Pied de pélican commun

Aporrhais pespelecani | (Linnaeus, 1758)

N° 2059

Océan Atlantique Nord, Manche, Méditerranée

Clé d'identification

Coquille d'environ 3 à 5 cm de longueur présentant 10 tours tuberculés
Dernier tour très large avec 2 rangées de tubercules
3 digitations palmées en plus d'un long canal siphonal
Coloration grisâtre, jaune, ocre ou brun clair
Opercule elliptique fixé sur un côté du pied

Noms

Autres noms communs français

Pied de pélican

Noms communs internationaux

Pelican's foot, common pelican's foot (GB), Piede di pellicano, crocetta (I), Pie de pelicano (E), Pelikanfuß (D), Pelikaansvoet, Pelikaansvoetje (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Strombus pespelecani Linnaeus, 1758
Aporrhais quadrifidus Da Costa, 1778
Rostellaria aladraconis Perry, 1811
Murex gracilis Brocchi, 1814
Fusus fragilis Risso, 1826
Chenopus pespelecani (Philippi, 1836)
Aporrhais aldrovandi Capellini, 1860
Aporrhais bilobatus Locard, 1886
Aporrhais pelecanopus Locard, 1886
Aporrhais conemenosi Monterosato, 1890
Aporrhais michaudi Locard, 1892
Aporrhais pelecanipes Locard, 1892

Distribution géographique

Océan Atlantique Nord, Manche, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Aporrhais pespelecani vit en Atlantique Nord-Est, de la Norvège et de l'Islande jusqu'au sud du Maroc. On le rencontre également en Manche, en mer du Nord et en Méditerranée. Sa présence en mer Noire est évoquée mais reste à confirmer.

Biotope

Le pied de pélican est une espèce de l'infra* et du circalittoral*. Il vit semi-enfoui dans la boue, le sable, le gravier ou la vase depuis les premiers mètres jusqu'à 180 mètres de profondeur et probablement plus. Il est à même de creuser une galerie dans le sédiment avec ses canaux inhalant et exhalant. Il vit parfois en groupe de nombreux individus.

Description

La coquille d'Aporrhais pespelecani est de forme très variable. Elle a toujours un aspect très robuste et présente trois digitations palmées et parcourues par un sillon plus ou moins ouvert côté labre*. Chez certains individus, les deuxième et troisième digitations sont reliées en une frange coupante. Celles-ci ne sont développées qu'à l'âge adulte. Très pointue, la spire* comporte jusqu'à 10 tours. Le dernier tour représente environ les trois quarts de la hauteur de la coquille et s'ouvre sur le large labre palmé. Sa surface est sculptée de deux rangées de tubercules. Le canal siphonal* est long et peut être confondu avec une quatrième digitation. Le pied de pélican mesure jusqu'à 5 cm de longueur pour 3 de largeur sans les digitations. La coloration est variable : du jaune à l'ocre orangé au gris et au brun. Chez les individus vivant dans la vase, elle tend vers le noir. L'ouverture est blanc nacré. L'opercule* en forme d'ellipse très allongée est fixé sur un côté du pied*. Le corps est blanc tacheté de jaune ou d'orangé. La tête présente un long museau flanqué de deux tentacules* portant chacun un œil à leur base.

Espèces ressemblantes

Aporrhais serresianus (Michaud, 1828) est une espèce plus petite, qui présente quatre digitations plus fines en plus du canal siphonal*. Elle peut être observée en Méditerranée, à de plus grandes profondeurs, elle est rare en Atlantique.

Alimentation

Le pied de pélican étend sa trompe et se nourrit de microorganismes (plancton*, diatomées*...) grâce à ses branchies qui lui servent d'appareil filtrant. Son régime alimentaire se compose également de détritus (matière organique animale ou végétale).

Reproduction - Multiplication

L'espèce est gonochorique*, la fécondation est interne. La reproduction est annuelle, elle a lieu du printemps au début de l'été. Les œufs sont pondus encapsulés sur le substrat, un par un, ou par deux ou par trois. Chaque capsule, dont l'enveloppe adhère aux grains de sable, ne contient qu'un seul œuf, minuscule. A l'éclosion il y a libération d'une larve véligère* qui va mener une vie pélagique* pendant environ deux semaines. Après métamorphose*, le juvénile acquiert un mode de vie benthique*.

Vie associée

La coquille du pied de pélican est (rarement) colonisée par le cirripède Balanus crenatus et l'hydraire Hydractinia spp.
Vide, elle est colonisée par des spirorbes, des polychètes tubicoles, des bryozoaires...

Divers biologie

Quand les individus sont jeunes, les coquilles ressemblent à celles d'autres familles comme les Fusus ou les cérithes. Les digitations ne se développent que quand l'animal atteint un certain âge, cela explique pourquoi on n'observe pas de petites coquilles digitées.

Les coquilles des individus de l'Atlantique peuvent avoir la digitation la plus proche de l'ouverture qui se divise en deux. Ces deux branches sont alors toujours liées.

Ce gastéropode se déplace par élongation du pied et s'enfonce dans le substrat en agitant ses digitations. Il avance de manière caractéristique et laborieuse : il prend appui sur son pied, projette sa coquille en avant, puis prend appui sur sa coquille pendant que le pied se rétracte.

Informations complémentaires

On trouve parfois dans la laisse de mer des coquilles de pieds de pélican rejetées après les tempêtes, mais elles sont presque toujours vides, érodées et rarement complètes.

Les Aporrhais sont ce que l'on a coutume de dire des "fossiles vivants" car ils appartiennent à une famille qui était bien représentée et très diversifiée au Crétacé, il y a plus de 65 millions d'années. Il n'en subsiste aujourd'hui que cinq espèces, toutes dans l'Atlantique.

Ces animaux vivent en groupes de nombreux individus et sont récoltés pour être collectionnés.

Cette espèce fait partie des prises accessoires lors des pêches sur le fond. Elle fait aussi partie d'une pêche occasionnelle et peut être vendue sur les marchés pour être consommée fraîche, notamment en hors d'œuvre, accompagnée d'une sauce au citron. Sur les côtes italiennes adriatiques, elle est consommée traditionnellement lors de la "Sagra della Crocetta", crocetta étant le nom vernaculaire de ce mollusque en Italie.

Son long opercule étroit n'est soudé au pied que par un côté, le bord libre étant acéré. Par des mouvements du pied ainsi armé, l'animal peut donner des coups violents à un prédateur ou au pêcheur qui s'en serait saisi.

Deux observations curieuses concernant cette espèce :
Sur une plage de Lège-Cap-Ferret (en Gironde 33) à deux occasions un "pied de pélican" a été vu vivant abandonné hors de l'eau par la marée basse et à chaque fois le mollusque était à demi enfoncé dans le sable en position verticale. Question : cela relève-t-il d'une stratégie ou d'une technique d'enfoncement dans le sable ?
Si d'autres observations de ce genre et de cette espèce ont pu être réalisées prendre contact avec l'auteur de la fiche.

Origine des noms

Origine du nom français

Pied de pélican est la traduction exacte du nom scientifique d'espèce pespelecani : pour la ressemblance de la coquille avec les pattes de l'oiseau.

Origine du nom scientifique

Aporrhais : [aporraio] = s'arracher de force, qui donne des coups de pied pour échapper à ses prédateurs. En grec [aporrhai] = arracher violemment. Cette racine fait vraisemblablement référence au comportement de l'animal qui se sent menacé. En italien [aporrâino] = disperser en éventail, à cause de la disposition des digitations palmées.

pespelecani vient des mots latins [pes] et [pelecani] qui désigne le pied de pélican pour la vague ressemblance avec le pied de l'oiseau du même nom.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Caenogastropoda Caenogastropodes
Ordre Littorinimorpha Littorinimorphes
Famille Aporrhaidae Aporrhaidés

Coquille avec des séries de nodosités spiralées, qui se prolongent par des expansions digitiformes au niveau de l'aile du labre. Lindner 2011:77.

Genre Aporrhais
Espèce pespelecani

Nos partenaires