, entraînant progressivement une paralysie, pouvant mener à la mort par défaillance respiratoire.
Le Fugu, poisson très apprécié des japonais, fait partie de cette famille. Il faut être un cuisinier japonais diplômé d'état pour savoir préparer et servir la chair de ce poisson sans danger. Entre 20 et 100 personnes décèderaient suite à la consommation de fugu chaque année. Cette toxine serait également utilisée en Haïti lors de rites vaudous.

En plus de leur toxicité, les Arothrons disposent d'un autre mécanisme de défense, qui consiste à se gonfler d'eau comme un ballon, pour augmenter leur volume. Ils avalent alors de l'eau, une membrane se repliant dernière les dents pour empêcher le reflux, et remplissent leur estomac qui est extensible, de même que leur peau. Une fois gonflé, il est très difficile pour un prédateur d'avaler un Arothron qui, de plus, apparaît beaucoup plus impressionnant. Cependant, pendant cette phase, ce poisson ne peut pratiquement plus nager ni se diriger.

Les poissons-ballons sont également appelés poissons-globes ou tétrodons (ou tétraodons).

Origine des noms

Origine du nom français

Poisson-ballon (ou poisson-globe) : du fait que l'espèce a la capacité de gonfler son corps d'eau et de prendre alors la forme d'un ballon,
à taches blanches : du fait de la présence de taches blanches sur son corps.

Origine du nom scientifique

Arothron : du grec [arothron] = charrue ou [arotreus] = laboureur, peut être en rapport avec sa façon de manger, en "labourant" le sable,
hispidus : du latin [hispidus] = hérissé.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Ordre Tetraodontiformes Tétraodontiformes Groupe hétérogène mais absence d'écailles imbriquées, ouvertures branchiales réduites, bouche très peu fendue, pelviennes anormales ou absentes.
Sous-ordre Tetraodontoidei Tétraodontoïdes Mâchoires et dents transformées en "bec de perroquet".
Famille Tetraodontidae Tétraodontidés Environ 120 espèces. Deux sous-familles : les tétraodontinés (Arothron, Tetraodon, Chelonodon,...) et canthigastérinés (un seul genre, Canthicaster)
Genre Arothron
Espèce hispidus

Nos partenaires